Comprenne qui voudra, Pascale Robert-Diard et Joseph Beauregard

Comprenne qui voudra

Il a 16 ans. Elle est sa professeure de lettres. L’histoire vraie d’une passion hors la loi en 1969.

Professeure-élève : un amour interdit

Divorcée et mère de deux enfants, Gabrielle a été reçue brillamment à 30 ans à l’agrégation de lettres modernes. En septembre 1967, elle fait sa première rentrée en tant qu’enseignante dans un lycée nord de Marseille.

Une passionnée qui entend bien contaminer ses élèves avec le virus de la littérature. Et de fait, sa proximité avec ses élèves, son dynamisme, sa passion, font de ses cours des moments très attendus. Elle en est convaincue : seule la culture peut apporter des réponses aux questions que les adolescents n’oseraient pas poser autour de la table familiale. Un tremplin vers la vie. Quand mai 68 souffle son vent de révolte, Gabrielle et ses élèves défilent. Main dans la main avec Gabrielle, Christian, un l’élève de 16 ans. Tous deux sont tombés amoureux, sous les regards attendris des autres élèves attendris.

Mais ses collègues ne voient pas cette relation d’n très bon œil. Et les parents du jeune garçon encore moins. Tandis que les tentatives pour séparer les deux amants échouent, la famille de Christian décide de poursuivre Gabrielle en justice. Les valeurs défendues en mai 68 ne sont-elles restées qu’utopie ? Est-on libre d’aimer qui on veut ? Entre les bien-pensants et leur morale d’un côté, les défenseurs d’un amour libre de l’autre côté, le fossé se creuse.

Amour et morale

Je connaissais cette affaire qui a défrayé la chronique en 1969 et a fait l’objet d’une série dans le Journal Le Monde en 2020. Mais avec ce livre, Comprenne qui pourra, c’est une dimension supplémentaire qu’a pris cet amour interdit : sans voyeurisme malsain, sans sensationnalisme, les Pascale Robert-Diard et Joseph Beauregard ont su rendre toute sa passion à cette histoire. Passion réciproque entre deux êtres. Passion de la foule qui se déchire au sujet de cet amour hors-normes. Passion des médias qui font leurs choux gras de cette affaire. J’ai été bouleversée par cette histoire, rendue encore plus réelle par les nombreuses photos et les extraits de lettres de Gabrielle Russier.

Une femme amoureuse dont le tort a été de croire que mai 68 marquait l’avènement d’un monde où l’amour deviendrait libre. Où il serait interdit d’interdire. Une croyance qui lui aura couté non seulement sa liberté mais sa vie…

Un magnifique livre.

Informations pratiques

Comprenne qui voudra, Pascale Robert-Diard et Joseph Beauregard – éditions de l’Iconoclaste, février 2021 – 19€