Prix des libraires 2017 : Cécile Coulon pour Trois saisons d’orage (Editions Viviane Hamy)

6ee418962fb5aead41efeca8cba868df

Le 63e prix des Libraires, parrainé par l’écrivain Laurent Gaudé, a été remis, jeudi 8 juin au Centre national du livre, à Cécile Coulon, pour Trois saisons d’orage (Viviane Hamy).

La lauréate était en compétition avec Jean-Baptiste Del Amo (Règne animal, Gallimard), récent Prix du Livre Inter, et Antonin Varenne (Equateur, Albin Michel).

Effectuée par un jury composé de neuf libraires, parmi lesquels le président de l’association du prix Joël Hafkins (La Boîte à livres à Tours), Nathalie Iris (Mots en marge à La Garenne-Colombes) ou encore Béatrice Leroux (Gibert Jeune à Paris), cette sélection a été soumise à l’appréciation de libraires indépendants.

Plus de 2 000 libraires ont été invités à voter jusqu’à début juin pour l’un des trois titres en lice soit en retournant leur bulletin par la poste soit en votant sur le site prixdeslibraires.com.

Le livre : 

coulon-191x300

Les Fontaines. Une pierre cassée au milieu d’un pays qui s’en fiche. Un morceau du monde qui dérive, porté par les vents et les orages. Une île au milieu d’une terre abrupte. Je connais les histoires de ce village, mais une seule les rassemble toutes. Elle doit être entendue. L’histoire d’André, de son fils Benedict, de sa petite-fille, Bérangère. Une famille de médecins. Celle de Maxime, de son fils Valère, et de ses vaches. Une famille de paysans. Et au milieu, une maison. Ou ce qu’il en reste.

Trois générations confrontées à l’Histoire et au fol orgueil des hommes ayant oublié la permanence hiératique de la nature.
Saga portée par la fureur et la passion, Trois Saisons d’orage peint une vision de la seconde partie du XXe siècle placée sous le signe de la fable antique. Les Trois-Gueules, « forteresse de falaises réputée infranchissable », où elle prend racine, sont un espace où le temps est distordu, un lieu qui se resserre à mesure que le monde, autour, s’étend. Si elles happent, régulièrement, un enfant au bord de leurs pics, noient un vieillard dans leurs torrents, écrasent quelques ouvriers sous les chutes de leurs pierres, les villageois n’y peuvent rien ; mais ils l’acceptent, car le reste du temps, elles sont l’antichambre du paradis.

Cécile Coulon renoue ici avec ses thèmes de prédilection – la campagne opposée à la ville, la lutte sans merci entre l’homme et la nature –, qui sont les battements de cœur du très grand succès que fut Le Roi n’a pas sommeil (Éd. Viviane Hamy, 2012).

 

 

Publicités

Première sélection du Prix de la Closerie des Lilas 2017

la-closerie-des-lilas

Le Prix de la Closerie des Lilas a été décerné pour la première fois le 7 mars 2007, veille de la journée mondiale de la femme, à la Closerie des Lilas.

Il a pour originalité de couronner une romancière de langue française dont l’ouvrage paraît à la rentrée de janvier. La vocation de ce nouveau prix est de promouvoir la littérature féminine, à l’exemple du prix anglo-saxon : Orange Prize.

Pour fêter les dix ans du Prix de la Closerie des Lilas en 2017, le plus féminin des prix littéraires a le plaisir d’accueillir Claude Lelouch, président d’honneur de l’édition 2017.

Le jury invité en 2017 :


Lydia Bacrie, Victoria Bedos, Bérénice Bejo, Claire Chazal, Catherine Clément, Diane von Furstenberg, Emmanuelle Devos, Daniela Lumbroso, Orlan. 

Le bureau de six membres permanents  :

Emmanuelle de Boysson, présidente du prix (journaliste Version Femina et romancière), Tatiana de Rosnay, vice-présidente du Prix de la Closerie des Lilas (romancière), Jessica Nelson (Editions des Saints Pères et romancière), Carole Chrétiennot, (cofondatrice du Prix du Café de Flore et de la Closerie des Lilas), Stéphanie Janicot ( rédactrice en chef de la revue Muze et romancière), Adélaïde de Clermont-Tonnerre (directrice de la rédaction de Point de Vue et romancière).

