J’ai toujours cette musique dans la tête, Agnès Martin-Lugand : entêtant!

18217470_10212527985936101_567513630_n

J’ai toujours cette musique dans la tête, Agnès Martin-Lugand

Editions Michel Lafon, avril 2017

 

Parents de trois jeunes enfants, Yannis et Vera forment un couple de quadras aussi amoureux qu’au premier jour. Tout serait absolument parfait si Yanis n’éprouvait pas une frustration toujours plus grande dans son travail. En effet, employé de son beau-frère architecte depuis maintenant dix ans, Yanis a le sentiment d’étouffer, d’être constamment rabaissé. De fait, tous deux ont un tempérament opposé : la fougue, la folie, l’ambition de Yanis se heurtent à la prudence, l’étroitesse d’esprit et le pragmatisme de Luc. Aussi, quand ce dernier s’oppose à un projet pharaonique qui enthousiasmait Yanis, LE projet sur lequel il entendait se réaliser, c’est la rupture entre les deux hommes.

Yanis claque la porte de l’agence.

Alors qu’il hésite à se mettre à son compte, préoccupé par les moyens financiers à mettre en œuvre et la nécessité de subvenir aux besoins de sa famille, un homme, Tristan, entre dans sa vie tel le messie. Bien qu’ils se connaissent à peine, Tristan propose de se porter garant, donne à Yanis la confiance qui lui a toujours fait défaut, à lui, l’autodidacte. Mieux, Tristan se montre charmant avec les enfants, avec Vera, met à leur disposition sa maison de vacances, veille sur eux comme s’ils étaient de sa famille. Celui qui était un parfait inconnu il y a peu encore, occupe désormais une place centrale dans leur vie. De quoi se réjouir et remercier la providence.

Mais ce rêve éveillé est-il trop beau pour être vrai ? Le tournant professionnel de Yanis sera-t-il compatible avec sa vie familiale et conjugale ? Cette intuition qui souffle à Vera de se méfier est-elle fondée ?

Crise de la quarantaine, reconversion, couple, emprise affective, sont disséqués au scalpel de la plume d’Agnès Martin-Lugand avec une finesse et une justesse chirurgicales. Difficile dès lors de ne pas se laisser emporter par la musique de l’intrigue, par ces mots inscrits sur la partition du suspens, témoins de la toile qui se tisse autour du couple et inquiets quant à leur capacité à s’en extraire.

Un roman qui se dévore d’une traite !

Désolée, je suis attendue, Agnès Martin-Lugand : coup de coeur!

1507-1

Désolée, je suis attendue, Agnès Martin-Lugand
Editions Michel Lafon, avril 2016

Un roman émouvant et fort justement écrit sur les choix de vie, l’ambition professionnelle pathologique, la remise en question. A lire !

« J’avais envie d’être la meilleure, de prouver que je pouvais exister par mon travail, le tout pimenté par un besoin vital de me dépasser. Je misais tout dessus. » Telle est la philosophie de vie de Yaël depuis dix ans, date à laquelle elle est rentrée comme simple interprète dans une agence de renom. Depuis, à force de travail, de volonté, de professionnalisme, elle a gravi les échelons et est devenue le bras droit du directeur. Mais son ambition ne saurait se contenter de ce résultat, fût-il déjà brillant. Véritable requin prêt à dévorer ses concurrents, guerrière dont l’obtention de la victoire légitime toutes les agressivités, Yaël est animée par la cupidité du toujours plus, du toujours plus loin et du meilleur que les autres. Elle dort peu, se questionne encore moins sur ses choix. Pas de place pour une remise en question. Pas de place pour le doute. Pas de place pour le plaisir dans aucune de ses acceptions. Pas le temps surtout. Elle avance comme un robot dans sa vie aseptisée.
Jusqu’à ce qu’un ami d’enfance, Marc, resurgisse dans sa vie. Un grain de sable dans les rouages bien huilés de son existence. Et de lui renvoyer l’image de celle qu’elle était avant, si éloignée de la femme qu’elle est devenue. Et d’amorcer en Yaël une prise de conscience salvatrice.
Avec ce 4ème roman, Agnès Martin-Lugand explore avec beaucoup de finesse et sensibilité les dangers d’une certaine forme d’ambition. Si l’ambition saine est bénéfique car elle fait grandir, se dépasser, mobilise, elle est néfaste quand, pathologique, elle conduit à viser le toujours plus avant le toujours mieux, quand elle positionne le soi au-dessus des autres et conduit à sacrifier sa vie pour mieux la gagner. Que recherche Yaël au-delà de cette ambition ? De quoi cette ambition est-elle le moyen ? Que veut-elle professionnellement et personnellement pour demain ? Un roman positif, qui montre que la remise en question est toujours possible. Et profitable.
Un coup de cœur !