Amélie Antoine : Aux quatre vents

Le roman d’une quête éperdue d’identité et une immersion dans les pages sombres de l’Histoire. Un roman à l’écriture hypnotique et aux personnages indiciblement attachants, qui nous montre que chaque individu peut être capable du meilleur comme du pire.

Les mystères d’un village

Léa élève seule son fils de 13 ans dans le petit village de Sabran-sur-la-Lys. Un village qui lui tient particulièrement à cœur, puisque c’est celui qui l’a accueillie, quand elle était bébé, dans les années 40. Un village qui lui a sauvé la vie. D’origine juive, les parents de Léa ont en effet été déportés et le bébé ne dut son salut qu’à la bonté de villageois, dont une certaine Rose, qui l’ont accueilli et élevé comme le leur. Léa a donc grandi ici, entourée de ses parents de cœur. Et c’est aussi dans ce village que, rescapée des camps, sa mère biologique l’a retrouvée et s’est installée.

40 ans plus tard, on comprend donc aisément la stupeur de Léa quand un mystérieux étranger vient au village et se met à racheter une à une les maisons, non pas pour les restaurer et donner une seconde vie au village, mais pour en arracher fenêtres et portes et les livrer aux quatre vents. Pour tuer le village.  Qu’a cet homme en tête ? Qui est-il ? Agit-il par vengeance ? Mais vengeance contre qui ? Contre quoi ?

Un roman hypnotique et émouvant

Quand le dessinateur Jack Koch rencontre la romancière Amélie Antoine et lui fait part de son rêve récurrent, Amélie se dit qu’il y a là matière à roman. Avec la bénédiction de Jack Koch, elle donne alors corps à ce rêve térébrant, imagine ce qui peut motiver un homme à racheter un village entier ou presque, pour l’amputer de ses portes et fenêtres. Pour le laisser agoniser. Et le pari est non seulement relevé mais brillamment gagné. Comme à son habitude, Amélie Antoine vous immerge totalement dans son univers : son écriture est très visuelle et l’analyse psychologique des personnages très juste, de sorte que la romancière vous fait voir, ressentir, entendre, tout ce qui anime ce village et ses habitants. Impossible de lâcher le roman une fois la lecture commencée, tant l’attachement aux personnages est à l’image du suspense sur leur devenir et sur leurs origines : grand. L’auteure excelle à relier la petite histoire à la grande, revenant sur les pages les plus sombres de l’Histoire, sur la collaboration, la délation, le racisme, l’extermination, l’Occupation. Mais pas seulement. Elle nous montre avec beaucoup de justesse toutes les facettes qui composent l’âme humaine, la part de lumière comme la part d’ombre en chacun. Car les êtres, à l’image de la vie, ne sont pas soit foncièrement mauvais, soit foncièrement bons, ils sont un savant mélange de qualités et de défauts. A des dosages variables. Impossible d’oublier Léa, Charlotte et les autres. Impossible de deviner la chute tant les rouages de l’intrigue sont subtils et vous tiennent en haleine, vous surprennent, vous transportent. Impossible de connaitre vraiment les autres, y compris ceux dont nous sommes les plus proches.

A lire !

Informations pratiques

Amélie Antoine, Aux quatre vents- éditions X0, octobre 2022 – 20,90€-440 pages