Citation du jour

Quand on vit dans l’incertitude, le plus sage est d’avoir confiance. Confiance dans la vie, confiance en soi, en sa bonne étoile…S’inquiéter ne sert qu’à nous couper de l’accès à nos ressources, abimer notre santé et rendre notre compagnie désagréable aux autres. La confiance est la clé de voute de notre équilibre, de notre force, de notre capacité à rebondir.

Laurent Gounelle – Intuitio – éditions Calmann-Lévy, avril 2021.

Intuitio Laurent Gounelle

Une toute petite minute, Laurence Peyrin

une toute petite minute

La plume si viscéralement humaine de Laurence Peyrin au service d’une bouleversante histoire de rédemption.

Une vie qui bascule

Estrella et Madeline sont les meilleures amies du monde, toutes deux âgées de 17 ans. D’ailleurs, pour sceller cette amitié, elles ont décidé en ce 31 décembre 1995 de se faire tatouer chacune une petite étoile sous le sein gauche. Et de se rendre ensuite chez un ami commun fêter comme il se doit la Saint-Sylvestre.

Passage à la nouvelle année et passage brutal à une autre vie. Une autre dimension. Que s’est-il passé lors de ce réveillon, tandis que les deux amies étaient enfermées dans la salle de bain ? Il a suffi d’une minute, de 60 pauvres petites secondes, pour que la vie des deux adolescentes bascule tragiquement.

Vingt ans plus tard, on retrouve Madeline à sa sortie de prison. Une peine qu’elle a souhaité purger jusqu’à son terme, refusant toutes les demandes de remise en liberté conditionnelle. Mais sortir de prison est-il pour autant synonyme de liberté retrouvée ? Quand la culpabilité vous écrase, quand vous devenez vous-même votre propre bourreau, vous transportez votre prison partout…

La possible rédemption

J’avais adoré Les jours brûlants l’an dernier (chronique ICI et LA) et me suis donc plongée avec impatience dans le nouveau roman de Laurence Peyrin, Une toute petite minute, aux éditions Calmann-Lévy. Cette fois encore, la romancière choisit des personnages féminins forts, à un moment charnière de leur vie. Ce moment où leur trajectoire bifurque soudainement, les fait sortir de la route toute tracée pour eux. Peut-on se pardonner le crime de sa meilleure amie ? Peut-on s’autoriser à vivre heureuse, quand on a détruit la vie d’une autre ? A-t-on le droit au bonheur après avoir purgé sa peine en prison ou toute la vie ne suffit-elle pas ?

Avec beaucoup de sensibilité, de justesse, Laurence Peyrin se glisse dans la tête de la criminelle, une jeune femme comme vous et moi, que rien ne prédestinait à commettre un acte aussi violent. Elle fait de nous les témoins de son combat intérieur, pendant son séjour en prison et à sa sortie. Car sortir après avoir été coupée du monde plus de la moitié de sa vie, c’est devoir tout réapprivoiser, c’est découvrir tardivement les relations amoureuses, c’est tout réapprendre. C’est marcher sur des œufs : faut-il taire ou évoquer son passé, au risque de faire fuir les gens ? La société est-elle prête à accorder une deuxième chance à une ancienne détenue ?

Pas à pas, on suit Madeline dans sa lente progression vers la renaissance. Telle une fleur qui éclot aux rayons du soleil de printemps, après une longue hivernation, et offre sa beauté, son parfum, sa grâce gratuitement en partage. C’est terriblement émouvant, profondément humain. Un livre dont les personnages et tout particulièrement la touchante Madeline, vous hantent longtemps…

Une magnifique et poignante histoire de rédemption.

