La playlist d’Amélie Antoine

Chaque semaine, un auteur nous livre les musiques de sa playlist, celles qui ont accompagné ses heures d’écriture, celles qui ont nourri son livre, celles qui l’ont inspiré, celles qui ensoleillent sa journée. Aujourd’hui, c’est au tour d’Amélie Antoine !

Si vous êtes des fidèles de ce site, alors vous m’avez déjà entendue vous louer les romans d’Amélie Antoine. Qu’il s’agisse de Quand on n’a que l’humour en 2017 ou Les secrets en 2018, tous deux parus aux éditions Michel Lafon, force est de reconnaître l’analyse psychologique extrêmement fine des personnages, l’intimité que l’auteur sait d’emblée créer entre eux et le lecteur, la sensibilité à fleur de plume de l’auteur. Des personnages qui vous hantent longtemps après la lecture. Et, bonne nouvelle, le roman auto-édité d’Amélie Antoine, Sans elle, va connaître une nouvelle vie aux éditions Michel Lafon en novembre 2018!

Avec l’extrême gentillesse qui la caractérise, Amélie Antoine a accepté de nous livrer sa playlist.

La playlist d’Amélie Antoine : 

  • La musique qui vous accompagne en ce moment :

Femme à la mer de Hoshi, une chanson que j’écoute souvent en ce moment, parce qu’elle à la fois désespérée et entraînante… La preuve qu’on peut sombrer puis remonter à la surface…

  • La musique qui pourrait illustrer votre dernier roman ( Sans elle, à paraître aux éditions Michel Lafon en novembre 2018) :

Roll the bones de Shakey Graves, une chanson découverte par pur hasard et qui me fait penser à la fatalité qu’il y a dans mon roman Sans elle (et son pendant Avec elle, écrit par Solène Bakowski)…

  • La musique idéale pour écrire :

Enfin, pas de musique idéale pour écrire pour moi, car je suis incapable d’écrire la moindre ligne en musique… Sinon, je chante et je suis incapable de me concentrer 😉

Retrouvez ici, sur un simple clic, les chroniques que j’avais consacrées aux deux romans : Quand on n’a que l’humour et Les secrets

Bonne semaine en musique! 🙂

 

notes-musicales-584412.jpg

Publicités

La playlist de Julien Aranda

Chaque semaine, un auteur nous livre les musiques de sa playlist, celles qui ont accompagné ses heures d’écriture, celles qui ont nourri son livre, celles qui l’ont inspiré, celles qui ensoleillent sa journée. Aujourd’hui, c’est au tour de Julien Aranda. 

En 2014, Julien Aranda nous livre un premier roman : « Le sourire du clair de lune » (City Éditions) qui a le parfum nostalgique des histoires que lui racontait son grand-père. Le livre a été traduit en anglais (2017), espagnol (2016), italien (2016) et en coréen (2017). Vous pouvez retrouver la chronique que je lui ai consacrée ici : Le sourire du clair de lune
Encouragé par ses lecteurs, conforté dans sa vocation, il publie en 2016 « La simplicité des nuages », roman plus contemporain décrivant les turpitudes d’un cadre parisien en quête de sens.

En 2018, il publie son troisième roman « Le jour où Maman m’a présenté Shakespeare » (Éditions Eyrolles) qui raconte la trajectoire enchantée d’une Maman comédienne de théâtre éprise d’absolu et de son petit garçon qui n’a d’yeux que pour elle. Un coup de coeur pour moi dont vous pouvez retrouver la présentation ici : Le jour où maman m’a présenté Shakespeare

Avec beaucoup de gentillesse, Julien Aranda s’est prêté au jeu de la playlist, nous faisant découvrir son univers musical.

La playlist de Julien Aranda : 

  • Les musiques qui m’accompagnent en ce moment :

En ce moment, j’écoute pas mal Janis Joplin et surtout sa chanson « Maybe ». En général, je suis un peu obsessionnel et j’écoute une chanson en boucle jusqu’à m’en épuiser, un peu comme quand on essore une serpillière jusqu’à la dernière goutte !

Sinon, pour parler de musique actuelle, j’aime bien l’univers de Julien Doré ou Christine and The Queens, mais en général j’écoute beaucoup de musique d’après-guerre, avec entre autres Brassens, Brel, Gréco, Trénet, etc … des chansons dans lesquelles les textes sont aussi travaillés que les musiques.

