Rentrée littéraire : Le train des enfants, Viola Ardone

le train des enfants

Dans Le train des enfants, Viola Ardone met en lumière avec maestria une page méconnue de l’Histoire. Celle du déplacement massif d’enfants d’Italie du sud dans des familles d’accueil du nord, organisé par le parti communiste italien en 1946. Passionnant. Bouleversant.

Enfants placés en famille d’accueil

1946, Naples. Amerigo va bientôt avoir 8 ans et vit seul aux cotés de sa mère Antonietta. Son frère ainé est décédé. Quant à son père, il ne l’a jamais connu. Si la guerre est finie, deux ennemis particulièrement redoutables continuent d’occuper l’Italie du sud : la pauvreté et la faim. C’est pourquoi Amerigo fait souvent l’école buissonnière, cherchant des chiffons dans les rues pour les revendre sur le marché. De quoi glaner quelques pièces pour aider sa mère.

Mais cela ne suffit hélas pas. Aussi sa mère accepte-elle de laisser partir son fils dans une famille d’accueil italienne du nord. Ce placement de quelques mois, organisé par le parti communiste italien, garantit à l’enfant de manger à sa faim et de pouvoir étudier. Pour Amerigo, c’est non seulement une douleur immense d’être arraché à sa mère, sa seule famille. Mais c’est une véritable terreur de partir chez les communistes : ne dit-on pas qu’ils coupent les mains et les pieds des enfants ? Une terreur alimentée par l’absence d’explications rassurantes de la part d’Antonietta. Orpheline très jeune, elle n’a jamais eu de parents pour modèles et est très embarrassée pour s’occuper à son tour d’un enfant, lui parler, l’entourer d’affection, lui manifester son amour.

Là-bas, Amerigo va découvrir une autre vie, plus confortable, avec opulence de nourriture, présence affectueuse d’une famille. Mais comment s’épanouir quand votre vraie famille est loin de vous alors que vous n’êtes qu’un enfant ? Comment croire à l’amour d’inconnus, quand votre propre mère a toujours échoué à vous témoigner le sien ?

L’Italie à la sortie de la seconde guerre mondiale

Le train des enfants est une magnifique et déchirante fiction, qui s’inspire de faits historiques réels. Pour les mettre à l’abri de la misère, le parti communiste italien a fait ainsi séjourner en famille d’accueil plus de 70 000 enfants à l’issue de la guerre. Un arrachement, fût-ce pour de nobles raisons, à un âge où on a tant besoin de ses parents, de ses amis, de ses repères.

Avec beaucoup de sensibilité, Viola Ardone nous glisse dans la tête d’Amerigo, nous fait part de ses envies, de ses espoirs, de ses peurs. Un enfant qui va certes combler sa faim de nourriture, d’instruction dans cette famille d’accueil. Mais qui ne cessera de voir croitre sa faim d’amour maternel. Or comment une mère peut-elle donner ce qu’elle n’a pas reçu ? Existe-t-il différentes formes d’amour, que l’on ne décrypte pas toujours sur le moment ?

L’écriture très visuelle de Viola Ardone nous immerge dans cette Italie dévastée de l’après-Guerre. Une histoire bouleversante d’un petit garçon et de sa mère, qui n’ont pas su se dire, se prouver, se montrer, combien ils s’aimaient de leur vivant.

A lire absolument !

Informations pratiques

Le train des enfants, Viola Ardone – éditions Albin Michel, janvier 2021 – 19,90 € – 291 pages

Une réflexion sur “Rentrée littéraire : Le train des enfants, Viola Ardone

  1. Pingback: Mes 5 livres coup de cœur de janvier | Les chroniques de Koryfée, blog littéraire de Karine Fléjo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s