Informations pratiques

Une toute petite minute, Laurence Peyrin – Editions Calmann-Lévy, mai 2021 – 481 pages – 20,90€

Nouveauté Pocket : C’est arrivé la nuit

C'est arrivé la nuit éditions Pocket

Quand neuf jeunes « Robin des Bois » des temps modernes décident de mettre leur génie informatique au service du Bien. Les puissants, politiquement, économiquement, ont du souci à se faire…

Neufs hackers au service du Bien

Le « Groupe », c’est une entité secrète qui compte neuf génies en informatique, disséminés aux quatre coins du globe. Des personnes qui ne se sont jamais rencontrées, ne connaissent que les prénoms des membres et le son de leur voix. Mais des êtres mus par le même souci de justice et d’équité, les mêmes valeurs, les mêmes objectifs, les mêmes codes de conduite. Des êtres virtuoses de l’informatique, devenus de véritables amis au fil du temps, auxquels aucun système de sécurité ou presque, ne résiste durablement.

Des groupes pharmaceutiques peu scrupuleux, qui s’entendent de manière illicite pour faire flamber le prix de certains traitements, au risque que nombre de patients ne puissent plus se soigner. Des hommes politiques extrémistes, prêts à tout pour attiser la haine contre les migrants en particulier et la haine des l’étrangers en général, afin de s’attirer des voix aux élections. Les combats ne manquent pas. Les dangers non plus. Car de tels puissants ne se laissent pas détrôner ni démasquer aussi facilement. L’enjeu économique, l’enjeu de pouvoir est si grand, qu’ils ne lésineront pas sur les moyens à mettre en œuvre pour éliminer ces jeunes hackers.

Ces neuf petits génies feront-ils le poids face à des oligarques qui contrôlent les medias, les ressources agro-alimentaires et pharmaceutiques, les réseaux sociaux et autres moyens de communication? Ou se sont-ils montrés cette fois trop ambitieux?

La collecte d’informations sur le net

Dans C’est arrivé la nuitMarc Lévy nous offre un roman ancré dans l’actualité : concentration des médias mondiaux dans les mains d’un petit nombre, ententes illicites entre grands groupes, utilisation massive des réseaux sociaux dans l’information et la désinformation, l’auteur s’intéresse ici à la corruption à grande échelle. Et à ceux qui luttent dans l’ombre contre elle : les Grey Hat, autrement dit des hackers qui œuvrent secrètement pour instaurer un monde plus juste. Et qui risquent gros, alors que les criminels qu’ils poursuivent restent souvent impunis. Un livre très documenté sur le piratage informatique, tout en restant très accessible. Mais surtout, un roman qui se distingue nettement des précédents ouvrages de Marc Lévy, qui surprend ici ses lecteurs en prenant des risques. Pour le meilleur.

Un roman qui se lit d’une traite, comme un thriller.

Informations pratiques

C’est arrivé la nuit, Marc Lévy – éditions Pocket, mai 2021 – 416 pages – 7,95€

Le cœur en laisse, Line Papin

Week-end de la dernière chance

Quand Maurice et Isabelle, sa compagne, se retrouvent pour le week-end dans un magnifique hôtel de Gordes, Maurice sait au fond de lui que la magie des lieux ne va pas suffire à sauver son couple. Quadragénaire sans enfant, hormis les livres à succès qu’il a écrits, il aime le silence créatif, la tranquillité, la solitude. Isabelle, psychologue, a quant à elle d’autres projets pour eux, d’autres urgences : le mariage, un enfant.

Le sentiment d’échec de Maurice se confirme quand au restaurant de l’hôtel, une femme à la sidérante beauté et d’un charisme fou, s’assoit à leur table. C’est le coup de foudre. Difficile de cacher à Isabelle, pourtant assise à ses côtés, son irrépressible attirance pour celle qui se prénomme Ambroisie. La séparation est alors inévitable.

Quelque temps plus tard, Maurice croise Ambroisie au salon du livre de Paris, il se rapprochent. Et alors Maurice de s’éloigner de l’homme qu’il était jusque-là pour épouser les codes du monde d’Ambroisie. Au contact de cette femme, lui, jusqu’alors peu soucieux de son apparence et vivant dans un lieu quelconque, change. Il en est fini des vêtements informes, des cheveux ébouriffés et du petit appartement en bazar. Un nouvel homme est né, élégant, soigné, chic, vivant désormais dans un appartement nouveau, lui aussi. Entouré de nouveaux amis.