  • La musique qui pourrait illustrer mon dernier roman :

« La mauvaise réputation » de Brassens.

J’ai écrit ce livre en pensant à Georges Brassens et j’ai imaginé des personnages haut en couleurs susceptibles de lui ressembler dans son côté poétique et mélancolique.

  • La musique idéale pour écrire :

Pour écrire, j’aime beaucoup écouter de la musique classique avec beaucoup de piano (Debussy) et, d’une manière générale, des musiques sans paroles comme celle de Yann Tiersen ou Ludivico Einaudi qui recèlent une pointe de nostalgie et stimulent mon penchant mélancolique et poétique propice à l’écriture.

Bonne semaine en musique!

notes-musicales-584412.jpg

La playlist de… Laure Manel!

Chaque semaine, un auteur nous livre les musiques de sa playlist, celles qui ont accompagné ses heures d’écriture, celles qui ont nourri son livre, celles qui l’ont inspiré, celles qui ensoleillent sa journée. Aujourd’hui, c’est au tour de Laure Manel.
En juin dernier, je vous ai fait part de mon coup de coeur pour le nouveau roman de Laure Manel, La mélancolie du kangourou, paru chez Michel Lafon.  Un roman d’une reconstruction extrêmement touchante, celle d’un homme devenu le même jour père et veuf. L’histoire bouleversante aussi, des liens qui se tricotent difficilement mais magnifiquement entre un père et son bébé.
Retrouvez la chronique que j’avais consacrée à ce roman coup de coeur en cliquant sur ce lien : La mélancolie du kangourou
La playlist de Laure Manel : 
  • La musique qui accompagne vos journées actuellement :
J’écoute souvent des playlists aux musiques très variées (et parfois pas toutes jeunes), mais je dirais  « Keep on dancing » des Cats on trees.
  • La musique qui pourrait illustrer votre dernier roman :

« Never let me down again » de Sylvain Chauveau (ou, pour l’anecdote : « Modern love » de David Bowie, pour la scène où Rose danse dans la voiture). L’album Eusa de Yann Tiersen m’avait beaucoup accompagnée pendant la rédaction de La délicatesse du homard (roman paru en 2017 chez Michel Lafon).

  • La musique idéale pour accompagner vos heures d’écriture :

Pas de paroles (en tout cas pas en français), et une musique qui colle au plus près de l’ambiance de la scène à écrire, alors… si je ne devais en choisir qu’une (passe-partout), je dirais « Fly » de Ludivico Einaudi.

Je me rends compte qu’il y a beaucoup de piano… et ce n’est peut-être pas un hasard (je m’y mets fin août) !

Bonne semaine en musique!

notes-musicales-584412.jpg

La playlist de Myriam Chirousse

Chaque semaine, un auteur nous livre les musiques de sa playlist, celles qui ont accompagné ses heures d’écriture, celles qui ont nourri son livre, celles qui l’ont inspiré, celles qui ensoleillent sa journée. Aujourd’hui, c’est au tour de Myriam Chirousse.

En avril dernier, je vous ai fait part de mon coup de coeur pour le nouveau roman de Myriam Chirousse, paru aux éditions Buchet Chastel : Une ombre au tableau. Et si un mensonge en cachait un autre? Le tableau idyllique de ces familles aisées de la côte d’Azur est-il un faux? Un roman à l’atmosphère envoûtante qui se lit en apnée.

Retrouvez la chronique que j’avais consacrée à ce roman ici : Une ombre au tableau

La playlist de Myriam CHirousse : 

  • La musique qui accompagne vos heures d’écriture :

Je n’écris pas toujours en musique, ce n’est pas automatique, loin de là. Mais quand c’est le cas, j’ai besoin d’écouter des musiques qui m’aident à me concentrer, à m’isoler dans ma bulle et, éventuellement, à faire disparaître les bruits de l’arrière-plan. Il s’agit généralement de musiques très cycliques, répétitives et hypnotiques. Par exemple : Philip Glass, The Hours (tiré de la BO du film The Hours) : cette musique me permet une sorte d’autohypnose et m’aide à avoir de la concentration et de l’élan.

