Philo z’enfants, la philo expliquée aux enfants de primaire : c’est GENIAL et c’est aux éditions Nathan!

img_7950

Philo z’enfants, la collection de philo pour les enfants de primaire, de Oscar Brenifier docteur en philosophie

Illustrations de Frédéric Rébéna, Frédéric Bénaglia et Anne Hemstege

Editions Nathan, janvier 2019

De 7 à 10 ans

C’est une collection absolument GENIALE que proposent les éditions Nathan à l’intention des enfants de primaire. La philo expliquée aux enfants, pour se poser des questions et chercher en soi les réponses. Ludique, passionnant, instructif. En un mot : génial !

Pourquoi offrir ces livres à votre enfant ?

  • Pour qu’il répondre par lui-même aux questions qu’il se pose et devienne autonome, curieux.
  • Pour qu’il s’amuse tout en apprenant.

img_7949

  • Le principe de la collection Philozenfants

Les parents sont parfois criblés de questions par les enfants, questions auxquelles ils n’ont pas toujours le temps ou la patience de répondre, voire questions pour lesquelles ils n’ont pas toujours la réponse (cela arrive aussi !) . Philozenfants propose à l’enfant d’apprendre à penser et à juger par lui-même. Sans exclure le parent dans la réflexion, cette collection permet à l’enfant d’acquérir plus d’autonomie, de réfléchir seul, de soulever de nouvelles questions, de jauger les diverses réponses qui se présentent à lui. Autrement dit, il devient acteur de la réflexion.

  • Des illustrations ludiques et très parlantes

Chaque livre est divisé en six chapitres correspondant à six questions importantes. Ces questions sont illustrées avec de l’humour, des couleurs joyeuses, des dessins parlants, un langae adapté à celui des enfants. Une invitation à réfléchir tout en s’amusant !

  • Une collection déclinée en trois thèmes qui parlent aux enfants

Cette collection Philozenfants se décline en trois thèmes : C’est quoi la violence?, C’est quoi la liberté ? et C’est quoi vivre ensemble ? Les questions posées amènent plusieurs réponses, certaines évidentes, d’autres conduisant à de nouvelles questions. Un cheminement de pensée qui permet à parents et enfants d’échanger. A la fin de chaque chapitre, une page récapitule les points développés et les leçons tirées de ces réflexions pour permettre à l’enfant de mémoriser ces acquis.

img_7954

Publicités

Le cimetière des mots doux, Agnès Ledig (texte) et Frédéric Pillot (illustrations)

C6E0ABDD-DF83-42B2-9323-0A58406BD311

Le cimetière des mots doux, Agnès Ledig

Illustrations Frédéric Pillot

Editions Albin Michel jeunesse, janvier 2019

 Agnès Ledig réussit un véritable tour de force : celui d’écrire un conte lumineux sur un sujet sombre : la mort d’un enfant. Poétique, émouvant, infiniment doux et délicat. 

Annabelle adore jouer avec Simon, son petit amoureux, celui avec lequel elle échange des mots doux. Pour lui, elle est « Annamabelle ». Tous deux ont le même âge, vivent dans le même village, partagent cette même passion pour la nature en général et pour les arbres en particulier. Surtout le grand chêne, l’arbre auquel Simon aime se confier.

Mais un jour, la maîtresse annonce que Simon ne viendra pas à l’école. Il a une maladie dont le nom est un mot pas doux du tout : leucémie.

Et Annabelle de ressentir un terrible manque. Elle adresse à Simon à l’hôpital des mots doux. Mais cela ne suffit pas à pallier le manque de sa présence, de leurs échanges, de leur bonheur à être ensemble.

La maladie emporte alors Simon.

C89433DB-BCEE-438F-B00A-2594F3D33C85

Pour ne pas se noyer dans son chagrin, Annabelle décide de continuer à écrire à Simon, à l’envelopper de mots doux, comme s’il était là, puis d’enterrer ces pensées de soie au pied du chêne de Simon, dans ce qui devient le cimetière des mots doux. Un lieu où extérioriser sa peine.

