Les 4 livres incontournables de ce mois de février


Chaque semaine, je vous ai présenté trois à cinq livres dans des registres très divers, pour adultes comme pour enfants. Voici en quelques lignes ceux qui ont été mes coups de coeur de ce mois de février 2020. Et pour retrouver la chronique que j’ai consacrée à chaque livre, il vous suffit de cliquer sur son titre. C’est simple comme un clic! 😊

  • Otages, de Nina Bouraoui, aux éditions JC Lattès : Nina Bouraoui nous offre le portrait extraordinaire d’une femme ordinaire. Une femme qui a encaissé les coups sans rien dire. Toute sa vie. Jusqu’au coup de trop. Un livre sur la libération. Un roman coup de poing pour une lecture coup de cœur.
  • Deux coeurs légers, de Sophie Simon, éditions Anne Carrière : Un roman émouvant, viscéralement humain, sur les combats contre la haine raciale aux Etats-Unis. Mais aussi un roman sur la passion de la musique, avec des personnages que l’on ne peut pas oublier.
  • Se réjouir de la fin, Adrien Gygax, éditions Grasset : Dans ce roman, l’auteur se glisse dans la peau d’un vieil homme en fin de vie. Et le regard qu’il porte sur l’existence, sur ses joies, sur ses peines, sur ce qui est important ou accessoire, est tellement troublant de justesse, que l’on a vraiment le sentiment de lire les confidences d’un vieil homme sage. Mieux, on a envie d’aller lui rendre visite à la maison de retraite pour ajouter des rayons au soleil de sa vie, en remerciement des lignes lumineuses qu’il nous a confiées. Un texte poétique, émouvant et non dénué d’humour.
  • Suzanne, Frédéric Pommier, éditions Pocket : Un portrait de femme extraordinaire. Un concentré d’amour et de tendresse. Faites la connaissance de cette femme merveilleuse, courageuse, dont le mot d’ordre a toujours été SQM (sourire quand même) A lire absolument !

Deux cœurs légers, Sophie Simon

Deux coeurs légers par Sophie Simon

©Karine Fléjo photographie

Un roman émouvant, viscéralement humain, sur les combats contre la haine raciale aux Etats-Unis. Mais aussi un roman sur la passion de la musique, avec des personnages que l’on ne peut pas oublier.

Etre noir aux Etats-Unis dans les années 70

Nous sommes à la fin des années 70, à Imperial, dans le Nebraska. Si à 24 ans, le père de Ray attend de son fils qu’il prenne bientôt la relève de son restaurant-grill, Ray, lui, voit plus loin. Plus grand. Depuis l’âge de 7 ans, il ne vit que pour et par la musique. Mais il se garde bien de partager son désir de devenir musicien au risque de s’exposer à la réprobation et au sarcasme de ses proches. Peu importe, il a foi en lui. Et de décider de participer à des concours de jeunes talents. Il est remarqué par un producteur qui l’invite à enregistrer son premier album dans ses studios de Los Angeles. Une nouvelle vie commence alors. Concerts, passages à la radio, Ray acquiert une certaine notoriété. Une notoriété qui lui vaut un grand succès auprès des filles, notamment auprès de Minnie.

Sauf que Minnie du haut de ses 17 ans est encore mineure.

Sauf que Minnie est blanche.

Et Ray est majeur.

Et Ray est noir.

Ce qui aurait pu tout au plus susciter quelques réserves de la part de la famille ultra-catholique de Minnie, se transforme en rejet pur et dur de cette relation. Musicien, mais aussi et surtout noir, voilà qui est inconcevable pour le père de Minnie. Et que Ray soit prêt à s’engager, qu’il ait de bons revenus et que Minnie soit heureuse avec lui, n’y change rien. Devant le refus de Minnie de quitter Ray, le père de cette dernière décide d’agir…

Haine raciale et discrimination

J’avais découvert Sophie Simon avec American Clichés et ai été tellement emportée par son écriture, sa façon incroyable de créer un univers et d’y transporter le lecteur, que j’ai suivi chacune de ses publications depuis. Deux cœurs légers, c’est un roman plein de sensibilité sur la haine raciale en particulier et sur le rejet de la différence en général (couleur de peau, corpulence, milieu social…). Se taire pour ne pas susciter le courroux des blancs quand on est noir. Encaisser les humiliations, se résigner à ce que ses diplômes ne soient pas reconnus, à ce que les hauts échelons de la société restent inaccessibles, à ce que la justice soit injuste. C’est ce qui arrive à Ray ici, tandis qu’il est fauché au faite de sa gloire. Mais va-t-il se résigner ?

