Citation du jour

 » C’est bizarre, mais je pense que les livres ne sont pas, contrairement à ce qu’on dit, de l’ordre de la littérature, qui est finalement un petit canton, mais de l’ordre de la vie, c’est-à-dire du désir. Or, on ne peut pas susciter artificiellement un désir. Les besoins, oui, on peut les créer et les satisfaire, ou pas. J’ai besoin d’une pomme, je l’achète, je la mange, le besoin est momentanément éteint. Le désir, c’est autre chose, c’est une histoire d’amour, une histoire passionnelle qui va entrer loin dans la vie de l’autre. Le désir ébranle la chair, l’esprit, tout.  »

Christian Bobin

14462883_1361111360583444_602638087804623882_n

Citation du jour

« La littérature, c’est l’amour, encore l’amour, toujours l’amour. On trouverait sans doute des livres et même des écrivains indifférents à l’amour. Mais bien peu. La poésie, le théâtre, le roman avec une évidence qui commence à lasser tournent autour de l’amour et se confondent avec lui. »

Jean d’Ormesson – Guide des égarés.

ecrivain-3

Citation du jour

« Le néant, n’est pas dans la mort, mais dans cette vie. Le néant est dans l’âme de ces gens dont la tristesse grandit en même temps que la puissance. Le néant, c’est l’oubli de l’enfance, de la joie, de l’amour. Le néant est un maître qui obéit à un maître plus fort que lui, l’ambition, l’argent, le ressentiment.  »
C.Bobin –  Autoportrait au radiateur

autoportrait-au-radiateur-8849

Citation du jour

« Pourquoi écrit-on des livres. Pourquoi use-t-on ses forces et ses heures à écrire livre sur livre, à faire carrière de la pensée ou de la beauté. Pourquoi prendre sur le sommeil, sur l’amour, pourquoi prendre sur tout pour écrire un livre, encore un livre. Les philosophes disent : pour la clarté. Les poètes disent : pour la douceur. Mais, si vite qu’ils disent, ils sont en retard sur la réponse depuis toujours venue, de partout renvoyée : pour être aimé. Pour la gloire d’être aimé.  »

 

Christian Bobin – L’inespérée

BOBIN_L-inesperee

Citation du jour

« Je n’écris pas avec de l’encre. J’écris avec ma légèreté. Je ne sais pas si je me fais bien entendre : l’encre, je l’achète. Mais la légèreté, il n’y a pas de magasin pour ça. Elle vient ou ne vient pas, c’est selon. Et quand elle ne vient pas, elle est quand même là. (…)
Et si en même temps elle est rare, d’une rareté incroyable, c’est qu’il nous manque l’art de recevoir, simplement recevoir ce qui nous est partout donné.  »

 

Christian Bobin – La folle allure

207837-gf