Quand votre enfant perd un camarade, un proche, vous vous trouvez parfois démuni pour lui expliquer ce qui s’est passé, pour apaiser son chagrin et ses peurs. Peur qu’il soit trop petit pour comprendre, peur de rendre son chagrin plus profond encore en lui disant la vérité, peur d’être submergé votre propre peine. Par désir de le protéger, vous êtes tenté de tricher avec la vérité, de la lui dissimuler. Et c’est l’inverse qui se produit. Car faute de mots sur ses maux, l’enfant ne peut pas gérer ses émotions, apprivoiser son chagrin, faire son deuil. Ce conte est donc un véritable outil pédagogique, il aide avec délicatesse l’enfant et les adultes qui l’entourent à apprivoiser la douleur de la perte, à passer du chagrin à la mélancolie. « La mélancolie, c’est comme la tristesse, mais avec de la douceur dessus. »

F679A975-7FAA-468A-B242-53CA62175745

Une mention spéciale à Frédéric Pillot dont les illustrations épousent à merveille la poésie, la luminosité et la douceur du texte et offrent au conte d’Agnès Ledig un écrin de douceur.

Celle qui marche la nuit, Delphine Bertholon : une lecture en apnée!

Celle qui marche dans la nuit, Delphine Bertholon

Editions Albin Michel jeunesse, février 2019

Mise en garde : vous ne pourrez plus reposer le livre une fois commencé. Un thriller addictif, qui séduira les ados comme les adultes.

Quand Malo, 15 ans, apprend qu’il va devoir quitter Paris et ses copains, pour suivre son père, sa belle-mère et sa petite sœur Jeanne dans le sud, c’est tout sauf une bonne nouvelle. Aller s’enterrer au fin fond de la campagne pour un Parigot pure souche, cela promet un mortel ennui. Et quand ils arrivent dans cette vaste propriété des pins, sa première impression le conforte dans sa malchance : le lieu est sinistre, digne d’un roman de Stephen King. Et pompon sur la Garonne, il pleut.

Et il n’y a pas que cette baraque biscornue, au bout d’une allée cahoteuse et boueuse, qui rappelle l’atmosphère angoissante du maître de l’horreur. Voilà que Jeanne, 5 ans, se réveille désormais la nuit en poussant des hurlements, figée, le regard vide, avant d’éclater dans d’interminables sanglots. Et de se confier à Malo : la nuit, une amie étrange, prénommée Pauline, vient la voir.

Sauf qu’il n’existe pas de Pauline dans l’entourage actuel de Jeanne, pas plus qu’il n’y en a eu du temps où ils vivaient à Paris. Alors, qui est Pauline ? Une amie imaginaire ? Ou est-ce le déménagement qui a déboussolé Jeanne et lui fait dire n’importe quoi ? Et si Pauline existait vraiment ? Car Malo est lui aussi le témoin de phénomènes étranges…

Delphine Bertholon a l’art de prendre le lecteur par la main et de l’emmener dans son univers. Moi qui ne suis pas particulièrement attirée par les romans pour ados, ai été complètement happée par ce roman : car Delphine Bertholon réussit le tour de force de construire un roman intergénérationnel, qui épouse les codes des ados (langage, passions, préoccupations), mais parle aussi aux adultes. Le lecteur est pris en otage par l’intrigue, happé par la tension permanente. Il se laisse embarquer par les personnages de Malo et de Jeanne, si attachants, par la crédibilité des situations, la justesse du ton, l’atmosphère inquiétante à souhait. Et se lance dans une lecture en apnée de la première à la dernière page. Impossible de deviner la chute.

Celle qui marche la nuit va vous faire lire la nuit, tant vous serez impatients de connaître le dénouement !

Un gros coup de coeur.

