Lou-Ann et Robby, Marie-Laure Bigand et Marion Guillon-Riout

Lou-Ann et Robby

Quand les robots prennent de plus en plus de place dans la société, la solitude affective grandit. Mais est-il possible d’évoluer vers une cohabitation heureuse et épanouissante entre robots et humains?

Solitude de l’enfant

Robby le robot est enfin assemblé et fonctionnel. Il va pouvoir prendre ses fonctions dans une famille en tant que compagnon de leur fille Lou-Ann. Cela signifie aussi quitter ses amis robots dont la tendre Illia. Et accepter de ne plus les revoir.

Après un trajet en taxi-robot, il débarque dans la famille de Lou-Ann où il est accueilli par le robot agent de sécurité de la maison. Manque de chance, la gamine n’est pas disposée à échanger avec lui, concentrée sur son livre, ne daignant pas même échanger un regard.

Intelligent et sensible, Robby ne se décourage pas pour autant et cherche comment nouer le contact avec elle. Qu’est-ce qui freine la fillette? Pourquoi ne souhaite t-elle pas jouer avec lui? De quoi manque t-elle?

Jusqu’à ce jour où Lou-Ann décide de fuguer et met au défi Roby de l’accompagner.

Cohabitation entre hommes et robots

C’est une histoire bien ancrée dans la réalité que nous offre la sensible plume de Marie-Laure Bigand, avec Lou-Ann et Robby, aux éditions Il était un bouquin. . La société a évolué vers de plus en plus de robotisation, marque du modernisme. Mais peut-on parler de progrès pour autant? Les enfants passent de plus en plus de temps coupés des autres, devant leur smartphone, leur tablette, leur écran de télévision, leur ordinateur. Dans les commerces, les adultes s’adressent à des bornes, à des caisses automatiques et non plus à des vendeurs. Quelle place reste t-il pour tisser des liens affectifs, pour partager des moments chaleureux avec les autres?

Si, comme dans ce livre, on se projette dans quelques années avec une place croissante accordée aux robots de toute sorte (pour piloter les voitures, assurer la sécurité, etc ) ne risque t-on pas d’évoluer vers une société déshumanisée, froide et sans affects? Mais en prendre conscience peut permettre de corriger le tir. C’est ainsi que l’auteure le conçoit, nous réservant une issue optimiste et chaleureuse, pour les humains comme pour les robots!.

J’ai beaucoup aimé de même les illustrations de Marion Guillon Riout, dont les personnages sont si expressifs, tendres, attachants!

Une jolie histoire, pleine de tendresse et d’humanité. Car oui, les robots aussi sont dotés de sensibilité!

Informations pratiques

Lou-Ann et Robby, Marie Laure Bigand (texte) et Marion Guillon-Riout (illustrations)- éditions Il était un bouquin, mai 2021 –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s