Les romans sélectionnés : 

16406447_1337651282962164_8854054329608879813_n

Glissez Cécile Coulon dans votre poche!

1507-1

Le coeur du pélican Cécile Coulon

Points, juin 2016.

Une écriture survoltée taille et grave comme une pierre dure, la violence, la souffrance et la rage qui hantent le personnage du Cœur du pélican.
Pas simple pour Anthime et sa sœur Héléna de s’intégrer quand ils emménagent dans une nouvelle bourgade. Sauf à susciter l’admiration et à se démarquer des autres. C’est le cas d’Anthime, dix ans, qui lors du jeu de la quille, se révélera être un coureur hors normes. Un don remarquable et remarqué qui lui vaudra de devenir le protégé de Brice, un entraineur bien déterminé à le porter sur les plus hautes marches de la reconnaissance, à en faire rien moins qu’un champion olympique avant ses 20 ans. Dès lors, aussi vite que les foulées qu’il enchaîne, Anthime devient une star, « Le Pélican », adulé de tous, sous le regard protecteur de sa sœur.
Mais le talent est fragile, il « se construit telle une maison perpétuellement démolie par le vent. » Anthime va l’apprendre à ses dépens, quand son corps surentraîné déclarera forfait en plein milieu d’une importante course. L’échec est alors double : non seulement le garçon ne courait que pour gagner, mais il y avait à la clef la conquête du cœur de Béatrice.
Un échec qu’il ne se pardonne pas. Et de se punir en se coupant de tout ce qui le faisait vibrer, enfermé dans une vie maussade, sans amour, sans passion, sans Graal à conquérir, sans corps à entretenir. Un lent naufrage. Quel but poursuivait-il réellement avec ces courses ? Aux attentes de qui répondait-il ? Qu’en était-il de sa véritable envie, au fond ? A l’instar du pélican, ne s’est-il pas arraché le cœur pour le donner en pâture aux autres ?
Jusqu’au jour où, 20 ans plus tard, les remarques blessantes de ceux qui autrefois le vénéraient, vont provoquer en lui un électrochoc : il peut revenir. Il doit revenir. Quitte à tout remettre en question pour réaliser son rêve. « La vie, ça n’arrive pas qu’aux autres. »

Une réussite ! Cécile Coulon est un véritable OVNI littéraire. Un style qui n’appartient qu’à elle, des formules totalement inédites, une puissance évocatrice rare qui vous transporte au cœur de la course. Une véritable signature. On emboîte le pas à Anthime, on avale les pages comme il avale les kilomètres, le cœur battant, la tension à son comble, impatients de franchir la ligne finale. Ligne d’arrivée qui, une fois passée en apnée, laisse le lecteur abasourdi par tant de talent.
Un roman incontournable !

 

Sélection des livres de votre été!

10384278_843072199054032_3469047405016937709_n

L’été est là. Et dans son sillage, les vacances tant attendues. Tout au long de l’année, vous avez couru après le temps et n’avez pas pu suivre l’actualité littéraire? Qu’à cela ne tienne, je vais vous guider avec plaisir. Pensez juste à garder une place dans vos bagages entre la crème solaire et le maillot de bain, je m’occupe du reste !

Voici différentes destinations de lecture portant sur des livres publiés en 2015. Si vous cliquez sur le titre, vous pourrez survoler le livre sur les ailes de ma plume. Prêts? Attachez vos ceintures!

valises-de-livres2

Si vous mettez le cap sur la tendresse, embarquez aux côtés de :

– François d’Epenoux, Le réveil du cœur (Editions Pocket)

– Cookie Allez, Dominique (Buchet Chastel)

– Paul Vacca, Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu TOM L’ECLAIR et a sauvé le monde (Belfond)

Cap sur le suspens avec :

– Delphine Bertholon, Les corps inutiles (JC Lattès)

– Aude Le Corff, L’importun(Stock)

Cap sur l’étranger avec :

-Sue Monk Kidd, L’invention des ailes (JC Lattès)

Cap sur une destination inclassable et merveilleuse avec :

– Cécile Coulon, Le cœur du Pélican (Viviane Hamy)

