Se le dire enfin, Agnès Ledig

Se le dire enfin par Agnès Ledig

©Karine Fléjo photographie

Une vie lancée sur des rails et soudain, une lettre qui dévie du chemin qui semblait pourtant tout tracé. Un roman profondément humain et émouvant, dans lequel on accompagne des êtres à l’aube de leur renaissance.

Tout quitter

Que s’est-il passé dans la tête d’Edouard, pour qu’il plante sa femme sur le quai de la gare au retour des vacances ? Une dispute ? Même pas. Rien ne semblait laisser présager un tel rebondissement dans la vie de ce couple de quinquagénaires. Edouard, qui depuis toujours s’est laissé guider par Armelle, conciliant, spectateur de sa vie bien plus qu’acteur, est lui-même étonné de son audace. Pourquoi, après avoir aidé Suzann, une vieille romancière anglaise, à monter dans le bus, lui a-t-il emboîté le pas ?

C’est ainsi qu’il arrive avec Suzanne au cœur de la forêt de Brocéliande, un océan de verdure propice à l’introspection et au repos. Il est accueilli au débotté par Gaëlle, artiste qui loue en saison quelques chambres d’hôtes et élève seule son fils Gauvain, devenu muet suite à une blessure secrète. En ces lieux accueillants, où le temps semble adopter un rythme plus lent, en accord avec celui de la nature environnante, où le téléphone est banni, où seuls l’essentiel et l’authenticité ont leur place, Edouard fait la connaissance de Platon le chat philosophe et espiègle, d’Adèle une jeune écuyère très réservée, mais aussi de Raymond avec son vocabulaire d’un autre siècle.

Mais surtout, Edouard va faire sa propre connaissance, tandis qu’il se retrouve seul à cheminer, pieds nus, sans téléphone ni sollicitations, au milieu des arbres centenaires, des sentiers de mousse et des tapis d’herbe tendre. Seul face à lui-même. La vie qu’il a menée jusqu’ici avec Armelle lui convient-elle ? Peut-il continuer à subir la vie encore longtemps, ou trouvera-t-il dans la nature apaisante et l’authenticité des êtres qui l’entourent, l’élan de se ressaisir, de prendre enfin son destin en main ? Et cette mystérieuse lettre qu’il a reçue deux semaines avant son départ en vacances, va-t-elle peser dans la balance et infléchir son choix ?

Se reconnecter à la nature pour renouer avec sa vraie nature

Si comme moi, vous suivez Agnès Ledig depuis ses débuts, vous aurez certainement noté l’importance de la nature dans ses romans. « Se le dire enfin » rend ici grâce à ce lieu magique qu’est la forêt de Brocéliande (ne m’accusez pas d’être chauvine, hein ? 😉 ) et plus largement, aux pouvoirs merveilleux de la nature en matière d’apaisement, de reconnexion à soi, de régénération. C’est alors qu’il se retrouve confronté à lui-même au sein de cette foisonnante nature, qu’Edouard prend le temps de se poser les bonnes questions, d’identifier ses besoins réels, ses envies. A défaut de pouvoir refaire le passé, peut-il faire du reste de sa vie la plus belle partie de son existence? Il se rend compte à cette occasion, non seulement qu’il n’est pas le seul à avoir des secrets, des blessures, mais aussi du pouvoir libérateur et cicatrisant des mots.

Un roman émouvant, dont les personnages sont aussi authentiques que la nature qui les entoure. Des êtres magnifiques, dans le sillage desquels on chemine au fil des pages et que l’on quitte à regret.

Informations pratiques

Se le dire enfin, Agnès Ledig – Editions Flammarion, février 2020 – 425 pages – 21,90€.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s