Quadrille : Inès Benaroya

Quadrille, Inès Benaroya
©Karine Fléjo photographie

Emprise, fascination, masochisme, quand une famille apparemment ordinaire, voit ses vacances tourner au cauchemar suite à une mauvaise rencontre. Un été entre fascination et effroi.

Vacances sous emprise

Quand Thibault a organisé dans le plus grand secret ce voyage dans le Péloponnèse pour sa compagne Ariane, il pensait lui réserver une merveilleuse surprise. Il ne se trompait pas, sauf pour le qualificatif accompagnant cette surprise. Car Ariane est déjà venue en ces lieux avec son ex-mari Pierre et leurs deux ados Jeanne et Guillaume. Le drame que toute la famille y a vécu a rendu ce lieu cauchemardesque…

Quelques années plus tôt, Ariane et Pierre avaient en effet séjourné en ces lieux. A cette occasion, ils avaient fait la rencontre d’une famille indiciblement charismatique, au charme hypnotique : les Sainte-Rose. Des personnes dont ils ne savaient rien avant et dont ils savent toujours très peu après, n’ayant jamais osé poser de questions par peur d’ingérence. Des êtres en la présence desquels tout leur semblait possible, magique, permis. Et d’accepter de quitter leur hôtel pour s’installer chez ces inconnus. Commença alors pour chacun des membres de la famille un envoûtement, une mise sous emprise, dont ils ne sortirent pas indemnes…

En parallèle de ces souvenirs de vacances évoqués, Ariane partage avec nous ce qu’elle vit au travail actuellement, la fascination qu’exerce sur elle le dentiste qu’elle seconde les lundis. Ses requêtes malsaines à son endroit. Est-elle destinée à assouvir les fantasmes et désirs pervers des autres? Quel plaisir y trouve-t-elle? Quels bénéfices secondaires lui offrent-ils? Quelles sont les failles d’Ariane qui permettent à ces sinistres individus d’avoir l’ascendant?

Perversion : quelles failles la rendent possible?

Je vous ai déjà présenté d’autres romans d‘Inès Benaroya, Quelqu’un en vue ou encore Dans la remise. Cette fois, l’auteure nous revient avec un roman psychologique rédigé comme un thriller : Quadrille.

Le thème de l’emprise, de la perversion, m’a beaucoup plu. Je me suis de même laissée emporter par la tension narrative du début, par l’attrait de ce piège que l’on voit se tisser. Mais peu à peu, je me suis sentie un peu perdue par l’énigme que l’on tarde à résoudre, par cette imbrication du voyage passé avec son expérience professionnelle actuelle. Certes, ils s’agit là de deux expériences malchanceuses d’emprise (qui s’expliquent en grande partie par les failles d’Ariane) , mais je n’ai pas bien compris l’utilité d’évoquer cette expérience professionnelle qui casse le rythme et n’apporte pas grand chose de plus sur la psychologie des personnages.

Un roman qui montre que les épreuves ne s’arrêtent pas à n’être qu’épreuves. Elles sont aussi révélatrices de notre vraie nature, de nos failles, de nos manques et peuvent être l’occasion d’une prise de conscience et donc d’un changement profond afin de ne plus revivre interminablement les mêmes drames. Ou pas.

Un roman dont je tire un sentiment mitigé, avec des éléments qui m’ont plu, notamment la beauté de l’écriture, le sujet, et d’autres moins, comme la dilution de l’intrigue dans de longues digressions, le chevauchement pas très heureux de deux histoires. Je vous laisse vous faire votre propre avis.

Informations pratiques

Quadrille, Inès Benaroya – Editions Fayard, juin 2020 – 295 pages – 19€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s