  • La musique qui vous accompagne au quotidien :

En ce moment, dans cette catégorie des musiques hypnotiques et qui déverrouillent les portes de l’imagination, j’écoute souvent la musique du film Interstellar, de Hans Zimmer. Le morceau Where We’re Going, par exemple, mais tout l’album a une grande homogénéité de fond. Pour l’anecdote, quand Christopher Nolan a demandé à Zimmer de faire la musique du film, il ne lui a pas raconté l’histoire, il lui a seulement dit : « ça parle d’un père et de sa fille ». Je suis touchée par le fait qu’à partir de cette simple idée, un père et sa fille, le compositeur ait pu déployer toutes ces harmonies et ces sonorités. Cela m’inspire beaucoup.

  • La musique qui  symbolise votre dernier roman : 

Mon dernier roman, Une ombre au tableau, n’a pas échappé à la règle. C’est-à-dire que je l’ai écrit lui aussi avec ce genre de musiques hypnotiques et finalement assez déconnectées de l’histoire, des personnages et des ambiances que je couche sur le papier (ma playlist de « musiques d’écriture » est plutôt répétitive, en fait !). Parmi celles-ci, peut-être que celle qui évoque le mieux l’ambiance du roman serait Come Into My Dreamland de Ed Harcourt (album Time of Dust). J’y entends quelque chose de pesant, de langoureux, d’un peu sournois, comme le regard hypnotique d’un serpent ou la danse d’une strip-teaseuse. Et dans ce roman, il est vrai que j’invite le lecteur à venir voir ce qu’il se passe dans un « monde de rêve » ! 😉

… La semaine prochaine, nous avons rendez-vous avec la playlist de Laure Manel! D’ici là, bonne semaine en musique!

notes-musicales-584412.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La playlist de… Mélanie Taquet!

Chaque semaine, un auteur nous livre les musiques de sa playlist, celles qui ont accompagné ses heures d’écriture, celles qui ont nourri son livre, celles qui l’ont inspiré, celles qui ensoleillent sa journée. Aujourd’hui, c’est au tour de Mélanie Taquet.

Mélanie Taquet est l’auteur de Reste aussi longtemps que tu voudras, aux éditions Eyrolles. Un roman qui vous emmène en voyage en Italie. Sous le soleil de Florence, la vita n’est pas si dolce. Si la douceur de vivre florentine est propice aux tendres rencontres, la lumière du soleil italien éclaire aussi les parts sombres et les blessures de chacun. Brûle même parfois. Un thriller psychologique captivant, qui vous tient en otage du début à la fin.

Retrouvez la chronique que je lui avais consacrée ici : Reste aussi longtemps que tu voudras .

La playlist de Mélanie Taquet : 

  • La musique qui vous accompagne au quotidien : Photomatondes Jabberwocky, j’adore l’atmosphère planante et un peu mélancolique, la voix qui parait sortir d’un vieux transistor.
  • La musique idéale pour écrire  :  pour le premier roman, c’était ma playlist de chansons italiennes avec du Brunori Sas, du Tiziano Ferro, du Paolo Conte, du Jovanotti… Pour la suite, je me sens moins obligée de rester dans cet univers. J’ai une playlist deezer très éclectique avec plus de 600 chansons, et je la joue en aléatoire. d’ailleurs pour ceux que ça intéresse, on peut me suivre sur deezer : Ariell87, la playlist s’appelle ❤ .
  • La musique qui pourrait illustrer votre dernier roman : j’ai envie de répondre une musique italienne, forcément ! La dédicace du livre, c’est la chanson Lei, lui, Firenze de Brunori Sas, alors je pense que c’est un bon début !

… La semaine prochaine, nous avons rendez-vous avec la playlist de Jean-Pierre Brouillaud ! D’ici là, bonne semaine en musique!

notes-musicales-584412

La playlist de … Gavin’s Clemente-Ruiz

Chaque semaine, un auteur nous livre les musiques de sa playlist, celles qui ont accompagné ses heures d’écriture, celles qui ont nourri son livre, celles qui l’ont inspiré, celles qui ensoleillent sa journée. Aujourd’hui, c’est au tour de Gavin’s Clemente-Ruiz.

