Le grand art, Léa Simone Allegria

©Karine Fléjo photographie

Une plongée fascinante dans le monde de l’art, ses codes, ses rivalités intestines et ses magouilles. Un roman qui se lit en apnée.

Qu’est-ce qui fait le marché de l’art?

Paul Vivienne est un commissaire priseur de renom, en fin de carrière. Les enchères en ligne, les réseaux sociaux, la révolution digitale, tous ces bouleversements se sont faits sans lui. Depuis la vente mémorable de l’ensemble du mobilier du mythique palace parisien le Crillon, il y a quelques années, il n’a plus connu d’heure de gloire. Aussi, quand il apprend dans la presse le décès de Benvolio Cassal, mafieux bien connu, propriétaire de nombreux biens dont un château près de Florence, il se dit qu’il tient peut-être là une occasion de finir en beauté. Les biens vont en effet faire l’objet d’une vente aux enchères. Il imagine y trouver une montagne d’œuvres volées, de l’argent sale converti en Renoir et autres prestigieux tableaux ou œuvres d’art.

Et de s’envoler pour l’Italie. Sur place, il passe en revue les biens du château et tombe en arrêt devant un retable au fond de la chapelle, datant vraisemblablement du XIII ou XIVème siècle. Désireux de faire un coup d’éclat et par la même occasion, de s’attirer l’admiration, et qui sait, l’attirance de la séduisante experte qui l’accompagne, une certaine Marianne Javert, Paul Vivienne se lance à la recherche de l’auteur du tableau.

Une immersion passionnante dans le monde de l’art

Le grand art, titre du roman, peut aussi s’appliquer à la façon dont Léa Simone Allegria a mené son histoire , tant au niveau de la fluidité du style, que de la construction ou de l’intrigue. On s’engouffre dans ses pages, comme on lirait un thriller, tandis que la tension monte crescendo et révèle au lecteur les coulisses de ce monde secret. Touche par touche, comme sur une toile de Seurat, Léa Simone Allegria peint son intrigue, muliplie les rebondissements et saisit le lecteur. Comment être sûr de l’origine d’une œuvre, de son authenticité? Comment s’établit la côte d’un tableau? Comment se fabrique un mythe? Tous les coups sont-ils permis pour faire monter la côte d’un artiste ou d’une œuvre? Quand on sait que dix pour cent des œuvres présentes dans les musées sont des faux, ces questions sont tout sauf superflues.

Un roman richement documenté, passionnant, enrichissant, qui divertit et instruit tout à la fois. Une œuvre authentiquement réussie signée d’une grande artiste!

2 commentaires sur “Le grand art, Léa Simone Allegria

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s