Mercredi c’est papi !, Emmanuel Bourdier (Flammarion jeunesse)

img_6104

Mercredi c’est papi !, Emmanuel Bourdier

Editions Flammarion jeunesse, mars 2018

Prix spécial du jury du Prix Gulli du roman 2018

Pour enfants de 8 à 11 ans

Un roman touchant et plein de verve sur la relation entre un petit garçon et son grand-père à la mémoire volatile et fantasque.

Chaque mercredi, Simon est gardé par ses grands-parents. Et aller chez eux n’est pas qu’une partie de plaisir. En effet, son papi et sa mamie n’ont ni jeux vidéos, ni même internet, tout au plus trois bandes dessinées qui sentent le moisi.

Alors Simon s’ennuie.

C’est alors qu’il fait une découverte : son papi, qui selon son expression « est aux fraises », c’est-à-dire qu’il perd la boule, se révèle être un conteur fantastique. Il suffit que Simon brandisse n’importe quel objet pour que l’esprit de son papi s’anime et que ce dernier s’imagine dans la peau de héros extraordinaires. Une épée ? Et le voilà qui se glisse dans la peau d’un pirate. Une couronne ? Et il se revoit dans les atours du roi Régis.

« En fait, papi c’est un peu comme un super jeu vidéo dans lequel tu ne sais jamais ce qui va se passer quand tu appuies sur start ».

Et les mercredis de devenir magiques, aux côtés de son papi.

Un roman plein de tendresse, d’humour, de verve. D’empathie. Une belle histoire sur la façon de tisser des liens autrement, quand la mémoire fait défaut, quand la maladie gagne le cerveau. Un coup de cœur.

 

Publicités

Papa est en bas, Sophie Adriansen (Nathan)

Papa est en bas, Sophie Adriansen

Editions Nathan, septembre 2018

A partir de 10 ans

Un sujet difficile, la maladie et la fin de vie d’un parent, abordé à hauteur d’enfant avec beaucoup de tendresse.

Olivia est fille unique, très complice avec ses parents, avec son papa avec lequel elle aime jouer au foot. Seulement voilà, ces derniers temps, il joue de moins en moins avec elle. Au début, elle a cru que c’était parce qu’il ne le voulait plus. Jusqu’au jour où elle a compris qu’il ne le pouvait pas. Qu’il ne le pouvait plus. Ce n’était pas la maladie de la paresse, mais la maladie tout court. Une maladie orpheline au nom si compliqué, qu’ils ont décidé à la maison de la rebaptiser « la tartiflette ». Un nom de plat pour une famille de gourmets et gourmands, quoi d’étrange ?

Mais le père d’Olivia a beau garder son sens de l’humour, se battre au quotidien contre les ravages de la maladie sur ses muscles, la partie est trop dure pour lui. Et pour la fillette, partagée entre tristesse et colère. Entre chagrin et sentiment d’injustice. Comment accepter que la maladie vous vole chaque jour un peu plus votre papa ? Comment accepter que bientôt il ne soit plus là ? Comment accepter que ce héros perde le plus important combat de sa vie ?

Sophie Adriansen évoque avec beaucoup de sensibilité et de tendresse, la maladie et la fin de vie, à travers le regard d’une enfant. Sans verser dans le pathos malgré la gravité du sujet, elle se glisse avec brio dans l’esprit de la fillette, essaye de comprendre avec sa perception du monde, ses connaissances, ce qui arrive à ce père si vaillant jusqu’alors, pourquoi le courage ne suffit pas toujours, pourquoi la vie est aussi parfois injuste. Un roman très touchant, drôle parfois, juste toujours.

Prix Gulli du roman 2018 : Le mot d’Abel, de Véronique Petit (éditions Rageot)

Ce jeudi 4 octobre, le jury du Prix Gulli du roman était réuni au restaurant Le Procope, pour annoncer le lauréat, sous la houlette de la marraine de cette septième édition, Alessandra Sublet.

