Hipnofobia, de Salvador Macip : roman noir pour nuit blanche.

arton8035

Hipnofobia, de Salvador Macip

Editions Hachette, collection Black Moon, mars 2013

 

     Décor blanc pour nuits blanches. Un homme est retenu prisonnier dans un bunker secret de l’armée américaine. Question de sécurité nationale. Énigme insondable. Il s’agit en effet d’un cas d’espèce : depuis trois semaines, le prisonnier en observation n’a pas dormi une seule minute. Le Docteur Metcalf, spécialiste mondial du sommeil, et le général Sandcliff, sont réquisitionnés. Les seuls éléments à leur disposition sont bien maigres. Ce corps a été retrouvé en vie au milieu d’autres corps calcinés de l’intérieur. Le seul à avoir échappé à cette auto-combustion collective. Est-il membre d’une secte? Laquelle? Et quel but poursuivait-elle? Plus étrange : comment fait-il pour ne pas dormir? Car cette veille permanente est source d’un pouvoir phénoménal, pouvoir dont les répercussions sont inouïes : « Si nous parvenions à réduire au maximum les heures gaspillées à dormir, nous pourrions récupérer le trésor dont la Nature nous avait privés : la pleine maîtrise de notre force mentale. L’outil le plus inimaginable de notre planète » (P.27).

     Il va leur falloir oublier les explications rationnelles et pousser les recherches vers l’impossible. Et si cet homme était réellement capable de détruire tout ce qui s’approche de lui par sa seule volonté? Dans pareille situation, que faire pour le contrecarrer? Et surtout…peuvent-ils profiter de ce pouvoir redoutable? Une arme psychique qui pourrait être inculquée dès l’enfance, dans le cadre d’une École, institution réservée aux meilleurs élèves du pays. L’École, fabrique de surhommes…

Dans ce roman remarquablement construit, aux frontières de deux mondes, thriller et science-fiction, Salvador Macip nous interroge sur les risques de dérive d’un pouvoir qui serait absolu, celui du psychisme. La manipulation mentale, arme suprême?

Un roman noir brillant qui vous fera passer une nuit blanche…

Publicités

La Kar’Interview de Salvador Macip pour son roman Hipnofobia

arton8035

Hipnofobia, de Salvador Macip

Éditions Hachette, collection Blackmoon, mars 2013

Présentation de l’éditeur :

      Lumière blanche. Sol blanc. Le plafond, s’il existe, est blanc lui aussi. Je ne peux pas voir mes mains, attachées dans mon dos, mais elles doivent sûrement être déjà aussi pâles que tout ce qui m’entoure.
Le blanc, c’est le vide. Le vide de la pièce où l’on m’a enfermé. Je suis assis sur une chaise invisible, figé dans l’espace et le temps.
      Ils prétendent que mes pensées n’ont pas de consistance mais ils ne peuvent stopper mon mental. Ils ne savent pas que je les entends. Que je les vois. Je n’ai pas besoin de l’ouïe, ni de la vue, ni d’aucun autre sens.
Plus maintenant. Je peux suivre leurs mouvements de là où je suis.
     Je sais comment ils parlent de moi, comment ils doutent, comment ils se croient en sécurité après avoir coulé ces mètres de béton entre nous.
La voix du docteur M parvient jusqu’à moi aussi clairement que s’il se trouvait à mes côtés : « Nous le gardons en observation depuis déjà trois semaines, et il n’a pas encore dormi. »

 

La Kar’Interview 

Quel est votre parcours?

     J’ai fait des études de médecine. Je suis chercheur et travaille en laboratoire sur la lutte contre le cancer, plus particulièrement sur la mort cellulaire. J’ai commencé à travailler en Espagne dont je suis originaire, puis aux Etats-Unis. Aujourd’hui je suis établi en Angleterre.

Et quand trouvez-vous le temps d’écrire?    

     J’ai toujours écrit. Dans le cas présent, j’ai commencé à écrire ce roman, Hypnofobia, il y a six ou sept ans. Je suis hyperactif, dors peu. Alors j’utilise ce temps pour écrire.

 

Ce qui est fascinant, c’est la façon avec laquelle vous embarquez le lecteur sur des pistes complètement inattendues :

      Quand j’écris un livre, je me mets à la place du lecteur et j’ai envie qu’il prenne du plaisir. Je n’avais pas envie d’un thriller classique, avec un gentil d’un côté et de l’autre, un méchant qu’on arrête à la fin. Ici, les personnages principaux ne sont pas présents tout au long du récit. J’ai voulu que chaque chapitre soit une histoire différente, une pièce du puzzle. Une histoire courte à chaque fois. Et le plus difficile dans l’écriture a été de combiner ces chapitres, de fondre ces petites histoires dans la grande.

      Ce n’est qu’après avoir lu l’intégralité du roman qu’on a une vue globale de l’histoire.

 

Dans votre roman, il n’y a pas de vision manichéenne, avec d’un côté le bien, de l’autre le mal.

       Oui, en effet. Il y a ce passage du récit où je parle de l’École, cette institution où on sélectionne les enfants les plus intelligents pour les formater à devenir des êtres brillants à même de faire le bien ou..le mal. Des enfants à même de devenir des êtres bons ou des monstres. Je montre que finalement, le Bien ne peut pas vivre sans le Mal, ils s’auto-nourrissent. J’aime l’idée de changer la nature des gens, leur but, le pourquoi de leur passage sur terre. Et ce, dès l’enfance.

 

Il y a deux niveaux de lecture dans Hipnofobia.

      Oui, ce que j’ai aimé dans l’écriture de ce livre, c’est d’offrir une lecture à deux niveaux. Le premier niveau est une lecture de divertissement, de loisir. Le second est d’amener le lecteur à s’interroger : s’il avait ce Pouvoir absolu sur les autres, qu’en ferait-il? Il l’utiliserait à faire le Bien ou le Mal? L’utiliserait-il à libérer les gens, à se battre pour la démocratie? Et dans le même temps, si une seule personne a le pouvoir absolu, cela enlève aux autres la liberté de penser et d’agir, on verse dans la dictature… Donc j’aime susciter ces interrogations chez les lecteurs.

 

Peut-on vous qualifier d’auteur subversif au sens premier du terme?

      J’écris des livres pour que les lecteurs s’interrogent. Aussi, si faire réfléchir les gens, c’est être subversif, alors je le suis. Et je le prends pour un compliment. C’est d’ailleurs le propre de mon métier de chercheur de toujours poser des questions, interroger.

 

                                                                                                            Karine Fléjo

                                                                                          Propos recueillis le 22 mars 2013