La tresse, ou le voyage de Lalita, de Laetitia Colombani (texte) et Clémence Pollet (illustrations)

6B928E0E-5F9A-4470-99E0-6E563B793B23

La tresse, ou le voyage de Lalita, de Laetitia Colombani (texte) et Clémence Pollet (illustrations)

Editions Grasset jeunesse, novembre 2018

Une adaptation superbe du best-seller de Laetitia Colombani. Le combat magnifique d’une femme pour l’avenir de sa fille, dans un pays, l’Inde, où appartenir au sexe féminin et à la caste des intouchables de surcroît, équivaut à une double peine.

Lalita a une longue chevelure que sa maman prend le soin chaque matin de tresser. Et en ce grand jour, sa chevelure se doit d’être encore plus impeccable que d’ordinaire : en effet, Lalita va faire son entrée à l’école. Une chance inouïe pour cette petite fille d’échapper au sort et à la condition réservés aux femmes et personnes de sa caste. Une chance que son père, chasseur de rats à mains nues et sa mère, nettoyeuse de latrines des castes élevées, n’ont pas eue.

Mais l’instituteur ne l’entend pas de cette oreille. La place de Lalita n’est pas en classe avec un crayon à la main mais avec un balai. Accablée par le mauvais traitement réservé à sa fille, Smita décide de fuir avec elle. Elle a entendu parler d’une école,  L’école de l’espoir, située en bord de mer et réservée aux intouchables. Une décision courageuse, car si les fermiers les rattrapent, elles seront sévèrement punies. Mais pour Smita, rien n’est plus important que l’avenir de sa fille.

Leur courage sera-t-il récompensé?

2A38733C-1AEA-4C8B-AD04-4ED9420ABC9D

Le roman de Laetitia Colombani est ici magnifiquement adapté en album jeunesse. Les dessins sont joyeusement colorés, à l’image de l’Inde qu’ils évoquent, les textes sensibilisent de manière claire et fine les enfants au sort qui est réservé aux fillettes des basses castes en Inde. Un ouvrage qui permet d’attirer l’attention des enfants sur les dangers de la discrimination, sur les disparités de traitement à travers le monde et sur l’importance de respecter la dignité de chacun. Une invitation à la tolérance, au respect et à la combativité.

Le Bonhomme de neige, Raymond Briggs, édition collector : magnifique!

92A67F45-32B1-4C2A-AC42-35AEF1353458

Le bonhomme de neige, Raymond Briggs

Edition Collector 40ème anniversaire, Grasset jeunesse

A l’occasion du quarantième anniversaire du célèbre Bonhomme de neige de Raymond Briggs, les éditions Grasset jeunesse proposent un ouvrage collector, magnifiquement relié, avec à l’intérieur une illustration en tirage limité à encadrer. Un magnifique cadeau à offrir aux petits.

Dans cet album aux tons pastels, doux comme la danse des flocons dans le ciel, un Bonhomme de neige prend vie un soir d’hiver, sous les crayons de Raymond Briggs. Il neige abondamment, aussi le petit garçon de la maisonnée décide d’aller dans le jardin, pour faire de ces flocons qui jonchent le sol un magnifique bonhomme de neige. Un chapeau, une écharpe, une clémentine pour le nez, du charbon pour les yeux et le tour est joué!

De jour comme de nuit, le petit garçon n’a de cesse de regarder son compagnon par la fenêtre. Quand soudain, un soir, il a la surprise de voir le bonhomme de neige s’animer et le saluer. Il sort alors à sa rencontre et propose de lui faire visiter sa maison. Un joyeux tour du propriétaire et c’est au tour du bonhomme de neige de lui faire découvrir son univers!

Mais la neige n’est pas éternelle. Tandis que le soleil montre le bout de ses rayons, la neige fond. Et le bonhomme de neige aussi. Jusqu’au prochain hiver.

