Olivier Adam : Dans la nuit blanche

Dans la nuit blanche

Suite à un mystérieux accident dont le chauffard a pris la fuite, Antoine, adolescent apprécié de tous, est entre la vie et la mort. A son chevet, ses proches se relaient. Un très sensible et très beau roman choral .

Accident et délit de fuite

En se rendant à une partie de tennis avec son meilleur ami Hugo, Antoine est renversé par une voiture sur son vélo. L’automobiliste prend la fuite, tandis que l’adolescent reste sur le sol, plongé dans le coma, les côtes et le poignet fracturés. Dans son entourage familial comme amical, c’est la sidération.

Antoine, c’est le grand frère protecteur de Léa, son inséparable acolyte. Et le départ pour Paris de Léa, afin de poursuivre ses études, est vécu comme un arrachement pour les deux membres de la fratrie.

Antoine, c’est le copain souriant, celui qui met l’ambiance, a toujours le mot pour rire. Un jeune homme intelligent, au physique de playboy, qui a semble-t-il tout pour être heureux. Mais paraitre est une chose. L’être en est une autre.

Tandis que chacun retient son souffle au chevet du patient et espère qu’Antoine va s’en sortir, des interrogations et des soupçons émergent, des sentiments et des vérités affleurent. Si Antoine renait de ses limbes, il ne sera pas le seul : l’accident va jouer le rôle de révélateur sur chacun, rendre urgent le besoin d’aller à l’essentiel, de vivre pleinement et dans la vérité des sentiments.

Quête d’identité et acceptation de soi

C’est un roman choral très émouvant que nous livre Olivier Adam avec Dans la nuit blanche, paru aux éditions Robert Laffont. Il nous plonge dans la tête d’adolescents, copains de l’accidenté. Et le ton, le regard de ces ados et jeunes adultes sur la société, sur leurs difficultés à s’affirmer, à trouver leur place, à se trouver, à aimer et s’aimer, sont d’une justesse sidérante. Chacun dévoile ses aspirations profondes, ses doutes, ses peines, ses envies et la difficulté à les laisser éclore au grand jour sans craindre le regard des autres. Pas de pathos ni de roman morbide, ici, pas du tout. C’est au contraire un roman lumineux, dans lequel on accompagne ces chrysalides sur le point de prendre leur envol de papillon. Des êtres en chemin vers l’acceptation.

Un livre d’une sensibilité à fleur de plume, signature de l’auteur. Un très beau roman!

Retrouvez d’autres romans d’Olivier Adam

Olivier Adam est un auteur dont j’aime énormément la sensibilité de l’écriture, la finesse de l’analyse psychologique des personnages. Je suis donc chacune de ses parutions et me suis fait l’écho de nombre d’entre elles sur ce blog. Retrouvez les chroniques que j’ai consacrées à ses précédents romans :

  • Tout peut s’oublier : billet ICI
  • Les roches rouges : billet ICI
  • Une parte de badminton billet ICI
  • Le cœur régulier : billet ICI
  • Des vents contraires : billet ICI
  • A l’abri de rien : billet ICI

Informations pratiques

Dans la nuit blanche, Olivier Adam – éditions Robert Laffont, octobre 2021 – 17,90€ – 254 pages