Lily et Doudou Monstre

Lily et Doudoumonstre

©Karine Fléjo photographie

Quand un gentil monstre un peu encombrant croise le route d’une fillette intrépide, cela met du sel dans le quotidien! Une bande dessinée très vivante et très colorée.

Un drôle d’animal de compagnie

Un jour, Lily découvre un monstre caché sous son lit. Elle pourrait prendre peur : cette énorme bestiole, qui pue des pieds et a un appétit d’ogre ne pourrait faire d’elle qu’une bouchée! Mais c’est mal connaître Doudoumonstre qui n’est que douceur et gentillesse. Doudoumonstre ne saurait en effet faire de mal à une mouche. Pire : il a une peur bleue des animaux plus petits que lui comme les tortues.

Mais si avoir comme ami un Doudoumonstre n’est pas toujours de tout repos, même si le chat de la maison a intérêt de ne pas traîner dans les parages, cela procure aussi bien des avantages quand on veut faire des vagues dans la piscine ou des bulles dans le bain. Et surtout, c’est un pur bonheur car Doudoumonstre fait des câlins tout doux. C’est donc une belle amitié qui commence et de belles bêtises en perspective!

Une bande dessinée très vivante

Ce qui m’a séduite d’emblée en me saisissant de cette bande dessinée, ce sont les illustrations. Des personnages craquants, des couleurs joyeuses et vives, qui donnent envie de se plonger dans l’album. Le texte est plein d’humour et ne manquera pas de séduire vos chères têtes blondes, surtout si elles sont en manque d’inspiration pour faire des bêtises 😉

Informations pratiques

Lily et Doudoumonstre, de Mic et Val – Editions Bamboo janvier 2020

Bande dessinée : Intraitable, Choi Kyu-sok

Intraitable Choi Kyu-sok

©Karine Fléjo photographie

Une bande dessinée ancrée dans le réel : les pratiques de harcèlement moral et de manipulation au sein des multinationales. Saisissant.

Harcèlement moral au sein des multinationales

 » Il faut dégraisser le personnel de vente par n’importe quel moyen! Faites appel à votre imagination! Au pire, harcelez-les ou poussez-les à la faute« . Tel est le message de la direction au nouveau chef de service de la multinationale française implantée en Corée.

Quand Lee Soo-in a quitté les rangs de l’armée pour rentrer comme cadre dans cette multinationale, ses qualités en termes de sérieux, de courage et d’humanité laissaient présager une belle carrière. Mais c’était sans compter avec une autre de ses qualités : la justice. Car s’il est quelque chose que Lee Soo-in ne tolère pas, c’est que l’on ne respecte pas les individus, que l’on use de stratèges pour se débarrasser d’eux, que leur travail ne soit pas reconnu à sa juste valeur. L’injonction de son supérieur pour écrémer le personnel en usant de tous les moyens, du plus au moins louable, est donc totalement contraire à ses principes. Harcèlement, pression, menaces, intimidations, le mettent hors de lui : il ne peut pas cautionner les pratiques de la direction et décide de se syndiquer.

Heureusement, si Lee Soo-in est isolé au sein de l’entreprise, car nombreux sont les employés qui craignent des représailles, il trouve en Gu Go-shin, directeur d’un cabinet de conseil spécialisé dans la défense des travailleurs, un précieux allié. Salaires impayés, licenciements abusifs, accidents du travail non reconnus, Gu Go-shin mène gracieusement des opérations commando pour que justice soit faite. Il débarque dans les entreprises, prévient, exige, menace, et généralement obtient réparation pour l’employé malmené. Une forme de justicier des temps modernes, qui n’a pas froid aux yeux et un seul credo : obtenir justice.

A eux deux, Lee Soo-in et Gu Go-shin entendent bien résister aux pratiques inhumaines de la multinationale et encourager les employés à les suivre.

