Rentrée littéraire : Crédit illimité, Nicolas Rey

crédit illimité Nicolas Rey

Un roman délicieusement immoral, savoureux cocktail d’humour féroce, d’amour, de folie douce et d’humanité. Un gros coup de cœur de cette rentrée littéraire !

Plan de licenciement versus empathie

Diego Lambert, sympathique quinquagénaire, se retrouve sans un sou. Interdit bancaire, saisie de son appartement, fichage à la Banque de France, il est ruiné. Ultime recours : s’adresser à son père, richissime directeur d’une multinationale de céréales.

Mais ce père, roi de la manipulation, n’entend pas l’aider sans contrepartie. Et de lui proposer un pacte : 50 000€ en l’échange d’un remplacement au poste de DRH d’une de ses entreprises. Rien d’insurmontable à priori pour notre quinqua. Mais en réalité son travail va consister à appliquer le plan de licenciement décidé par son père, à se débarrasser de 15 loyaux employés dans une région sinistrée par la crise. Un travail ingrat et terrible humainement. Diego décide pourtant d’accepter le marché…mais va le mener comme lui le conçoit. Cela fera-t-il l’affaire de son père?

Un roman jubilatoire

C’est un roman absolument jubilatoire que nous offre Nicolas Rey avec Crédit illimité en cette rentrée littéraire des éditions Au diable Vauvert. Un roman qui mêle avec dextérité l’altruisme, l’empathie, la cruauté, l’amour, la folie, la tendresse et un inénarrable humour. A l’heure des plans sociaux, des licenciements et fermetures d’entreprise, comment rester insensible au sort des employés, qui du jour au lendemain, se retrouvent sans revenus et sans perspective de réembauche ? Comment leur expliquer qu’on doit se séparer d’eux alors que l’entreprise réalise de conséquents bénéfices ? Diego n’a pas le cœur à cela. En revanche, il a le cœur qui bat pour sa psychologue, même si la déontologie condamne ce genre de relations. Entre ce que les actionnaires souhaitent, ce que la déontologie permet et ce que sa profonde humanité lui dicte, le cœur de Diego ne balance pas. Il sait ce qui est humainement acceptable et entend vivre conformément à ses valeurs, que la société l’accepte ou non.

Un roman impossible à lâcher, pétillant et énivrant comme du champagne, dont on s’attache farouchement au personnage. Un gros coup de cœur de cette rentrée littéraire !

Informations pratiques

Rentrée littéraire : Crédit illimité, Nicolas Rey – éditions Au diable Vauvert, août 2022- 18€ -224 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s