Plus fort que la haine, de Pascal Bresson et René Follet ( éditions Glénat)

image

Plus fort que la haine, de Pascal Bresson (texte) et René Follet (illustrations)

Éditions Glénat, septembre 2014

Louisiane, années 30. L’Amérique est rongée par la ségrégation et le racisme. Le Klu Klux Klan, société secrète américaine, fondée par les vétérans sudistes à la fin de la guerre de sécession, fait régner la terreur.

Quand bien même l’esclavage ait été aboli, dans les faits la condition des Noirs n’a pas évolué. Sous l’autorité des propriétaires blancs, ils n’ont d’autre credo que d’obéir en l’échange d’un salaire de misère et d’un nombre faramineux d’heures de travail. Au péril de leur santé souvent. Au péril de leur vie parfois.

Une soumission inacceptable, pour Doug Wiston, véritable force de la nature, lorsqu’il assiste au tabassage de son père au sein de la scierie de Sanders où tous deux travaillent. Sanders, un propriétaire blanc sudiste, membre du KKK, qui ne considère les Noirs pas autrement que comme une main d’oeuvre bon marché à exploiter jusqu’à ce que mort s’en suive. Porter le double de charges sans rien broncher, accepter les humiliations et les ordres intempestifs de Sanders et sa meute est une chose. Les voir s’en prendre à son père est à contrario insupportable. Il se sert alors de sa redoutable force pour lui rendre justice. Mais loin d’obtenir réparation, il est renvoyé, de même que son père.

Nait alors en lui une haine incommensurable, attisée par un désir de vengeance. Heureusement, Greg, un voisin bienveillant et ancien boxeur, parvient à le raisonner : le statut de victime n’autorise pas à devenir bourreau soit-même, fût-ce pour obtenir réparation. La violence pour répondre à la violence, la haine en écho à la haine, ne sont pas des solutions. Alors, se résigner? Nullement. Puisque Doug a une excellente frappe, il devra se servir de ses atouts pour combattre loyalement, légalement et dans la dignité, ceux qui l’oppriment et oppriment son peuple. La boxe sera sa planche de salut. Le ring sa cour de justice. Ses gants de boxe son arme.

Un uppercut. C’est ce que vous recevez en plein coeur à la lecture de cette superbe bande dessinée. Le graphisme, en noir et blanc, au lavis, est simplement sidérant de magnificence, d’énergie, de mouvement, de réalisme. Les dessins de René Follet, visibles actuellement Galerie Glénat*, sont chacun une oeuvre à part entière. De petits bijoux. Quant à Pascal Bresson, il nous livre un récit poignant, une fable humaniste pleine d’espoir, d’appel à la tolérance et au respect des différences quelles qu’elles soient. Une bande dessinée qui exhorte à reprendre son destin en mains, qui montre que chacun, à son niveau, peut initier le changement.

Un album magnifique!

*Galerie Glénat, Carreau du temple, 22 rue de Picardie, 75003 Paris. Exposition du 3 au 20 septembre 2014.

http://www.galerie-glenat.com

Informations pratiques :

Nombre de pages : 56

Prix éditeur : 14,50€

ISBN : 978 2 7234 8480 0

Publicités