L’unique goutte de sang, Arnaud Rozan

L'unique goutte de sang

Esclavage, racisme, violence, haine, ou quand le pire loup pour l’homme est l’homme lui-même. Un roman intense et dur.

Haine raciale

Nous sommes dans les années 20 dans le Tennessee, plus précisément à Chattanooga. Un état où le lynchage des noirs est monnaie courante. Sans aucune forme de justice ni de procès.

Les enfants blancs sont élevés dans la terreur du « nègre », comme ce fut le cas pour Janice et Emily. Tandis que les enfants noirs apprennent très tôt à faire profil bas face aux blancs, à ne jamais les regarder dans les yeux, à se soumettre pour éviter les ennuis.

Mais malgré les injonctions parentales, Janice et Emily se piquent de curiosité pour le beau jeune homme noir qu’elles surprennent à se baigner dans la rivière. Et de venir chaque jour l’observer à son insu. Jusqu’au jour où, glissant de leur poste d’observation dans une roncière, Sidney les repère et vole à leur secours.

Mais de retour chez elles les vêtements en lambeaux, c’est une tout autre version qu’elles donnent pour justifier leur sortie hors du périmètre autorisé et l’état de leur robes. Sidney ne les a pas sauvées mais agressées. Il n’en faut pas plus pour qu’une expédition punitive soit organisée. Non seulement ils s’en prennent à Sidney mais aussi à ses parents et à ses deux sœurs. La famille est torturée, massacrée. Seul Sidney survit, miraculeusement épargné par l’adjoint du sheriff, un certain Whyte.

Qu’est-ce qui a bien pu pousser Whyte, un blanc, à sauver la vie de Sidney ? Quel est le secret qui pèse sur sa conscience ?

Quête des origines

Dans l’unique goutte de sang, paru en cette rentrée littéraire aux éditions Plon, Arnaud Rozan revient sur cette période sombre de l’histoire où blancs et noirs grandissaient dans la peur de l’autre, où les lynchages de noirs étaient légion. L’esclavage, monnaie courante. A cette époque prévalait the one-drop-rule, la loi de l’unique goutte de sang. Autrement dit, il suffisait d’une seule goutte de sang noir dans l’ascendance d’un blanc, pour qu’il soit classé comme « nègre ». Et donc discriminé, voire violenté et même lynché. Sans le savoir, l’adjoint Whyte et Sidney ont un point commun, ce qui explique la clémence de ce dernier. Un point commun que le lecteur découvre au fil des pages, tandis que de son côté, Sidney tente de se reconstruire et part en quête de ses origines. Mais va surtout trouver l’injustice, la violence et la haine…

Un destin bouleversant, un personnage attachant, sur toile de fond des actions du Klu Klux Klan, des lynchages et des émeutes de l’été sanglant de Chicago. La seule faute de Sidney et de ses frères de couleur ? Etre nés noirs.

Informations pratiques

L’unique goutte de sang, Arnaud Rozan- Rentrée littéraire – Editions Plon, aout 2021 – 18€- 265 pages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s