8B795620-656F-4014-A40E-FE2A4B9EAF64

Cet album est uniquement visuel. Pas de texte, mais sur chaque page, des cases magnifiquement illustrées que l’enfant peut commenter, interpréter, devenant à cette occasion très actif dans la lecture de l’ouvrage. Une invitation pour l’enfant et son parent à échanger, dialoguer, imaginer, anticiper. Des personnages tendres et attachants, à l’image des crayonnages de l’auteur. Un vrai gros coup de cœur pour les petits comme pour les grands!

Pampirolo, le voyage inattendu : comment gérer l’utilisation des écrans par les tout jeunes?

img_7372

Pampirolo, le voyage inattendu, Létitia Durand (texte) et Edith-Laure Rostkowski (illustrations)

Yvelinedition, 2017

Un conte qui se révèle être un outil pédagogique précieux face à un problème de société très actuel : comment gérer l’utilisation des écrans par les tout jeunes. Et par leurs moins jeunes parents, parfois addicts aussi. 

Pampirolo est un petit lutin discret, qui vit sur le toit. Il est le gardien de la cheminée, s’assure tout l’hiver de son bon fonctionnement, quelle que soit la météo. Un rôle essentiel car une cheminée joue un rôle fédérateur dans une maisonnée! Les parents et enfants, les animaux, tout le monde se retrouve pour parler, échanger, jouer auprès d’un bon feu de bois. Du moins, tout le monde se retrouvait… Car avec l’avènement des écrans, chacun s’isole, passe des heures penché sur sa tablette ou sur son téléphone. Alors l’âtre de la cheminée ne crépite plus guère. Et Pampirolo, réduit à l’oisiveté, s’ennuie. Il s’attriste de voir les liens de cette famille se distendre. Et décide donc de quitter son poste et de partir à l’aventure, à la découverte de la nature environnante, accompagné du chien et du chat de la maison. Mais le vent peut-il tourner et le feu à nouveau crépiter?

img_7374

C’est un personnage très attachant, ce Pampirolo. Un lutin soucieux du bien-être de ceux qui l’entourent. En pointant le doigt sur l’isolement auquel le temps passé sur les écrans conduit, il donne aux parents et aux adultes en général, une aide précieuse, un outil pour faire prendre conscience aux petits qu’ils doivent aussi réserver du temps pour leur famille, leurs amis, pour se retrouver tous ensemble et échanger, rire, jouer autour d’un bon feu de cheminée. Les illustrations tendres et joyeuses de Edith-Laure Rostkowski achèveront de séduire les petits, lesquels adopteront Pampirolo comme ami et sage conseiller. Un coup de coeur!

Cargo, un conte d’Adèle Tariel (texte) et Jérôme Peyrat (illustrations)

3BFA6BCE-1B63-4F7D-9B70-41BA01EEC08F

Cargo, Adèle Tariel (texte) et Jérome Peyrat (illustrations)

Editions du Père Fouettard, novembre 2018

Un conte poétique et tendre. De très belles illustrations. Pour voyager au pays des rêves et s’abandonner sans crainte à la nuit.

Tandis qu’il s’endort, le petit garçon rêve qu’il se transforme en goéland. Un goéland qui a pour mission secrète de veiller sur le capitaine d’un gros cargo. Qu’importe les moqueries des fous de Bassan, notre goéland ne déroge pas au but qu’il s’est fixé. Il vole au dessus du cargo, affronte les embruns, le vent, la tempête, tremble pour le capitaine quand ils croisent une baleine, s’éloigne des côtes mais pas de ce capitaine aux épaulettes dorées.

Quand le jour se lève, le goéland, rassuré, peut regagner la maison . Les yeux de l’enfant ne vont pas tarder à s’ouvrir et le rêve à devenir réalité.

39704E7B-5596-495E-8E7B-10B2967ED55E

C’est un beau voyage au pays des rêves que nous offrent l’auteur et l’illustrateur. Une invitation à s’abandonner en toute confiance au sommeil, lequel réserve le plus beau des voyages et surtout, la réassurance que l’on ne sera pas seul au réveil.