Citation du jour

« Écrire, c’est envahir l’espace d’autrui, ne serait -ce que pour perpétuer sa mémoire; écrire, c’est s’exposer à la critique irritée de ceux qui n’écrivent pas, ou qui n’écrivent pas exactement comme vous, qui verront peut-être en vous une menace. L’art est par nature un acte transgressif, et les artistes doivent accepter d’en être punis. Plus leur art est original et dérangeant, plus la punition est dévastatrice.
Pour moi, écrire n’a jamais été arranger des mots sur une page mais tenter d’incarner une vision ; un ensemble d’émotions ; des expériences brutes. Ce que s’efforce de faire une œuvre d’art dont on se souvient, c’est de susciter chez le lecteur ou le spectateur des émotions à la mesure de cet effort.»

Joyce Carol Oates

Ecrire

Citation du jour

« Je n’écris pas avec de l’encre. J’écris avec ma légèreté. Je ne sais pas si je me fais bien entendre : l’encre, je l’achète. Mais la légèreté, il n’y a pas de magasin pour ça. Elle vient ou ne vient pas, c’est selon. Et quand elle ne vient pas, elle est quand même là. (…)
Et si en même temps elle est rare, d’une rareté incroyable, c’est qu’il nous manque l’art de recevoir, simplement recevoir ce qui nous est partout donné.  »

 

Christian Bobin – La folle allure

207837-gf

Citation du jour

« La vie en société c’est quand tout le monde est là et qu’il n’y a personne. La vie en société c’est quand tous obéissent à ce que personne ne veut. L’écriture c’est une façon d’échapper à cette misère, une variation de la solitude au même titre que l’amour ou le jeu – un principe d’insoumission, une vertu d’enfance.  »

 

Christian Bobin – L’inespérée

BOBIN_L-inesperee

Faut-il être fou pour être écrivain (ou l’inverse) ?

téléchargement

Faut-il être fou pour être écrivain (ou l’inverse)?

C’est scientifique et c’est tombé début juillet dans la revue anglaise «Nature Neuroscience» : la créativité et la folie partageraient des racines génétiques communes.Les artistes, qu’ils soient musiciens, comédiens ou écrivains, auraient donc plus de chances que les autres de sombrer dans la démence en raison d’un gène.

Pour arriver à cette découverte, le matériel génétique de plus de 86.000 Islandais a été analysé par une équipe de chercheurs de l’institut de psychiatrie du King’s College de Londres et d’une société islandaise spécialisée dans le séquençage de génome, de Code Genetics.

Mais ces gros moyens étaient-ils nécessaires ? Pour expliquer certains comportements, peut-être. Pour les découvrir, pas vraiment. Prenez les écrivains, il suffit souvent de les observer à l’œuvre: face à l’angoisse de la feuille blanche, certains frôlent l’infarctus, d’autres développent des manies, des lubies, des tics et des tocs. Bref, l’écriture les rend fous. Et ça ne date pas d’hier.

Du choix du support à celui des instruments de travail, de nombreux auteurs ne laissent rien au hasard. Colette ne trouvait l’inspiration que sur du papier bleu. On retrouve le même genre de lubie chez Hugo : l’auteur des «Misérables» n’écrivait que sur deux types de papier  –  du blanc bleuté et du bleu azuré. Abominant ce genre de couleurs intermédiaires, Barbey d’Aurevilly, l’auteur des «Diaboliques» avait un attrait particulier pour le rouge. Une vraie fascination chez lui, qui ne concevait d’écrire qu’à l’encre – rouge de préférence – après avoir mangé de la viande de la même couleur.

A poil Salinger

L’ingrédient du succès tient donc parfois à très peu de choses. Dans certains cas, cela tient même à une paire de chaussettes. Au moment d’écrire ses romans, Edmonde Charles-Roux, lauréate du Prix Goncourt 1966, enfile toujours le même modèle  –  en laine et trop petites pour elle. Salinger, au moins, n’avait pas ce genre de souci : il paraît que l’auteur de «l’Attrape-cœurs» enlevait ses vêtements au moment d’écrire, pour accoucher de sa prose dans la nudité la plus absolue. Hemingway ou Virginia Woolf, eux, écrivaient debout. Et chez Nabokov, l’exercice se compliquait: il commençait ses romans sur ses deux jambes, puis s’asseyait, pour finir allongé.

D’autres encore s’astreignent à une discipline de fer. Faulkner se levait à 4h du matin. Et Stendhal confiait à Balzac le secret de son art, dans une lettre du 30 octobre 1840 :

En composant « la Chartreuse », pour prendre le ton, je lisais chaque matin deux ou trois pages du code civil, afin d’être toujours naturel ; je ne veux pas, par des moyens factices, fasciner l’âme du lecteur.

Deux cas parmi beaucoup d’autres, qui semblent appliquer à la lettre la recommandation de Flaubert :

Soyez réglé dans votre vie et ordinaire comme un bourgeois, afin d’être violent et original dans vos œuvres.

Un peu masochiste tout de même.

Quant à Emile Zola, souffrait-il de troubles obsessionnels compulsifs ? A la recherche de l’inspiration, il ne pouvait s’empêcher de compter les becs de gaz et d’additionner les numéros de portes lorsqu’il se promenait dans les rues de Paris.

Une manie bien inoffensive, cependant, quand on pense à ceux qui ont payé leur hypersensibilité au prix fort. Antonin Artaud, interné de nombreuses années. Virginia Woolf, Hemingway ou Romain Gary, qui finissent par se suicider. Peut-être était-ce la faute de leurs gènes. Ou peut-être était-ce le monde qui, décidément, est trop imparfait.

Source Le Nouvels Obs du 1er juillet 2015