C’est aussi une histoire sur l’amour de la musique, sur la passion chevillée au corps, une passion que l’on ne peut nier ou réprimer. Peut-on durablement nier ses véritables besoins, pour se conformer à ce que l’on attend de nous ? Peut-on se détourner de sa plus grande passion, sans risquer de se perdre ? Un roman plein de couleurs, de parfums, de musique, qui nous fait voyager aux Etats-Unis à la fin des années 70, auprès de personnages magnifiques.

Informations pratiques

Deux cœurs légers, Sophie Simon – Editions Anne Carrière, janvier 2020 – 297 pages – 18,50€

Les jours areuh, François d’Epenoux : coup de coeur!

image

Les jours areuh, François d’Epenoux

Editions Anne Carrière, janvier 2016

Récit.

Un livre qui, entre l’anecdotique et l’onirique, l’humour et la poésie, pose un regard sur le monde et le redoutable bonheur d’être père.

Difficile de parler d’un livre quand il s’agit d’un tel coup de cœur, tant on a le sentiment qu’on ne pourra rien écrire qui ne soit en deçà du livre lui-même. Ma chronique pourrait donc tenir en une seule injonction : « Lisez-le, relisez-le, offrez-le ! » Mais pour ceux qui sont encore devant leur écran – les autres ayant déjà enfilé leur manteau pour se ruer chez le libraire le plus proche, je vais étayer.

Les jours areuh, mi-récit, mi-fiction, s’inspire de la vie de François d’Epenoux, jeune papa quinqua. Tandis que les pleurs du nouveau-né retentissent au cœur de la nuit, pleurs qu’il apaise patiemment en lui donnant le biberon, il partage avec nous les réflexions qui jalonnent ces longues heures. A la lueur de l’abat-jour, il projette sur l’écran de ses pensées le film de la jeune vie d’Oscar, de l’annonce de la grossesse de sa femme à cet instant précieux au creux de ses bras, en passant par la naissance en catastrophe du petit, son difficile et courageux combat pour survivre, la réanimation, la néonatalogie, mais aussi sa victoire face à l’adversité et son accueil chaleureux dans la fratrie. Et tandis qu’il multiplie les arrêts sur image, il évoque avec une infinie tendresse et une émotion à fleur de plume, les questionnements qui sont siens. Etre à nouveau père, tardivement, c’est à la fois une joie indescriptible, un extraordinaire bain de Jouvence, des challenges permanents à relever pour se dépasser et faire face aux exigences hautes de l’éducation d’un enfant, ou encore le sentiment fort d’avoir fait un choix et d’en assumer toutes les responsabilités. Mais ce sont aussi des renoncements en termes de liberté (vie de noctambule, voyages lointains, fêtes, …), des craintes quant au monde qui l’attend et à ses capacités, avec les autres enfants de sa génération, à l’améliorer.

Un livre passionnant, bouleversant, magnifique. Une ode à l’amour merveilleuse, la plus belle, la plus pure qu’un père puisse interpréter par la voix de son encre à son enfant…

 

Informations pratiques :

Prix éditeur : 15€

Nombre de pages : 134

ISBN : 978 2 8433 7806 5

 

 

 

Citation du jour

« Aujourd’hui, tout se dilue et tout s’agrège dans une pâte uniforme qui nous colle à la peau. On nous a appris à avoir peur, à suivre, à nous montrer consensuel. Le monde est une ampoule suspendue dans le noir, avec sept milliards de mouches posées dessus. Demande t-on à une mouche si elle est pour ou contre l’ampoule qui l’attire ? Non. Elle s’accroche et attend de mourir au contact de ce qui est, malgré tout, chaud et lumineux. » de François d’Epenoux dans Le réveil du coeur (Anne Carrière)

image

Sélection de 25 romans pour vous évader tout l’été!