Cap sur le développement personnel avec :

– Caroline L. Arnold, Mini-résolutions pour grands changements ( JC Lattès)

Cap sur l’amour  avec :

– Valérie Tong Cuong, Pardonnable impardonnable (JC Lattès)

– Brigitte Kernel, Dis-moi oui (Flammarion)

– Grégoire Delacourt, Les quatre saisons de l’été (JC Lattès)

– Justine Lévy, La gaieté (Stock)

– Didier van Cauwelaert, Jules (Stock)

Cap sur l’humour avec :

– Valérie Clo, La tyrannie des apparences (Buchet Chastel)

Cap sur la littérature jeunesse avec :

– Sophie Adriansen, Max et les poissons (Nathan)

– Karine Fléjo et Doudja, Bao le boa (Snow Moon éditions)

– Nadia Berkane et Alexis Nesme, Les petites histoires de bébé koala (Hachette jeunesse)

 Planifier-un-voyage-au-Mexique-les-valises-pleines-de-livres-2014-Bible-urbaine-610x350

Quelle que soit la destination que vous aurez choisie, je vous garantis non pas le soleil, mais de belles lectures !

Le cœur du Pélican, de Cécile Coulon (éditions Viviane Hamy) : un talent sidérant!

IMG_4137

Le cœur du Pélican, de Cécile Coulon
Éditions Viviane Hamy, janvier 2015

Une écriture survoltée taille et grave comme une pierre dure, la violence, la souffrance et la rage qui hantent le personnage du Cœur du pélican.
Pas simple pour Anthime et sa sœur Héléna de s’intégrer quand ils emménagent dans une nouvelle bourgade. Sauf à susciter l’admiration et à se démarquer des autres. C’est le cas d’Anthime, dix ans, qui lors du jeu de la quille, se révélera être un coureur hors normes. Un don remarquable et remarqué qui lui vaudra de devenir le protégé de Brice, un entraineur bien déterminé à le porter sur les plus hautes marches de la reconnaissance, à en faire rien moins qu’un champion olympique avant ses 20 ans. Dès lors, aussi vite que les foulées qu’il enchaîne, Anthime devient une star, « Le Pélican », adulé de tous, sous le regard protecteur de sa sœur.
Mais le talent est fragile, il « se construit telle une maison perpétuellement démolie par le vent. » Anthime va l’apprendre à ses dépens, quand son corps surentraîné déclarera forfait en plein milieu d’une importante course. L’échec est alors double : non seulement le garçon ne courait que pour gagner, mais il y avait à la clef la conquête du cœur de Béatrice.
Un échec qu’il ne se pardonne pas. Et de se punir en se coupant de tout ce qui le faisait vibrer, enfermé dans une vie maussade, sans amour, sans passion, sans Graal à conquérir, sans corps à entretenir. Un lent naufrage. Quel but poursuivait-il réellement avec ces courses ? Aux attentes de qui répondait-il ? Qu’en était-il de sa véritable envie, au fond ? A l’instar du pélican, ne s’est-il pas arraché le cœur pour le donner en pâture aux autres ?
Jusqu’au jour où, 20 ans plus tard, les remarques blessantes de ceux qui autrefois le vénéraient, vont provoquer en lui un électrochoc : il peut revenir. Il doit revenir. Quitte à tout remettre en question pour réaliser son rêve. « La vie, ça n’arrive pas qu’aux autres. »

Une réussite ! Cécile Coulon est un véritable OVNI littéraire. Un style qui n’appartient qu’à elle, des formules totalement inédites, une puissance évocatrice rare qui vous transporte au cœur de la course. Une véritable signature. On emboîte le pas à Anthime, on avale les pages comme il avale les kilomètres, le cœur battant, la tension à son comble, impatients de franchir la ligne finale. Ligne d’arrivée qui, une fois passée en apnée, laisse le lecteur abasourdi par tant de talent.
Un roman incontournable !
P. 93 : Peut-être que les gens vous aiment mieux quand ils ne vous connaissent pas. Quand ils peuvent vous modeler à leurs désirs.
P. 146 : Nous avons trois familles. Celle que l’on rêve d’avoir, celle que l’on croit avoir et celle que l’on a vraiment.