Mondes nouveaux, textes inédits de Stefan Zweig

Selon Stefan Zweig, « nous ne faisons qu’obéir à l’ordre incontestable de la Nature, lorsque, au lieu d’attacher notre regard aux ruines d’un monde qui s’écroule, nous essayons d’en construire un nouveau, qui soit meilleur que l’ancien ». Dans ces trois textes jusqu’ici méconnus, il dépeint la naissance d’époques et de mondes nouveaux. D’une modernité et d’une actualité redoutables.

Crises et renouveaux

En ces temps chahutés par la pandémie de la COVID-19, par les menaces sur notre planète dues au réchauffement climatique, Stefan Zweig nous offre des pistes de réflexion particulièrement pertinentes et résolument modernes. L’auteur s’attarde ici sur trois moments de crise dans l’Histoire, moments de rupture et de renouveau, phases où nait un nouveau monde sur les décombres de l’ancien.

Dans L’échec de Wilson, Stefan Zweig se penche sur le président des États-Unis et prix Nobel de la paix, à la fin de la première guerre mondiale. Après l’effondrement de l’Europe, laissant ce sentiment que l’humanité est retombée en des siècles de barbarie qu’on pensait révolus, Wilson, artisan de la paix, souhaite reconstruire un monde meilleur. Mais c’est sans compter avec les vieux généraux, les vieux hommes d’état et les vieux intérêts…

Avec Les pêcheurs du bord de Seine, Zweig s’interroge sur un constat récurrent : au beau milieu d’évènements extraordinaires, historiques, les gens continuent leur routine, avec insouciance. Quand les évènements se multiplient, et que nous en sommes les contemporains, nous efforçons-nous d’oublier notre époque plutôt que d’y prendre part?

« Nous ressentons tous aujourd’hui cette funeste corrélation : plus le drame mondial continue à se dérouler sous nos yeux, plus ces scènes gagnent en horreur et plus notre faculté à éprouver de l’empathie diminue. Penser sans cesse à la guerre détruit la pensée elle-même, et plus notre époque exige de compassion, moins notre âme, déjà épuisée, est capable de lui en offrir. (…) Et lorsque je me demande ce qui me fait le plus souffrir en cette époque, c’est je dois bien l’avouer, de n’être plus capable de compatir à tout, en une époque qui provoque un tel excès de souffrance, que non seulement elle tue les hommes mais qu’elle détruit aussi la force nécessaire pour compatir à la souffrance humaine.

Quant au texte consacré à Jean-Jacques Rousseau, Zweig fait l’éloge de J.J. Rousseau, « l’avocat éternel des droits de l’homme ».

Trois textes, trois périodes différentes de l’Histoire, qui nous permettent de mieux comprendre comment naissent les nouvelles époques, ces mondes d’après, à la fois tant espérés et tant redoutés. Quelles sont les réactions de l’être humain face à ces bouleversements? Quel rôle doit-il jouer?

Ces réflexions de Stefan Zweig datent de près d’un siècle, mais sont tout à fait transposables à nos sociétés contemporaines. Une analyse extrêmement brillante et passionnante.

Informations pratiques

Mondes nouveaux, Stefan Zweig – Editions Rivages poche, octobre 2020 – 7€ – 50 pages

Une réflexion sur “Mondes nouveaux, textes inédits de Stefan Zweig

  1. Pingback: 14 livres à offrir pour Noël | Les chroniques de Koryfée, blog littéraire de Karine Fléjo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s