Rentrée littéraire : La petite dernière, Fatima Daas

La petite dernière

Un premier roman sous forme de monologue sur la façon dont on se construit dans une famille nombreuse, avec plusieurs identités.

Tout concilier

Fatima Daas est la narratrice du roman, double littéraire de l’auteure, française d’origine algérienne. Petite dernière d’une fratrie de quatre, elle peine à trouver sa place, à trouver une certaine stabilité. Née en France, elle se sent en décalage quand elle se retrouve en famille en Algérie. Tout comme elle ressent une mise à l’écart en France.

La double culture est-elle une richesse ou une difficulté? Fatima est un prénom hautement symbolique en Islam, qu’il s’agit d’honorer. Comment dès lors oser affirmer son homosexualité, hormis à un psy ou à l’imam, sans risquer l’opprobre, sans risquer de décevoir ses proches?

« L’amour c’était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi ».

Comment prendre son indépendance, oser quitter sa famille sans avoir le sentiment de trahir leurs valeurs? Culture, intégration, sexualité, religion, construction sont autant de thèmes abordés dans ce monologue sous forme de portrait.

Premier roman

La petite dernière de Fatima Daas est un premier roman sous forme de journal intime, de confession romancée. « Je m’appelle Fatima Daas » est la phrase d’ouverture de chaque chapitre, comme pour mieux marteler son identité quand les autres lui collent l’étiquette de banlieusarde musulmane, quand la société lui renvoie des clichés.

J’ai trouvé cette approche intéressante. Ce problème de construction quand on est écartelé entre deux identités, entre ce à quoi on aspire et ce que les autres attendent de vous, bien traité. Mais il m’a manqué quelque chose pour être vraiment touchée par le personnage, pour entrer dans le livre. Un sentiment mitigé donc…

Informations pratiques

La petite dernière, Fatima Daas – éditions Notabilia, août 2020 – 192 pages – 16€

3 réflexions sur “Rentrée littéraire : La petite dernière, Fatima Daas

  1. Un peu déçue de sentir une légère retenue dans ta chronique. Pour ma part, ce qui m’a plu, outre le procédé littéraire, c’est la confrontation entre homosexualité féminine et religion musulmane. L’homosexualité masculine est tellement corsetée encore actuellement, que accepter sa préférence et la vivre au grand jour pour une femme et qui plus est, une jeune femme, m’a interrogée. Et du coup, je l’ai trouvée courageuse sa Fatima. Heureusement que nos ressentis dont différents, c’est la richesse de nos blogs 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s