Les vivants, les morts et les marins, Pia Klemp

Les vivants, les morts et les marins

Un roman très fortement inspiré du combat de Pia Klemp, capitaine du bateau de sauvetage le Bansky, pour voler au secours des migrants en perdition en Méditerranée.

Sauver les migrants de la noyade

Depuis des mois, la capitaine du bateau s’occupe du sauvetage en mer des réfugiés en méditerranée, de ces milliers de gens fuyant la Lybie. Victimes de passeurs peu scrupuleux, ils se retrouvent entassés sur des coquilles de noix prenant l’eau, voués à une mort certaine sans assistance extérieure.  Ecœurée de la passivité des gens à quelques encablures de là, sirotant des boissons en terrasse, exaspérée par le silence assourdissant de l’Union européenne, elle a affrété un bateau pour voler à leur secours.  A bord du bateau, des volontaires de tous horizons. Beaucoup prennent leurs congés annuels d’un coup, certains vivent d’allocations pour pouvoir s’engager, certains sont en arrêt maladie. Peu ont une vie « normale » au sens non marginale. Gérer tout ce monde, ces hommes venus d’horizons différents, n’est pas toujours aisé. Surtout quand on est une femme. Mais l’enjeu est trop grand pour s’arrêter aux soucis d’équipage. Des soucis moindres que ceux rencontrés avec les autorités, les services de police, lesquels ne cessent de leur mettre des bâtons dans les roues.

Mais la capitaine et son équipage sont des gens déterminés. Rien ni personne ne les arrêtera. Trop de migrants comptent sur eux pour ne pas périr noyés. Et cela vaut bien de prendre tous les risques, de passer outre les ordres du pouvoir politique en place.

Pia Klemp, capitaine du bateau de Bansky

Les vivants, les morts et les marins, paru aux éditions Fleuve, est une autofiction. Pia Klemp y évoque ses combats, les difficultés et les aberrations auxquelles elle est confrontée tandis qu’elle s’efforce de sauver des vies. Elle et ses neuf membres d’équipage, sont jugés en Italie pour des soupçons d’aide et complicité d’immigration illégale. Ils risquent jusqu’à 20 ans de prison. Mais Bansky a mis a leur disposition le louise Michel, son navire, pour leur permettre de poursuivre la mission de sauvetage qu’ils se sont fixé.

J’avais très envie de découvrir le combat de cette femme et de son équipage plus avant. J’attendais donc la lecture de ce livre avec impatience. S’il s’est révélé très intéressant sur le fond, mettant en avant un courage hors-normes, un pouvoir politique corrompu, des aberrations incroyables alors que des vies humaines sont en jeu, le style m’a insupporté. Les incessants « putain », le franc parler pour ne pas dire la vulgarité du vocabulaire à chaque page, m’a pesé. Beaucoup. J’ai eu beaucoup de mal à le finir pour cette raison.

Donc un sentiment très mitigé me concernant…

Informations pratiques

Les vivants, les morts et les marins, Pia Klemp – éditions Fleuve, janvier 2021 – 16,90€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s