Intraitable bande dessinée

Une bande dessinée coréenne incisive

Cette bande dessinée est notamment inspirée des pratiques de l’enseigne Carrefour, qui a soldé une bonne partie de ses actifs en Asie ( Thaïlande, Chine, Corée du sud…) ces dernières années. Mais les pratiques peu recommandables dénoncées dans cet album engagé ont un caractère universel (hélas). La crise asiatique de 1997 – 1999 a frappé durement la Corée, la Thaïlande, la Chine, qui jusqu’alors connaissaient une croissance fulgurante. C’est dans ce contexte économique et social tendu que se situe cette bande dessinée. Avec des illustrations monochromes très vivantes, d’une grande puissance évocatrice, le talentueux Choi Kyu-sok croque le monde de l’entreprise dans ses aspects les plus sordides : intimidation, harcèlement moral, pression, peur, maltraitance sociale sont le lot quotidien des petits employés soumis à la direction de la multinationale et à certains cadres coréens.

 

Informations pratiques :

Il s’agit du premier tome d’une série de six ouvrages.

Intraitable, Choi Kyu-sok, éditions de Rue de l’échiquier – août 2019 – 248 pages – 20€

 

Crèche test, Matthieu Robet

Crèche test, de Matthieu Robet

©Karine Fléjo photographie

Une bande dessinée aussi drôle que tendre, sur les péripéties d’un jeune papa, aux éditions Paja. Et vous, avez-vous passé avec succès votre crèche-test?

Devenir père : une tonne de patience et d’amour

C’est une bande dessinée qui vous réchauffera au cœur de l’hiver et chassera la grisaille pour ensoleiller votre ciel de rires.  Sur près de 120 pages illustrées, Matthieu Robet croque son quotidien de jeune papa avec sa fille Margaux. Car les trois premières années de la vie avec l’enfant sont tout sauf reposantes, calmes, faciles, zen. Avec un humour délicieux et beaucoup d’autodérision, il peint les journées souvent épuisantes des nouveaux parents face à ce petit être qui ne fait pas ses nuits mais fait ses dents, pousse des cris d’une puissance inversement proportionnelle à sa taille et est abonné aux « Non! ». Mais ces nuits écourtées, ces machines quotidiennes à faire tourner, ces sorties auxquelles il faut renoncer, ces tensions dans le couple, ces mêmes histoires qu’il faut lire et relire, ne sont rien au regard de l’amour fou que fait jaillir cette petite Margaux dans le foyer. Alors peu importe l’abnégation qu’exige la venue d’un nouveau-né et les valises sous les yeux, quand le bout de chou prononce son premier « papa » puis son premier « je t’aime », le coeur du père fond. Et le nôtre à l’unisson.

Une bande dessinée savoureusement drôle

Pour faire cette bande dessinée pour adultes, Matthieu Robet s’est directement inspiré de ce qu’il a vécu les trois premières années qui ont suivi la naissance de sa fille Margaux. Au fil de l’eau, il a consigné dans un carnet ses émerveillements, ses joies, accompagnés d’une illustration griffonnée à la hâte. Pour ne rien perdre de ces pépites d’enfance.

Puis est venue l’envie de partager ces tranches de vie dans une bande dessinée. Et un premier album de naître. J’ai passé un moment si délicieux entre ces pages que je ne peux qu’espérer qu’il y aura une suite ! Car désormais, la petite Margaux va à l’école, ce qui promet bien de nouvelles aventures!

Mettez de la bonne humeur dans votre journée, croyez-moi, lisez cette BD (et ça rime en plus 😉 )

Tuschuss, la nouvelle collection de BD pour enfants chez Slalom!

Tuschusss aux éditions Slalom©Karine Fléjo photographie

En septembre 2019, une nouvelle collection pleine de peps a vu le jour aux éditions Slalom. Il s’agit de bandes dessinées de petit format destinées aux enfants à partir de 7 ans : la collection Tuschuss.

Des histoires illustrées pleines d’humour

Vos enfants vont adorer slalomer d’une histoire à l’autre avec cette toute nouvelle collection de bandes dessinées intitulée Tuschuss! Ce ne sont pas des bandes dessinées comme les autres, mais des livres qui ressemblent furieusement à vos enfants, à leur quotidien à la maison, à l’école, en vacances. Des livres au plus près de leurs préoccupations, de leurs centres d’intérêt.

