Magnifique concert de gospel et de negro-spiritual avec The legend singers

Avis aux parisiens et aux non-parisiens de passage à Paris. Dans le quartier latin, à deux pas du square René-Viviani, la magnifique église médiévale de Saint-Julien du pauvre accueille chaque samedi soir un spectacle exceptionnel de gospel et de negro-spiritual.

Les sept chanteurs du groupe Legend Singers, leur chef de choeur Jackson M’Pongo  et leurs musiciens (pianiste et bassiste) passent en revue les plus belles oeuvres du répertoire : Oh Happy Day, Total Praise, Amen, When the Saints, Alleluia… Ces chants, empreints d’espoir et de ferveur religieuse, expriment tout le drame des populations africaines déracinées et vendues pour travailler dans les plantations du sud des Etats-Unis. Une ferveur que le talentueux et chaleureux groupe communique à la salle. Très vite, le public tape des mains, chante, se balance, communie avec les chanteurs. Des chants d’une incroyable richesse et indiciblement émouvants.

On ressort de ce concert enrichi par ce que l’on a reçu. Plus qu’une musique, le gospel est toute une culture, au delà des modes, qui permet aux hommes d’exprimer leur foi et leur espoir en un monde plus fraternel.

A voir!

Informations pratiques : 

Paroisse Saint-Julien-le-Pauvre
79 rue Galande 75005 Paris
Métro : Cluny-La Sorbonne (L 10), Saint-Michel (L 4)
RER B & C : Saint-Michel – Notre-Dame

Durée du concert : 1h40

Réservations : http://www.billetreduc.com/111742/evt.htm

Et un petit aperçu pour achever de vous convaincre : https://www.youtube.com/watch?v=IJRPEkqYB2s

Publicités

Trixie Whitley en concert au Divan du monde à Paris : un talent phénoménal

ob_652328312b732c118a814006624705b9_unnamed

En mars dernier, la jeune chanteuse de soul jazz à la voix grave et envoutante, Trixie Whitley, sortait son premier album solo : Fourth corner. Brillantissime. Onze titres que la fille du chanteur et compositeur Chris Whitley a elle-même composés et dans lesquels elle explore une gamme d’émotions autour de quatre thèmes chers : l’amour, la solitude, le bonheur, la colère. En tournée en Europe et aux Etats-Unis pour en assurer la promotion, la jeune belgo-américaine faisait une escale remarquée au Divan du monde, à Paris, la semaine dernière.

Tunique asiatique et pantalon de soie rouge, la grande et fine liane blonde a électrisé la salle dès les premiers accords de guitare. Avec une énergie phénoménale, une aisance scénique époustouflante, une voix extraordinairement puissante pour un corps si gracile,Trixie Whitley et ses trois musiciens – un batteur, un bassiste et un guitariste-, ont enflammé le Divan du monde devant un public averti. S’accompagnant de sa guitare ou du clavier, elle a interprété avec une émotion aussi vibrante que belle les titres de son album ainsi que plusieurs inédits.

ob_cb85a3b6755c394fa3045731b7892b9c_photo-3

« En tant que compositeur et interprète, je veux aller là où les gens ne m’attendent pas, avec une totale liberté d’expression », revendique t-elle. De fait, Trixie Whitley est une artiste unique. Et indiciblement talentueuse.