valises-de-livres2

Vous avez attendu l’été avec une impatience grandissante.  Le voilà enfin, avec les vacances dans son sillage. La valise est presque prête, il ne reste plus que les livres à intercaler entre la crème solaire et le maillot de bain. Vous hésitez? Alors ces sélections de romans parus en 2014 vous guideront peut-être dans vos choix!

Voici différentes destinations de lecture. Prêts? Attachez vos ceintures!

  • Si vous mettez le cap sur la tendresse, embarquez aux côtés de :

– Gilles Paris avec L’été des lucioles  (éditions Héloïse d’Ormesson) et Au pays des kangourous (Livre de poche)

– François d’Epenoux avec Le réveil du coeur (éditions Anne Carrière)

– Philippe Routier avec L’enfant du parc (éditions stock)

  • Cap sur le suspens avec :

– Dominique Dyens avec La femme éclaboussée (éditions Héloïse d’Ormesson)

– Pierre-Yves Tinguely avec L’axe du sang (éditions M.A.)

– René Manzor avec Celui dont le nom n’est plus (éditions Kéro)

  • Cap sur l’étranger :

– Les États-Unis avec Sophie Simon  :  Gary tout seul (éditions JC Lattès)

– La Birmanie avec Jan-Philipp Sendker : L’art d’écouter les battements de coeur (éditions JC Lattès)

– La Jamaïque avec Philippe Vidal : Les montagnes bleues (éditions Max Milo)

– L’Irlande et la Pennsylvanie avec Paul Lynch : Un ciel rouge le matin (Albin Michel)

  • Cap sur les témoignages avec :

– Martin Gray et Mélanie Loisel, Ma vie en partage (éditions de l’Aube)

– Michel Baldy La rue était mon lit (City éditions)

– Marianne Guillemin Dans la gueule du loup (éditions Max Milo)

  • Cap sur l’amour  avec :

– Eric-Emmanuel Schmitt, L’élixir d’amour (Albin Michel)

– Nathalie Rheims, Maladie d’amour (Léo scheer)

– Nicolas Barreau, Le sourire des femmes (Éditions Héloïse d’Ormesson)

– Xavier de Moulins, Que ton règne vienne (JC Lattès)

– Fariba Hachtroudi, Le colonel et l’appât 455 (Albin Michel)

– Akli Tadjer, Les thermes du Paradis (JC Lattès)

  • Cap sur l’humour avec :

– David Foenkinos, La tête de l’emploi (éditions J’ai lu)

  • Cap sur l’histoire avec :

– Stéphane Bellat, La chambre d’Hannah (M.A. éditions)

– Catherine Hermary-Vieille, La bête (Albin Michel)

  • Cap sur un premier roman avec :

– Céline Lapertot Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre (éditions Viviane Hamy)

  • Cap sur la littérature jeunesse avec :

– Marie-Christine Buffat, La malédiction de la chanson à l’envers  (éditions Snow Moon)

Quelle que soit la destination que vous aurez choisie, nous vous garantissons non pas le soleil, mais le talent des auteurs! Bonnes vacances et… belles lectures!

 

10384278_843072199054032_3469047405016937709_n

Le réveil du coeur, de François d’Epenoux : bouleversant…

image

Le réveil du coeur, de François d’Epenoux

Editions Anne Carrière, 2014

Prix de la maison de la presse 2014 

 