Quand l’amour fait perdre son identité, s’éloigner de ses valeurs, de son essentiel, peut-il être épanouissant ? Faut-il se perdre pour mieux se retrouver ?

L’amour fou

J’ai découvert Line Papin avec son premier livre, L’éveil, en 2016 (Chronique ICI). Et depuis, chaque roman de l’auteure confirme son extraordinaire talent, sa capacité à sans cesse se renouveler, son imaginaire d’une fascinante richesse. J’ai donc plongé avec bonheur dans Le cœur en laisse, publié aux éditions Stock. Line Papin analyse avec beaucoup de finesse les effets de l’amour fou, cet amour qui dévore, obsède, élève. Détruit parfois aussi, quand vous en venez à vous fondre dans les attentes et espoirs de l’autre en niant vos besoins, vos désirs, ce qui vous est essentiel. Quand vous vous éloignez de vos amis, de vos passions pour la passion exclusive d’une femme. Ou quand le cœur fait perdre la tête.

Dans un style fluide et une construction parfaitement maitrisée, Line Papin entraine son lecteur dans les tourbillons vertigineux de l’amour. Et le garde captif de la première à la dernière page, grâce à sa plume aussi séduisante et hypnotique qu’Ambroisie aux yeux de Maurice.

Informations pratiques

Le cœur en laisse, Line Papin- éditions Stock, mars 2021- 332 pages – 20,90€

100 postures de yoga avec Bébé

100 postures de yoga avec bébé

Un livre clair, avec photographies à l’appui, pour intégrer le yoga dans votre quotidien et celui de votre bébé. Pour renouer avec son corps de femme et accompagner l’enfant dans la découverte du sien.

Le yoga dans vos gestes du quotidien avec le bébé

Après un accouchement, il faut du temps à la jeune maman pour se réapproprier son corps, récupérer. Et le yoga peut se révéler être un allié précieux. Cet ouvrage richement illustré de photographies reprenant les diverses postures maman et bébé, nous montre que le yoga n’est pas une parenthèse de quelques minutes ou d’une heure que nous nous offrons dans une journée. Il fait partie intégrante de notre quotidien, de nos activités. Sophie Dumoutet se propose en effet d’inclure le yoga au cœur même de votre vie, ce que le bébé a d’ailleurs compris. Car si on observe le tout-petit les premiers mois, on se rend compte qu’il pratique en permanence le yoga.

Que ce soit dans la façon de porter l’enfant, de le bercer, de le nourrir, de le changer, de le détendre, de l’endormir, de le promener, de jouer avec lui, est possible d’intégrer le yoga dans vos diverses activités quotidiennes. Et d’en tirer des bénéfices pour soi et le bébé.

Un ouvrage très bien conçu pour les mamans ou futures mamans

Sophie Dumoutet est excellement bien placée pour traiter ce sujet. Mère de trois enfants, spécialisée en psychologie cognitive dans le développement des bébés, elle enseigne le yoga et le massage bébé aux mamans et futures mamans.

Dans ce livre 100 postures de yoga avec bébé, destiné aux mamans ayant un enfant de 0 à 2 ans et paru aux éditions Nathan, elle vous fait envisager le quotidien avec votre enfant à l’aune du yoga. Non seulement il s’agit de postures simples et accessibles à toutes, mais ces postures vont vous faciliter l’existence, vous permettre de renouer avec votre corps. Et d’accompagner votre tout petit dans l’appréhension du sien. Le livre se découpe en 5 parties qui correspondent aux postures que vous pouvez faire seule, ou avec le bébé, selon sa tranche d’âge. En fin d’ouvrage, vous trouverez de même une partie très intéressante sur les meilleures postures pour allaiter votre enfant.

