Une famille comme il faut, Rosa Ventrella

Une famille comme il faut
©Karine Fléjo photographie

Une auteure italienne à suivre absolument, qui réussit le tour de force de nous livrer un roman lumineux et grave à la fois. Un magnifique destin de femme.

Dans ce village de pêcheurs de Bari, région italienne des Pouilles, Maria semble destinée à ne pas faire d’études poussées et à épouser un pécheur du coin. Comme les autres filles du village. Comme sa mère, une femme effacée, soumise, à la beauté fanée, aux prises avec un mari d’une humeur exécrable et violent.

Mais justement, Maria n’est pas comme les autres filles du coin. Son teint foncé comme une prune bien mûre, son caractère rebelle, sa détermination, mais aussi sa grande intelligence, en font une fillette à part. Indomptable. Ne la surnomme-t-on pas à ce titre « Malacarne », ce qui signifie « mauvaise graine »? Peu lui importe ce que l’on dit ou pense d’elle.

Très vite, en voyant le respect et l’admiration qu’inspire le frère de sa copine Maddalena, un des rares enfants du village à avoir poussé relativement loin ses études, Maria sait qu’avec de brillants résultats scolaires, elle pourra peut-être échapper à sa triste condition et changer le cours de son destin.

Et puis, elle peut compter sur Michele, son camarade et indéfectible soutien. Une amitié amoureuse qui se doit d’être clandestine cependant, car Michele est le fils d’une famille détestée dans tout le village. Deux enfants pointés du doigt, au ban. Deux solitudes qui se comprennent.

 » C’était peut-être cela le secret de notre amitié. Nous étions tous les deux invisibles et l’un donnait de la consistance à l’autre ».

Mais tout comme Maria refuse de se résigner à sa condition modeste, elle refuse de se plier aux attentes de sa famille quant à ses fréquentations.

Parviendra-t-elle à sortir du sentier qu’on a tracé pour elle et à cheminer vers une vie qu’elle se sera choisie? Comment poursuivre ses rêves sans avoir le sentiment de trahir les siens, ses origines, ses valeurs?

Un magnifique destin de femme

Je découvre avec bonheur Rosa Ventrella, auteure italienne talentueuse, dont les éditions Pocket publient Une famille comme il faut, tandis que simultanément paraît son nouveau roman aux éditions Les escales : La liberté au pied des oliviers.

C’est un véritable voyage en Italie, au bord de la mer adriatique, que nous offre la romancière. Parfums, couleurs, odeurs, accent chantant, la puissance évocatrice du roman est exceptionnellement forte. On suit la jeune « Malacarne » dans son apprentissage de la vie, on admire son courage et sa détermination sans faille, on se prend d’une irrépressible affection pour cette enfant désireuse de prendre son destin en main contre vents et marées.

Un roman dense, touchant, grave et lumineux à la fois, véritable ode à l’amour et à l’amitié. Un livre qui trouve son écho dans ces propos de Nelson Mandela : « Lorsque les gens s’élèvent au dessus des circonstances de leur vie et se servent de leurs problèmes pour s’obliger à se surpasser, ils accèdent à la grandeur. »

Informations pratiques

Une famille comme il faut, Rosa Ventrella – éditions Pocket, mai 2020 – 332 pages –