Rentrée littéraire : Un crime sans importance, Irène Frain

Un crime sans importance
©Karine Fléjo photographie

Dans ce récit émouvant, Irène Frain tente de mettre des mots sur les maux générés en elle par l’assassinat de sa sœur. Ou quand à la douleur du décès s’ajoute celle d’une enquête au point mort et d’une famille silencieuse.

Un deuil impossible

Quatorze mois après l‘assassinat inexpliqué de sa sœur, Irène Frain décide de prendre la plume. Pour rompre le silence. Pour rendre hommage à cette sœur aînée qui compta tellement dans son enfance. Pour tenter de comprendre l’incompréhensible.

Car plus d’un an après la découverte du corps inanimé de la septuagénaire dans son pavillon de banlieue parisienne, massacrée et enfermée dans sa chambre, ni les enquêteurs, ni la famille n’ont laissé filtrer la moindre information à l’écrivaine et sœur de la défunte. Ce crime est-il sans importance aux yeux de la justice ? Pourquoi ce mépris de la police, ces erreurs inadmissibles qui conduisent notamment à statuer sur un décès alors qu’il s’agit d’un meurtre? Pourquoi le reste de la famille ne communique pas avec elle? Comme à chaque fois qu’un événement douloureux intervient, c’est le rejet et le silence dans la cellule familiale.

Ce crime n’est pas une fiction, c’est la réalité qui l’a produit. Cependant, comme dans les fictions, roman ou film, il est le fruit d’un enchaînement de fatalités. Lesquelles?Comment Denise s’est-elle retrouvée au mauvais moment et au mauvais endroit? Les morts ont besoin d’un destin. Il faut absolument que je comprenne.

Un récit émouvant

Ecrire pour rompre le silence, telle est la mission que poursuit Irène Frain avec ce récit : Un crime sans importance, aux éditions du Seuil. Ecrire pour crier sa révolte face au silence de la justice, à la lenteur des démarches et aux erreurs inadmissibles qui les jalonnent. Ecrire pour redonner vie à Denise., sa sœur et marraine, de onze années son aînée. Denise, la fille aînée d’une famille bretonne très modeste. Une enfant joyeuse, lumineuse, qui apportait le bonheur et la sérénité dans son sillage, avant que des troubles bipolaires ne la rattrapent et qu’une distance ne s’instaure.

Un récit touchant, sur l’impuissance d’Irène Frain – et des familles de victimes en général – à comprendre ce qui s’est passé, le pourquoi et le comment des drames, l’identité des responsables. Des questions térébrantes qui, faute de réponse, hantent les esprits des vivants. Alors prendre la plume pour que la justice la prenne à son tour, pour que les choses bougent, tel est le souhait de la romancière. Un souhait que l’on ne peut qu’espérer voir exaucé.

Informations pratiques

Un crime sans importance, Irène Frain – éditions du Seuil – Récit – 248 pages – 18€

2 réflexions sur “Rentrée littéraire : Un crime sans importance, Irène Frain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s