Un livre passionnant, très bien conçu, que toute jeune maman devrait lire!

Informations pratiques

100 postures de yoga avec Bébé, Sophie Dumoutet – éditions Nathan, mai 2021 – 240 pages – 12,95€

Là où vont les belles choses, Michelle Sacks

Là où vont les belles choses

Après La vie dont nous rêvions, la fascinante et talentueuse Michelle Sacks nous revient avec un roman noir au suspens implacable, rédigé à hauteur d’enfant. Emouvant. Fascinant. Brillant.

Partir à l’aventure

Quand son père l’a fait monter en voiture avec sa confidente Clemesta- un cheval en peluche en apparence, mais doté de parole en réalité 😉  – Dolly s’est réjouie. Ne lui annonçait-il pas que tous les deux partaient à l’aventure ? Où ? Mystère, son père tenait à garder la destination finale secrète, sinon la surprise n’en fût plus une. Ce père qui d’habitude a peu de temps à lui consacrer, rentre du travail d’humeur maussade, se proposait cette fois de passer 24 heures/24 avec elle. Le paradis.

Et la première étape le soir dans un luxueux hôtel a en effet tout d’une aventure paradisiaque. Bain moussant à gogo repas de sucreries, tout ce que sa maman lui interdit d’ordinaire est ici possible. Une maman après laquelle Dolly est en colère. Elle fréquente en cachette un étrange monsieur, surnommé « tu-sais-qui », lequel lui met de drôles d’idées dans la tête. Une maman qui évolue sur des montagnes russes, alterne entre parties de rigolade avec Dolly et jours entiers passés au lit à pleurer. Partie en week-end avec des amies, Dolly se retrouve seule avec son père et s’en félicite.

Mais peu à peu, des souvenirs émergent que Dolly s’empresse de refouler dans un recoin de sa tête appelé « Pas maintenant ». Des notes dissonantes qui écorchent cette mélodie du bonheur. De quelle aventure s’agit-il vraiment ? Ne serait-ce pas davantage une fuite, un acte désespéré ? Et sa maman, la reverra-t-elle un jour ?

Un roman noir admirable

J’ai découvert Michelle Sacks avec son premier roman, le fascinant La vie dont nous rêvions (Chronique ICI). Un cocktails de domination, d’adultère et de perversion, pour un roman aussi glaçant qu’addictif. Il me tardait donc de découvrir son deuxième roman, Là où vont les belles choses, paru ce mois de mai aux éditions Belfond, et force m’est de reconnaitre que la romancière confirme ici son incroyable talent.

Cette fois, elle se glisse dans la tête d’une enfant de 8 ans. Avec beaucoup de candeur, de spontanéité, de malice aussi, elle nous décrit cette aventure à laquelle la petite fille participe avec son père. Le ton est indiciblement juste, les réparties pleines d’humour et d’émotion. Avec sensibilité, Michelle Sacks nous fait entrevoir le monde à hauteur de l’enfant, avec son regard, son imaginaire, sa capacité d’interprétation, ses questionnements, ses doutes, ses espoirs et ses colères aussi. Impossible de ne pas fondre d’amour pour la petite Dolly, de ne pas adopter son cheval alezan aux pouvoirs magiques. Comment un enfant réagit face au traumatisme ? Comment l’imaginaire l’aide-t-il à surmonter les épreuves ? Comment atteint-il la résilience ?

Au fil des pages, la romancière fait monter la tension, plonge le lecteur dans une atmosphère inquiétante. Ce qui s’annonçait être une belle aventure se révèle être tout autre. Les défaillances du père et de la mère apparaissent. La vérité se glisse dans les failles des apparences, grossit, enfle, jusqu’à la chute finale, aussi vertigineuse que bouleversante.

Un roman virtuose. Une romancière à suivre absolument !

Informations pratiques

Là où vont les belles choses, Michelle Sacks- éditions Belfond, mai 2021 – 272 pages – 21 €