Rentrée littéraire : Tu t’appelais Maria Schneider, Vanessa Schneider (Grasset)

40041786_2152991854728720_7560820961423917056_n

Tu t’appelais Maria Schneider, Vanessa Schneider

Editions Grasset, août 2018

Rentrée littéraire

Le portrait indiciblement touchant d’une femme libre et sauvage, courageuse, actrice phare du Dernier tango à Paris, un film qui se voulait être un tremplin pour sa carrière et se transforma en plongeoir. Maria Schneider sous la plume sensible et belle de sa cousine, Vanessa Schneider.

 Maria Schneider cache des fêlures depuis sa plus tendre enfance. Une mère qui vénère ses deux fils mais considère sa fille comme un fardeau. Un père qui ne l’a pas reconnue, l’acteur Daniel Gélin. Très jeune, on lui fait sentir qu’elle est de trop et on l’envoie chez une nourrice, puis chez les parents de l’auteur. Ballottée entre divers foyers, elle reste debout, résiste aux tempêtes. Quand son père s’intéresse tardivement à elle, âgée alors de 16 ans, l’emmène avec lui sur les plateaux de tournage, dans les boites de nuits et les fêtes sans fin avec des gens connus, elle a des lumières plein les yeux. Et pense le cauchemar derrière elle. La proposition de jouer le premier rôle dans le film de Bertolucci, Dernier tango à Paris, aux côtés de Marlon Brando, achève de la convaincre que le meilleur est devant elle. De fait, son talent, sa beauté à couper le souffle, sa force de caractère, laissent présager une très belle carrière.

Mais l’enfer n’est pas dans son dos. Il lui fait face. En effet, lors du tournage, le réalisateur et l’acteur conviennent d’une scène de sodomie sans prévenir l’actrice. Ce film truffé de scènes de violence et de sexe fait scandale, est interdit dans plusieurs pays. Et traumatise à vie Maria Schneider, qu’on n’aura de cesse, tout au long de sa carrière, d’associer à ce film sulfureux. Adulée par les uns, vilipendée par les autres, à 20 ans elle n’est pas armée pour faire face. Qui le serait ? Et de sombrer dans la drogue. Elle s’accroche, refuse les propositions de films avec des scènes de sexe, tente de garder le cap.Mais boit la tasse.

Vanessa Schneider regarde cette cousine célèbre avec fascination. Angoisse aussi, quand les affres de la drogue la rattrapent. Affection toujours. Elle dresse de Maria Schneider le portrait d’un être courageux, talentueux, touchant. Et à l’heure de #balancetonporc , de #metoo, elle lui rend une certaine forme de justice en rétablissant la vérité sur cette scène odieuse de viol, dénonce l’hypocrisie du milieu du cinéma, qui a broyé en quelques semaines une jeune femme au talent si prometteur. Un coup de coeur de cette rentrée littéraire!

Le film Dalida, de Lisa Azuelos : MAGNIFIQUE!

388866

Casting : Sveva Alviti, Riccardo Scamarcio, Jean-Paul Rouve, Nicolas Duvauchelle, Patrick Timsit, Vincent Perez.

Réalisation : Lisa Azuelos

Cela fera 30 ans en mai prochain que Iolanda Gigliotti, de son nom de scène Dalida, nous a quittés. Une femme intemporelle, libre, avant-gardiste, toujours aussi vivante dans les esprits aujourd’hui. Et sur vos écrans mercredi prochain !

Et c’est un MAGNIFIQUE film que lui consacre la réalisatrice Lisa Azuelos, sur vos écrans à compter du 11 janvier. De sa naissance au Caire en 1933 à son premier Olympia en 1956, de son mariage avec Lucien Morisse, patron de la jeune radio Europe n°1, aux soirées disco, de ses voyages initiatiques en Inde au succès mondial de Gigi l’Amoroso en 1974, le film Dalida est le portrait intime d’une femme absolue, complexe et solaire… Une femme moderne à une époque qui l’était moins … Malgré son suicide en 1987, Dalida continue de rayonner de sa présence éternelle.

Lisa Azuelos nous offre un film d’une intensité émotionnelle et d’une force vitale sidérantes. Rires, larmes, envols, ruptures, décès, triomphes, le spectateur entre dans le tourbillon de la vie de l’artiste et en ressort profondément bouleversé. Dalida ou la femme qui courut désespérément après une vie privée à la hauteur de sa vie d’artiste… On saluera tout particulièrement la performance de l’actrice Sveva Alviti, dans le rôle de Dalida : juste époustouflante !

Un film à voir absolument, que l’on soit fan de Dalida ou pas !

La réalisatrice et productrice Lisa Azuelos sortira un livre consacré à Dalida en avril prochain, aux éditions Stock : Laissez-moi danser. Un livre où elle nous racontera « sa » Dalida, et tout ce qu’elle n’a pas mis dans le film, avec une grande sensibilité.

Bande annonce :

Ma vie de Courgette sur les écrans!

230428-jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Ma vie de courgette 

Adapté du roman de Gilles Paris « Autobiographie d’une courgette », éditions Plon.

Scénario : Céline Sciamma

Réalisateur : Claude Barras

Ce 19 octobre sort sur les écrans l’adaptation du roman de Gilles Paris, Autobiographie d’une courgette, que j’avais plébiscité ici : autobiographie d’une Courgette

ma-vie-de-courgette - Copie - Copie.jpg

J’ai eu la chance de voir le film en projection presse et c’est un véritable coup de cœur.

Synopsis :

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

EnfantsNeige - Copie.jpg

Les marionnettes au regard si expressif, les décors tous plus fascinants les uns que les autres, la justesse du ton qui évite avec brio les écueils de l’enfance et la mièvrerie, tout confère à faire de cette adaptation une réussite. Claude Barras, le réalisateur, a tenu à faire passer la gravité et la légèreté des choses de la vie par l’intermédiaire de marionnettes : un pari risqué, mais ô combien réussi ! Car c’est ce qui donne ce ton si particulier au film, ce quelque chose qui amène de la légèreté quand cela pourrait accabler, de la poésie quand cela pourrait être glauque. Et du rire quand pourraient poindre des larmes. Le parti pris de Claude Barras est de parler aux enfants considérés comme des êtres intelligents et sensibles. On ne peut que l’en féliciter.

888136-ma20vie20de20courgette20-20041

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici la bande-annonce du film : bande annonce

En salle aujourd’hui!

ma-vie-de-courgette-06 - Copie - Copie.jpg