Quand Jean, quadra parisien, annonce à son père, affectueusement surnommé le Vieux, qu’il va être papa, la réponse de ce dernier est éloquente :  » Je suis heureux pour vous. Inquiet pour lui. » Quant à envisager de garder le petit lors de futures vacances, la réponse est tout aussi directe :  » Plutôt mourir. »
Car pour le Vieux, personnage un peu bougon, nostalgique, rebelle à la modernité, la vie s’est arrêtée à la période bénie des années 50. Depuis, il en est convaincu, le monde court à sa perte. Alors avoir envie de léguer ce monde-là à un enfant, voilà qui le dépasse…
Pourtant, la naissance de Malo va balayer bien des certitudes. Celles de Jean tout d’abord, que cette venue au monde va accoucher de lui-même. Elle va lui permettre d’expulser des désirs morts-nés et de faire enfin des choix de vie cohérents avec ses aspirations profondes. Une naissance qui va aussi chambouler le Vieux. Car connaître Malo, c’est l’aimer. Et le Vieux n’y échappe pas, se reconnaissant en ce petit être si touchant. Non seulement il l’adopte d’emblée dans son coeur, mais il accepte de le prendre un mois en vacances avec lui dans sa cabane en bois de Lacanau.
Dès lors, l’intelligence du coeur entre ces deux êtres va parler : des liens d’amour très forts et très profonds vont se tisser, chacun éveillant le coeur de l’autre à la vie, à l’espoir, à la tendresse. Au contact de son grand-père, plein d’une sagesse qu’il distille sous la forme de savoureux aphorismes, Malo apprend à observer ce qui l’entoure, à se poser dans ce monde où l’on court si souvent. Pêcher, bricoler, faire du vélo, reconnaître les arbres et les oiseaux, les poissons et les fleurs n’auront bientôt plus aucun secret pour lui. Quant au Vieux, la fraicheur de l’enfant, son enthousiasme, son appétit de vivre se révéleront contagieux. Et si le monde n’était pas si désenchanté qu’il le croyait?
Et si chacun avait le pouvoir de réveiller le coeur de l’autre?

Un roman bouleversant sur trois générations, trois hommes dont les liens du coeur vont tisser une bien belle trame.
Ce roman a reçu le Prix 2014 de la Maison de la Presse.
A lire!

P.128 : Avec la naissance de son fils, un père accouche souvent de lui-même. Si un seul voit le jour, les deux voient la lumière.
P.210 : le temps ne vaut que si l’on s’y prélasse. Le prévoir, c’est déjà se noyer.

 

François d’Epenoux, lauréat du 44ème Prix de la Maison de la Presse!

Ce mercredi 21 mai, le 44ème Prix de la Maison de la Presse a été décerné à François d’Epenoux, pour son roman Le réveil du coeur, aux éditions Anne Carrière.

L’auteur :

 

 

image

François d’Epenoux, 46 ans, est l’auteur de plusieurs romans dont Même pas mort, Deux jours à tuer, Le réveil du coeur. Deux jours à tuer (Anne Carrière, 2001) a d’ailleurs été adapté à l’écran par Jean Becker.

Le livre primé :

reveil-coeur-1527710-616x0

Quand le Vieux accepte d’assurer la garde de son petit-fils Malo durant tout le mois d’août, ce n’est pas de gaieté de cœur. Il faut dire qu’entre le misanthrope solitaire et l’enfant de six ans, il n’y a pas seulement un fossé de sept décennies, il y a un gouffre, des siècles, un univers entier. Et pourtant… magie d’un lieu hors du temps, atavisme croisé, miroir des cœurs ? Ces deux-là vont s’apprivoiser, mais aussi se reconnaître l’un dans l’autre, dans une tendresse réciproque et un caractère affirmé qui fait fi des années. Rencontre insolite, d’ailleurs. D’un côté, un vieil homme se prenant au jeu, ouvrant les yeux de son petit-fils sur ce que les enfants, tout à leurs écrans, ne voient plus – la nature, les animaux, les saisons. De l’autre, un gamin ouvrant l’esprit et l’âme du grand-père aux évolutions du monde. Grinçant, voire drôlement caustique quand il se place du point de vue du Vieux, personnage haut en couleur, émouvant et touchant quand il est vécu à hauteur d’enfant, ce roman aborde moins le conflit des générations que celui des époques : à quelle aune juger le monde où nous vivons ? Celle de l’histoire ou celle de notre histoire ? L’époque présente n’est-elle pas la plus enviable, puisque c’est celle que nous vivons ?