En mai dernier, je vous avais parlé de mon coup de coeur pour ce roman plein de vie : Le club des feignasses, de Gavin’s Clemente-Ruiz, paru aux éditions Mazarine. Ce roman est une ode à la vie, à l’urgence de vivre pleinement l’instant présent. N’attendez pas que la maladie vous rattrape, qu’une catastrophe vous frappe, pour mesurer à quel point la vie et les gens que vous aimez sont précieux : savourez ces bonheurs dès à présent ! C’est là le message de ce merveilleux livre.

Retrouvez la chronique que je lui avais consacrée ici : Le club des feignasses

La playlist de Gavin’s Clemente-Ruiz : 

  • La musique qui vous accompagne au quotidien : 

J’écoute en boucle – vraiment ! c’est un toc – Carey de Joni Mitchell. Pas très récent, mais je trouve qu’elle est entraînante, elle donne envie de danser, d’aller sur la plage et de boire du rosé ! Bon, sinon mon fils a calé Joga O Bum Bum Tam Tam un jour sur Deezer, et j’avoue que, bon, parfois… ☺

  • La musique qui pourrait illustrer votre dernier roman :

J’ai oublié de vivre de Johnny Halliday. Immanquablement ! Je ne la connaissais pas avant de commencer l’écriture. Elle est moins connue que les autres, mais quelles paroles ! Et Tes tendres années, de Sylvie Vartan, la version live de 1993 au Parc des Princes. J’en ai encore des frissons. Pendant l’écriture, mon meilleur ami m’a fait écouter Jean Yanne aussi, Si tu t’en irais. Le décalage voix/sensibilité est terrible.

  
  • La musique qui accompagne vos heures d’écriture : 

La musique idéale pour écrire : du classique. J’aime bien quand ça m’envahit les sens. La Messe du Requiem de Verdi par exemple. Autre registre : L’invitation au château de Francis Poulenc ou Le Printemps, sonate n°5 de Beethoven. Mais aussi tout Radiohead, et surtout I Promise. Ça m’emporte. Je me laisse porter.

 
… La semaine prochaine, nous avons rendez-vous avec la playlist de Mélanie Taquet ! D’ici là, bonne semaine en musique!
notes-musicales-584412

La playlist de… Julien Sandrel

Chaque semaine, un auteur nous livre les musiques de sa playlist, celles qui ont accompagné ses heures d’écriture, celles qui ont nourri son livre, celles qui l’ont inspiré, celles qui ensoleillent sa journée. Aujourd’hui, c’est au tour de Julien Sandrel.

En mars dernier, je vous ai parlé de mon coup de coeur pour La chambre des merveilles, de Julien Sandrel, paru aux éditions Calmann Lévy. Un roman émouvant, surprenant et drôle, sur le pari fou d’une mère pour sortir son fils du coma : réaliser chacun des rêves conciliés dans son carnet des merveilles avant son accident. L’occasion de repenser sa vie et ses priorités. Magnifique.

Retrouvez la chronique que je lui avais consacrée ici : La chambre des merveilles.

La playlist de Julien Sandrel : 

  • La musique qui vous accompagne au quotidien :

La musique qui accompagne mes journées actuellement (pour écrire…)
La Symphonie numéro 7 de Beethoven, Op. 92 : Allegro
La bande originale du film « Parle avec elle » de Pedro Almodovar, musique d’Alberto Iglesias

  • La musique qui accompagne vos heures d’écriture : 

La musique idéale pour écrire? Une musique qui accompagne l’écriture sans la parasiter. Sans parole, douce, la plupart du temps avec une pointe de mélancolie. Musique classique ou piano seul. Je me suis constitué une playlist personnelle que j’ai appelée « Writing », et j’écoute aussi beaucoup la playlist Spotify « Peaceful Piano » …

  • La musique qui  symbolise votre dernier roman : 

La musique qui pourrait illustrer « La Chambre des merveilles » : celle qui m’a accompagné dans l’écriture, et que j’évoque d’ailleurs dans le roman : la bande originale du film « La leçon de piano » de Jane Campion, musique de Michael Nyman.

 

… La semaine prochaine, nous avons rendez-vous avec la playlist de Gavin’s Clemente Ruiz! D’ici là, bonne semaine en musique!

notes-musicales-584412.jpg