  • Des romans pour les 8-13 ans :

Gulli, chaine jeunesse française pour toute la famille, a créé en 2012 le Prix Gulli du roman, un prix qui distingue un ouvrage destiné aux 8-13 ans, avec la volonté de promouvoir la lecture et les livres pour les enfants.

 

Le jury, présidé par Michèle Reiser, avait pour marraine pour sa 7ème édition l’animatrice et productrice Alessandra Sublet.

  • Six romans avaient été sélectionnés pour le prix : 

Six-romans-exceptionnels-!.jpg

  • Le mot d’Abel de Véronique Petit, Prix Gulli du roman 2018 : 

Et la gagnante à l’unanimité est Véronique Petit pour son roman Le mot d’Abel, paru aux éditions Rageot. Un prix spécial du jury a été remis à Emmanuel Bourdier pour son roman Mercredi c’est papi!, paru chez Flammarion jeunesse.

Collection Mes premières questions/réponses, L’école maternelle (Nathan)

img_5486

L’école maternelle, Cécile Jugla (texte) et Mélisande Luthringer (illustrations)

Collection Mes premières questions réponses!

Editions Nathan, juillet 2018

Pour les enfants à partir de 3 ans

La collection Questions réponses répond à 21 questions que les petits peuvent se poser en entrant à la maternelle. Avec des activités, des jeux Cherche -et-trouve, pour découvrir, échanger et s’amuser!

Ces petits livres joyeusement colorés, aux pages plastifiées pour résister aux menottes pleines de confiture ou de chocolat de vos chères têtes blondes,  vont rassurer les petits lors de leur entrée à la maternelle. L’école est un univers inconnu et comme tout ce qui est inconnu, peut susciter de l’inquiétude, des questionnements. Or ce livre joyeux, qui reproduit les différents moments d’une journée d’école, se propose sous la forme de jeux, d’observation, de répondre aux questions du tout petit : A quel âge entre-t-on à l’école? Pourquoi papa et maman ne restent pas dans la salle de classe? Comment commence la journée? Que fait-on à la récré, surtout si on n’a pas de copains? Que mange-t-on à la cantine? Tout le monde doit-il faire la sieste? Etc. Vos enfants vous ont déjà certainement interrogé à ce sujet.

L’enfant s’identifiera facilement aux personnages, aux scènes décrites, sera rassuré sur cet univers à apprivoiser. En outre, sur chaque double page, un jeu de cherche-et-trouve lui permettra de développer sa concentration et son sens de l’observation, d’échanger avec l’adulte.

Un petit livre très bien conçu, véritable allié du tout-petit pour ses premiers pas à l’école!

Ma maternelle épanouie, pour apprendre en confiance et s’épanouir (Nathan)

img_5486

Collection « Ma maternelle épanouie », éducation positive, Anne Boin

Illustrations de Isabelle Jacqué

Trois tomes : Petite section, moyenne section et grande section

Les éditions Nathan lancent une collection parascolaire de cahiers d’éducation positive, pour accompagner les enfants en maternelle et les aider à apprendre en confiance et s’épanouir.

Le principe de l’éducation positive est d’encourager l’enfant, plutôt que de le réprimander. De le faire apprendre dans la joie, avec bienveillance, plutôt que de façon autoritaire. L’éducation positive est fondée sur le respect du rythme de l’enfant, l’attention portée à ses émotions.

Cette collection se décline en trois cahiers : Petite section pour les 3-4 ans, Moyenne section pour les 4-5 ans et Grande section pour les 5-6 ans. Chaque cahier propose des activités dans toutes les matières adaptées à l’âge de l’enfant et donc à sa compréhension : lecture, graphisme, compréhension du monde, écriture.

Il faut prévoir des séances de 15 minutes environ, car les enfants ont de la peine à se concentrer au-delà. L’important est de respecter leur rythme. L’idée est de laisser l’enfant faire l’activité en toute autonomie et de l’encourager, d’être à sa disposition en cas de difficultés ou de questions.

Entre les activités, il y a des plages de temps calme proposées dans le cahier : relaxation, yoga, méditation, respiration, mandalas, mais aussi identification des émotions.

