Mon projet bonheur, Christine Michaud (Mazarine)

IMG_5331

Mon projet bonheur, Christine Michaud

Editions Mazarine, juin 2017

Préface de Frédéric Lenoir 

Un guide pratique et ludique, pensé à partir des découvertes récentes en psychologie positive. 

Voici venu le temps des vacances estivales. Vous disposez de davantage de temps pour vous, pour faire le point sur vos réalisations, vos besoins, vos désirs. Et si c’était le moment de porter une attention toute particulière à l’orientation que vous voulez donner à votre vie ?

Qui n’a pas en effet ressenti un jour ou l’autre l’envie de voir sa vie évoluer dans le domaine professionnel, amical ou conjugal ? Qui n’a pas désiré se réaliser pleinement ? Des souhaits qui ont besoin de vous pour se concrétiser. Car il n’est pas question de magie ici, mais d’être acteur de son existence. A l’image du ménage que vous faites régulièrement dans votre maison, il est nécessaire d’en faire dans votre vie. Pour mieux respirer, être plus en accord avec vos aspirations profondes. Et pouvoir éprouver de la gratitude envers ces bonheurs, petits et grands, du quotidien.

Christine Michaud, diplômée en psychologie positive, vous propose de réaliser votre projet bonheur sur la base d’un programme de douze semaines. Un programme pratique et ludique, nourri d’exemples, de témoignages éclairants, d’exercices, pour modifier et définitivement ancrer de nouvelles habitudes et pratiques dans un quotidien réenchanté.

Etabli à partir des découvertes récentes de la psychologie positive, ce livre vous enseigne comment cultiver la joie au jour le jour, changer votre regard sur nous-même et les autres, à travers des attitudes et des activités qui reboostent le moral. Car si le bonheur dépend de facteurs externes (une bonne santé, la chance,…) il dépend aussi et surtout de nous, du regard que nous portons sur l’existence, des choix que nous faisons. En un mot, de NOUS.

Alors, prêts pour le bonheur ?

 

Un amour sur mesure, de Roland Fuentès (Nathan)

9782092574119

Un amour sur mesure, Roland Fuentès (auteur)

Alexandra Huard : illustrateur

Editions Nathan, janvier 2017

A partir de 4 ans

32 P. ; 10 €

Un livre coup de coeur sur l’acceptation de la différence et la recherche du bonheur. 

Au royaume de Micromagne, Garganton et Mimolette sont des êtres bien tristes. En effet, chacun est différent de ses pairs, ce qui lui vaut d’être d’emblée exclu. Une différence qui repose sur leur physique : Mimolette est une très gentille naine, mais elle dépasse de plusieurs têtes ses congénères, ce qui provoque leur rejet. Elle n’est pas plus acceptée par les nains pour lesquels elle est considérée comme une géante, que par les géants qui voient en elle une fillette certes plus grande que les autres mais néanmoins naine.

Même souci, inversé, pour Garganton, le géant minuscule. Jugé trop petit par les siens et trop grand par les nains.

C’est alors que le hasard va mettre Mimolette sur le chemin de son copain de sort, Garganton. Deux êtres qui partagent les mêmes souffrances peuvent-ils se comprendre? Leur solitude va t-elle enfin prendre fin?

Ce livre, très joliment illustré, est une très bonne approche de la différence pour les petits. Une invitation à aller vers les autres, à ne pas s’arrêter aux apparences, à ne pas juger. Et une promesse : le bonheur existe pour chacun!

 

 

Citation du jour

Quand vous ne dites pas la vérité aux gens, vous leur fournissez la tentation de contourner vos arguments, ce qui vous amène à mentir de nouveau. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé. Au bout du compte, vous vous retrouvez contraint de faire quelque chose contre votre volonté, tel que manger un mets que vous n’aimez pas… Vous êtes donc doublement pénalisé.
—Doublement ?
— Oui, parce que mentir est avant tout mauvais pour soi. Un peu comme si cela générait une énergie négative que l’on accumulerait en soi. Essayez la vérité : vous verrez, c’est libérateur, et on se sent beaucoup plus léger d’un seul coup.

Laurent Gounelle, L’homme qui voulait être heureux.

homme-qui-voulait-etre-heureux-gounelle

Rencontre avec Laurent Gounelle : 1ère partie.

1540-1662477

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, Laurent Gounelle

Editions Kero, octobre 2016

Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d’enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l’aider… à sa manière.Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l’hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l’homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles…

Dans ce nouveau roman émouvant et captivant, Laurent Gounelle nous entraîne dans un univers passionnant à la découverte de ce qui permet à l’homme de s’élever dans une autre dimension, où ses actes sont puissants et sa joie, un état durable.

 

Rencontre avec l’auteur, lequel s’est prêté avec gentillesse et disponibilité aux questions sur les thèmes abordés dans son livre : 

    • Sommes-nous aptes au bonheur? Car nous avons tous cet ego qui nous empêche d’être profondément nous. Cette question traverse tout votre livre. Alors Laurent Gounelle, ce trésor qui dort en nous est-il un nous rêvé, débarrassé des oripeaux de l’ego ?
    • Si je vous pose la question : Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous me répondriez ? Peut-être allez-vous répondre par votre nom, sauf que vos parents auraient pu vous choisir un autre nom. Est-ce que cela aurait fait de vous quelqu’un d’autre ? D’autres vont se présenter par leur profession (comptable, ingénieur, ..) Or vous auriez pu choisir un autre métier, auriez-vous été quelqu’un d’autre pour autant ? Etc. Donc c’est difficile de répondre à cette question. Pourtant on a BESOIN de savoir qui on est, et moins on le sait, plus on a envie d’exister. A ce moment-là alors, on s’accroche à un certain nombre de choses qui nous aident à savoir qui on est et surtout à montrer aux autres qui on est. Ces choses sont des choses qui donnent une bonne impression de soi-même : une profession valorisante, … Or qui l’on est va bien au delà de son métier. Idem pour sa beauté, son intelligence auxquels on s’accroche parfois. On peut aussi s’identifier à nos possessions, croire que notre valeur dépend de la valeur des choses que nous possédons : voiture, maison, sac à main, bijoux, … alors qu’il n’y a pas de rapport entre notre valeur et la valeur de ce que l’on possède. On s’accroche d’autant plus à ces fausses identités qu’on a le sentiment que cela nous valorise aux yeux des autres. Or la réalité est presque à l’opposé : notre valeur va bien au delà de ce que nous pouvons faire, posséder, de notre métier, de notre beauté, de notre intelligence. Notre simple présence est d’une grande valeur et n’a pas besoin d’être enjolivée par quoi que ce soit. Mais ce n’est pas évident de se libérer de tout ça. Notre ego essaye ainsi d’exister à travers toutes nos possessions, nos fausses identités. Une façon d’aller vers le bonheur est de se libérer de tout ce que l’on n’est pas.
    Suite de l’interview …dans le billet de demain!