Rentrée littéraire : Petite, je disais que je voulais me marier avec toi

Petite je disais que je voulais me marier avec toi

Un premier roman magistral. Une relation père-fille d’une émotion à fleur de plume, servie par une écriture aussi ciselée que puissante. A lire absolument !

Exilé kurde

Quand la narratrice mesure le chagrin de son père, exilé kurde, devant la tombe de son propre père au pays, elle voit en miroir le déchirement qui l’attend le jour où elle perdra celui qui illumine ses jours depuis sa naissance, son modèle, son héros, celui qu’elle chérit le plus au monde : son père.

Et de remonter le temps aux côtés de son père. Son amour pour l’école et l’ambition de réussir socialement furent brisés dans leur élan par le manque de moyens de la famille. Il n’eut d’autre choix que de rejoindre son propre père pour travailler dans les champs de coton d’Anatolie, du lever du jour à la tombée de la nuit. Et quand au crépuscule de sa vie, son propre père lui fait promettre de ne pas croupir dans ce pays, là encore il se range à ce que l’on a décidé pour lui, mettant de côté ses rêves et ses envies. Du départ d’Anatolie à l’intégration sur les terres d’Europe, en passant par la discrimination dont il fut la cible pendant son service militaire en raison de ses origines kurdes, la narratrice retrace le parcours de cet homme courageux, d’une grande humanité et d’une indicible bonté. Un homme qui s’est sacrifié toute sa vie pour permettre à ses enfants d’accéder à l’existence dont il avait rêvé pour lui.

Un premier roman d’une intensité émotionnelle et d’une puissance évocatrice rares

Petite, je te disais que je voulais me marier avec toi, premier roman de Mehtap Teke, paru aux éditions Viviane Hamy en cette rentrée littéraire, est un véritable bijou de littérature. Aussi étincelant par la beauté de son style, sa fluidité, son langage ciselé, que par le témoignage vibrant d’amour qu’il livre. Chaque page, chaque phrase, est porteuse d’une puissance évocatrice rare, d’une intensité émotionnelle indicible. Impossible de ne pas être transporté, ému, par le portrait de cet homme si courageux, si sensible à la détresse des autres, qu’elle soit humaine ou animale, si désireux de répandre le bonheur et l’amour autour de lui.

Un roman magistral, sur la transmission, le courage, l’amour, servi par une plume absolument magnifique. Un roman que l’on a envie de relire, d’offrir, de partager !

Mon gros coup de cœur de cette rentrée littéraire.

« Non, la passion de la langue s’apprend. Elle s’acquiert, se bâtit et s’obtient. Elle s’offre à quiconque s’y intéresse, quel que soit le bagage social ou culturel que l’on traine derrière soi. Ce n’est pas déterminant de savoir d’où on vient : c’est la destination qui compte. »

Informations pratiques

Rentrée littéraire : Petite, je disais que je voulais me marier avec toi, Mehtap Teke-éditions Viviane Hamy, août 2022- 18,90€- 247 pages

2 réflexions sur “Rentrée littéraire : Petite, je disais que je voulais me marier avec toi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s