Ces cahiers extrêmement bien conçus proposent un apprentissage bienveillant, sans stress, qui aident l’enfant à s’épanouir, à prendre confiance en lui et à gagner en autonomie. Ils permettent de prolonger à la maison les apprentissages de la maternelle.

Cahier d’écriture cursive, conçu par un enseignant et un orthophoniste : pour aider vos enfants à maîtriser l’écriture! (Nathan)

CF66F3F6-565C-4D43-BCF9-4F29DDE7CAE9

Cahier d’écriture cursive, Yachar Jusserand (orthophoniste) et François Barrier (professeur des écoles)

Illustrations de Florence Langlois

Editions Nathan, juillet 2018

Pour enfants à partir de 6 ans

Un cahier d’écriture inédit, adapté et spécialement conçu pour les dys et les enfants en difficulté d’apprentissage de l’écriture.

C’est la rentrée de vos chères têtes blondes et, pour certains, l’apprentissage de l’écriture cursive. Un apprentissage complexe pour les enfants dyslexiques, ou pour ceux qui ont besoin de davantage de temps que les autres pour maîtriser le geste de l’écriture. Pas de panique, ce cahier a été spécialement conçu pour eux par un enseignant et un orthophoniste. Il propose d’aider les enfants à maîtriser l’écriture grâce à u apprentissage facilité.

  • D’une part, les lettres sont regroupées par famille, de la plus simple à représenter à la plus complexe. Ce qui permet une progression graduelle dans l’appropriation du dessin de la lettre. Chaque lettre est décomposée en deux ou trois temps pour apprivoiser la gestuelle de l’écriture.
  • Un code couleur en marge de la page, aide l’enfant à se repérer : le vert à droite représente le signal du départ, le rouge à gauche celui de la limite à ne pas dépasser. Tandis que le bleu en haut de la page représente le ciel à ne pas dépasser et le marron en bas de la page la terre sous laquelle ne pas aller avec son crayon.
  • Peu à peu l’enfant est invité à passer de la lettre à la syllabe puis au mot et à enfin à la phrase.
  • Des interlignes qui diminuent progressivement : l’enfant commence par recopier le dessin de la lettre sur des interlignes de 7 mm. Puis 5 mm et enfin 3 mm. Cela lui permet d’affiner son geste avec le temps et la pratique.
  • Des doubles pages, réparties au sein de l’ouvrage, permettent de faire un bilan avec l’enfant, de voir ce qu’il a assimilé ou pas.

Ce cahier d’apprentissage est extrêmement bien conçu, adapté aux difficultés de l’enfant. Sa progression douce encourage les enfants dans leurs progrès, de même que les smileys en bas de page qui lui permettent de noter sa satisfaction. Un très bon outil pour démarrer dans l’écriture cursive!

DB4A7078-0351-4CB3-9919-E5D8835F6BF9

 

 

Prix Talents Cultura 2018 : C’est à moi! Anuska Allepuz

C’est à moi! Anuska Allepuz (texte et illustrations)

Editions Mango jeunesse, Août 2018

Prix des Talents Cultura 2018

Pour enfants de 3 à 6 ans.

Au coeur de la jungle, cinq éléphants se délectent de fruits aussi variés que délicieux : mangues, noix de coco, kiwis, bananes, ananas, il y en a pour tous les goûts et toutes les gourmandises. Jusqu’au jour où ils tombent sur un arbre étrange et inédit dans le paysage : cet arbre très haut, regorge de fruits dodus et dorés qui leur font très envie. Reste à les attraper, ce qui n’est pas une mince affaire. Et chacun de crier « C’est à moi! », les yeux rivés sur les fruits dorés.

Tandis que les éléphants rivalisent d’imagination pour tenter de décrocher les fruits, cinq petites souris futées convoitent le même butin sucré. Et le leur ravissent!

« C’est à moi ! » est une jolie métaphore de notre société, une histoire qui met en exergue l’amitié et la solidarité  en opposition à l’individualisme et à l’égoïsme. Elle montre combien il est profitable de s’entraider, d’unir ses forces. Une belle histoire pleine de de belles énergies et de couleurs!