  • Camille pétille, par Camille Osscini (texte) et Sess (illustrations) :

Camille est une fillette facétieuse, véritable mitraillette à questions, toujours prête à entraîner sa grande sœur dans ses bêtises ! Et avec son chien ronfleur et son chat curieux, vos enfants lui emboîteront le pas dans ses aventures.

  • La famille au poil, par Ingrid Chabbert (texte) et Joelle Dreidemy (illustrations) :

Avec La famille Au poil, vos enfants vont partager le quotidien d’une famille composée de trois enfants, deux parents, deux chiens, un chat, et, comme si cela ne suffisait pas, des animaux en attente d’adoption. Autrement dit, un joyeux chahut! 🙂

 

Cinq atouts de la collection Tuschuss

Pourquoi choisir ces bandes dessinées pour vos enfants?

  • La bande dessinée est fractionnée en une multitude d’histoires courtes de 1 à 6 pages : un format idéal pour des enfants qui peinent à rester concentrés longtemps.
  • Des thèmes et un langage très proches de leur quotidien : ils s’identifieront facilement aux petits héros, tant les situations rencontrées leur rappelleront les leurs. Et tant le langage de Camille ou de la famille Au poil est celui des enfants d’aujourd’hui.
  • Les histoires sont désopilantes, les personnages facétieux, les bêtises nombreuses (comme celles que font vos enfants 😉  )
  • Les illustrations sont joyeuses, colorées, pétillantes.
  • Un petit format facile à transporter et un prix très raisonnable.

Alors si vous voulez donner le goût de la lecture à votre enfant, n’hésitez plus et descendez tout schuss à la librairie pour leur offrir ces bandes dessinées !

Informations pratiques : 

Editions Slalom, collection Tuschuss, 92 pages, 9,90€.

Site des éditions Slalom : Editions Slalom pour les 7-12 ans

Mamma M’IA, bande dessinée d’Olivier Pelletier et Anne-Caroline Paucot

bande dessinée Mamma m'IA

©Karine Fléjo photographie

L’Intelligence Artificielle croquée en 8 histoires, qui pointent le doigt avec un humour mordant sur les dangers et les avantages des technologies numériques. Percutant, pertinent et résolument actuel !

Intelligence Artificielle : pour le meilleur ou pour le pire ?

Imaginez que demain, les progrès technologiques puissent vous donner le choix d’avoir l’enfant de vos rêves : choix du sexe, de la couleur des yeux, des cheveux, du degré d’intelligence, de la résistance aux maladies, options qui bien évidemment se monnaieront. Un bébé à la carte : enthousiasmant ou… effrayant ?

Imaginez encore que bientôt (nous en sommes très proches déjà), toute la maison soit connectée, toutes les tâches soient programmables et programmées. Le bonheur ? Un confort qui a un coût : votre dépendance aux nouvelles technologies au point de vous sentir perdu et handicapé sans.

Ce sont ainsi huit situations du potentiel quotidien qui nous attend, qui sont passées en revue, sous la plume ironique et acérée d’Anne-Caroline Paucot et les dessins humoristiques et décalés d’Olivier Pelletier.  Percutant.

La révolution numérique : savoir prendre le virage technologique

Cette bande dessinée s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Avec un humour féroce et jubilatoire, les auteurs nous invitent à réfléchir sur ce que pourrait être le monde de demain si nous ne négocions pas au mieux la révolution numérique et restons passifs. Il ne s’agit pas d’un livre contre le progrès technologique mais contre ses potentielles dérives (addiction, eugénisme, conditionnement psychologique, etc). Et comme un lecteur averti en vaut deux, autant garder à l’esprit les écueils à éviter pour ne pas être supplantés par des robots et n’obtenir de notre union avec l’Intelligence Artificielle que le pire. Car les robots ne sont pas à diaboliser : en médecine, dans la réalisation de tâches pénibles ou impossibles pour l’homme, pour ne citer que ces exemples, les robots sont complémentaires à l’homme. Mais ne devenons pas des machines nous-mêmes, incapables de penser et d’agir par nous-mêmes !

