Bélhazar, Jérôme Chantreau

Bélhazar j

Le portrait très vivant et très touchant d’un adolescent hors-normes, passionné, passionnant, intrigant, décédé dans des circonstances peu claires lors d’un contrôle de police en Bretagne. Une invitation à être soi.

Décès lors d’un contrôle de police

Dix ans plus tôt, Bélhazar a été l’élève de Jérôme Chantreau, alors professeur de français au Pays basque. Un élève atypique à tout point de vue, tant au niveau du style vestimentaire que de l’intelligence, de l’unicité de son imaginaire, de ses passions. « Un regardeur de soleils ». Un élève à part, respecté et profondément estimé par les autres ados du collège, qui diront de lui « Il nous donnait l’énergie d’être nous-mêmes. »

Un soir de février 2013, alors qu’il rentre chez lui après avoir échappé à une bagarre, il est soumis à un contrôle de police. Accident, bavure, suicide ? Bélhazar porte une arme sur lui et reçoit une balle en pleine tête. Jerome Chantereau souhaite lui rendre hommage à travers un livre. Mais tous ceux qui s’approchent de l’affaire décèdent les uns après les autres, comme victimes d’une étrange malédiction. Mais un être aussi exceptionnel – dans toutes ses acceptions, que Bélhazar, mérite de passer outre ses appréhensions.

Oser être soi-même

Au regard de la quatrième de couverture de Bélhazar, paru aux éditions J’ai lu, ce roman est présenté comme une enquête sur les circonstances de la mort de Bélhazar, une quête de vérité sur son décès. Une présentation quelque peu déstabilisante, car à la lecture du roman, on réalise que la quête de vérité porte sur la personnalité de Bélhazar, sur la découverte de son monde si particulier, de son univers atypique et fascinant. Et non sur le fait qu’il soit décédé par suite d’un suicide, d’un accident ou d’une bavure policière. Mystère à jamais non élucidé. Car le souci de l’auteur, qui a été auparavant le professeur de français du disparu, est de nous le présenter vivant, avec ses passions, son intelligence hors-normes, son imaginaire inépuisable. L’enquête sur la mort du jeune homme reste anecdotique dans le livre. Ce n’est finalement pas un roman sur la mort mais sur la vie, un livre qui resuscite ce jeune homme incroyable à travers les mots, qui ouvre les portes de son monde aux lecteurs. Et qui montre à tous ceux qui ne se sentent pas bien dans leur peau car différents, complexés, qu’il doivent puiser en eux la force d’être eux-mêmes, de s’accepter, de s’aimer. De se libérer des carcans de la société. Une invitation à la tolérance aussi, car nombreux sont les individus prompts à juger, condamner, détester ceux qui sont différents dans leur façon d’être, de vivre.

Un roman très touchant sur l’acceptation de soi, sur la tolérance. Un bel hommage à ce jeune homme parti trop tôt sans pouvoir réaliser ses multiples projets.

Informations pratiques

Bélhazar, Jérôme Chantreau – éditions J’ai lu, août 2022- 8,20€- 316 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s