Rentrée littéraire : Les sacrifiés, Sylvie le Bihan

Les sacrifiés Sylvie le Bihan

Un portrait passionné et passionnant de l’Espagne des années 20, à travers quatre personnages qui se sacrifient par amour. Un roman d’une densité et d’une puissance évocatrices rares.

L’Espagne des années 20.

Juan Ortega est un jeune gitan de Séville âgé de 15 ans. Rattrapée par la famine, sa famille, qui élève des taureaux de combat, n’a pas d’autre choix que de se séparer de ce garçon si doux et courageux pour avoir une bouche de moins à nourrir. Il n’ira pas dans l’arène comme certains grands noms de sa famille, mais aux fourneaux. Le grand torero Ignacio Sanchez Mejias l’embauche en effet dans sa propriété madrilène comme cuisinier, domaine dans lequel Juan excelle. Peu à peu, Juan prend une place de plus en plus grande auprès du maestro : de simple cuisinier, il devient l’ami, le confident. Et de suivre son maitre dans tous ses déplacements, d’être son conseiller et protecteur. C’est donc tout naturellement qu’il est présenté à la maitresse d’Ignacio : une danseuse de flamenco qui incarne la grâce et l’intelligence, la vie dans toute son intensité. La belle et flamboyante Encarnacion. La Argentinita. Pour Juan, le coup de foudre est immédiat, aussitôt accompagné d’un sentiment d’interdit. Il ne peut pas trahir son maitre, convoiter un cœur déjà pris. Mais comment vivre au quotidien aux côtés de la maitresse de son mentor, d’une femme dont on est tombé éperdument amoureux ? Il va lui falloir se sacrifier, taire ses sentiments. Sans compter qu’Encarnacion a le cœur qui bat aussi pour un poète, Federico Garcia Lorca. Alors l’espoir de Juan est réduit à zéro ou presque. Aux côtés de ces êtres passionnés, prêts à donner leur vie pour leur passion, Juan découvre une vie culturelle et artistique foisonnante du Madrid des années 30. Un nouvel univers s’ouvre à lui.

Un roman de passions

Avec Les sacrifiés paru en cette rentrée littéraire aux éditions Denoël, Sylvie le Bihan nous offre une fresque romanesque et historique époustouflante, servie par une plume d’une remarquable fluidité. On y côtoie des figures historiques célèbres tels Garcia Lorca, Ignacio Sanchez Mejias, Encarnacion Lopez Julvez, Salvador Dali, Pablo Picasso ou encore Jean Moulin. On suit les personnages de Séville à Madrid, de New-York à Paris, sur fond de petites et de grandes tragédies, de guerre civile et de seconde guerre mondiale. C’est toute l’âme de l’Espagne qui est ici restituée, avec la corrida, le culte des toréros, la créativité et le partage d’idées avant-gardistes de la Génération de 27. C’est dense, foisonnant, passionné, tragique et magique.

Un roman dont la mélodie du texte emprunte ses notes au flamenco, incarnant avec puissance la joie, la tristesse, l’amour et la souffrance. Un magnifique roman!

Informations pratiques

Les sacrifiés, Sylvie le Bihan- rentrée littéraire – éditions Denoël, aout 2022 – 384 pages – 20€

3 réflexions sur “Rentrée littéraire : Les sacrifiés, Sylvie le Bihan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s