Une bande dessinée ancrée dans l’actualité, qui interroge tous les domaines de la société, de la place des personnes âgées aux rapports amoureux en passant par la santé ou encore le monde sexiste du travail. Un regard aiguisé, ironique et brillant. A lire !

 

Prix SNCF du Polar 2018 : les lauréats

 

C’était ce lundi 18 juin au studio  104 de la maison de la radio à Paris, la cérémonie de remise du Prix SNCF du Polar en présence de Mathias Vicherat, Directeur Général Adjoint du groupe SNCF. Une cérémonie suivie d’un concert donné par le Traffic Quintet – composé de musiciens de l’Orchestre national de France – qui a interprété des musiques de films sur des thèmes polar. 

  • L’origine du Prix SNCF du Polar :

Petits et grands trajets se font souvent en compagnie d’un livre. Un constat qui a fait naître un nouveau prix littéraire, le Prix SNCF du Polar, en 2000. Lecture dans le train, dans les gares grâce aux points de vente de livres, mais aussi partenariat entre la SNCF et plusieurs festivals du livre dont le célèbre Festival International de la Bande Dessinée à Angoulême.

  • Un prix littéraire décerné à 100% par les lecteurs, c’est à dire par le public

Ainsi, cette année, ce sont plus de 44 000 participants qui ont donné leur vote pour le Prix Polar SNCF.

  • Trois catégories pour le Prix SNCF du Polar

Trois catégories sont retenues pour ce prix : la catégorie roman, la catégorie bande dessinée et la catégorie court-métrage.

f35b00f0-41a2-4798-812a-8b4202ca1c7f.jpg

  • Les lauréats du Prix SNCF du Polar 2018 :

Max de Radiguès pour sa bande dessinée Bâtard, parue chez Casterman. Un prix remis par Benoît Peeters, en présence de Mathias Vicherat, Directeur Général Adjoint du groupe SNCF.

img_3073

Daniel Brunet et Nicolas Douste pour leur court-métrage Speed dating, produit par AS&M Prod. un prix remis par Julie Gayet.

 

Victor del Arbol vainqueur du Prix SNCF du polar pour son roman : Toutes les vagues de l’océan aux éditions Actes sud.

img_3072

 

0609a789-516e-451e-89b9-e6898a48cd79

Fauve Polar SNCF 2018 : and the winner is…

Grand succès pour cette douzième participation de la SNCF au Festival International de la Bande Dessinée, présente avec son dynamique Espace Polar SNCF et le Prix du Fauve Polar SNCF.

Pas moins de 15000 festivaliers se sont rendus aux nombreuses animations de l’Espace Polar SNCF au Festival International de la Bande Dessinée, qui se déroulait du 25 au 28 janvier dernier à Angoulême. Duels de dessins entre auteurs de BD, concert de l’orchestre national de France, courts métrages, rencontres avec les auteurs, jeux de piste, il y en avait pour tous les âges et tous les goûts.

tt

Prix de la compétition officielle du FIBD, le 7ème Fauve Polar SNCF , qui récompense un polar en bande dessinée, original ou adapté d’une oeuvre littéraire, a été décerné à Philippe Valette pour l’album Jean Doux et le mystère de la disquette molle, paru aux éditions Delcourt. Pour rappel, les cinq finalistes étaient :

  • Bâtard, Max de Radiguès (Casterman)
  • La Cité des trois saints, Lorenzo Bizzarri & Stefano Nardella (Sarbacane)
  • Jean Doux et le mystère de la disquette molle, Philippe Valette (Delcourt)
  • The Private Eye, Marcos Martin & Brian K. Vaughan (Urban Comics)
  • Le profil de Jean Melville, Robin Cousin (FLBLB)

fauve polar

Le talentueux mangaka, Naoki Urasawa, a pour sa part reçu un Fauve Polar SNCF d’honneur pour l’ensemble de ses oeuvres. Une très belle exposition, L’art de Naoki Urasawa, lui était d’ailleurs consacrée au FIBD et passera par Paris en février/mars 2018.

naoki

Rendez-vous pris en janvier 2019 pour une nouvelle édition du FIBD!