Les portes du Paradis sont fermées le lundi, Camille Lesur

Les portes du paradis sont fermées le lundi

Un roman lumineux, positif, qui invite à ne pas se laisser submerger par les épreuves de la vie, lesquelles peuvent être l’occasion d’un nouveau départ, plus riche, plus épanouissant.

Divorce : une fin ou un nouveau départ ?

Quand l’avocate appelle Alice pour lui dire que son mari a signé les papiers du divorce, la trentenaire s’effondre Elle comprend que désormais tout espoir est vain. Thomas ne reviendra pas. Jamais. Thomas, celui qui était son phare, son roc, sa raison de vivre. Thomas, l’homme dont elle a partagé la vie pendant 12 ans, avec lequel elle s’est mariée. Avec lequel elle a espéré, en vain, faire un enfant.

Dans un sursaut de désespoir, elle se jette du haut d’une falaise. Mais en ce lundi, le ciel ne veut pas d’elle, les portes du Paradis sont fermées. C’est un couple âgé et bienveillant, Robert et Madeleine, qui la recueillent à bord de leur voilier, prennent soin d’elle comme de leur propre fille. Et l’emmènent avec eux jusque Ténériffe.  

Commence pour Le couple comme pour Alice une croisière en eaux tantôt paisibles, tantôt agitées. Mais l’amitié naissante entre le trio va les aider à affronter les vents contraires. Fussent-ils de terribles tempêtes.

Et si cet échec sentimental visait à recentrer Alice, à la remettre sur sa voie, celle de l’épanouissement personnel ? Ce divorce ne s’arrête-t-il à n’être qu’une épreuve ou peut-il se révéler une chance de tout recommencer à zéro, en mieux ? Tout est question de recul, de regard, de foi en soi et en la vie.

Un roman positif, bienveillant

C’est un roman très rythmé que nous offre Camille Lesur avec Les portes du Paradis sont fermées le lundi, aux éditions Jouvence. A l’image du bateau sur lequel ils voguent, les personnages connaissent des hauts et des bas, tombent dans le creux de la vague par moments, mais pour mieux regonfler leur voilure ensuite.

C’est un roman qui invite chacun à porter son regard au-delà des épreuves rencontrées. Plus haut. Plus loin. A l’image de la Pequena muerte : « c’est quand ta vie s’effondre pour te permettre de tout recommencer et de suivre ton chemin. Chaque rencontre, chaque évènement nous conduit vers ce que nous devons accomplir. (…) Il faut avoir le courage de tout effacer pour tout recommencer. » C’est cette résilience que va vivre Alice, entourée de l’affection de Robert et Madeleine notamment.

Les personnages sont très humains, très attachants, très touchants, de sorte qu’on met les voiles avec eux dès les premières pages. Cette croisière est une formidable ode à l’amitié, à la solidarité, à l’amour. Et à l’espoir.

Une lecture très agréable, rafraichissante, lumineuse, idéale pour accompagner vos vacances!

Informations pratiques

Les portes du Paradis sont fermées le lundi, Camille Lesur – éditions Jouvence, juin 2021 – 315 pages – 17,90€

Roule ma poule, Denise Tidiman

roule ma poule

Quand un couple, soudé jusqu’alors, n’envisage pas la retraite de la même façon. Que faire, se résigner ? Ou vivre ses rêves envers et contre tout ? Un roman tendre et envolé.

Retraite et voyages

Agathe n’envisageait pas la retraite d’un très bon œil. Mais les 50000€ qu’elle a gagnés à un jeu de hasard changent la donne. C’est décidé, elle va assouvir son envie de voyage et acheter un camping-car ! Une surprise qu’elle réserve à son mari Victor pour leurs 40 ans de mariage.

Mais quand elle lui présente fièrement le camping-car, c’est la douche froide. Victor, qui en tant que chauffeur routier a sillonné les routes toute sa vie, a envie de sédentarité, de rester bien tranquillement chez lui à cultiver son potager. Et puis, vivre dans un si petit habitacle, cela ne l’enchante pas du tout.

Que faire, quand dans le couple les envies et besoins ne sont plus partagés ? Faut-il se résigner pour satisfaire l’autre conjoint ? Faut-il s’arc-bouter à ses rêves, quitte à le faire seul(e) ? Faut-il chercher un compromis ?

Un roman tendre et envolé

Ce sont des personnages très attachants que nous propose Denise Tidiman dans Roule ma poule, paru aux éditions Jouvence. Agathe a fantasmé en entendant son mari routier lui parler toutes ces années des villes et villages qu’il a traversés. Il lui avait promis qu’à la retraite, ils sillonneraient les routes ensemble, qu’à son tour elle découvrirait du pays. Alors aujourd’hui elle est impatiente de passer à l’action. On s’attache à Agathe, on est ému par son désarroi face à la réaction de son mari. Tout comme on applaudit sa détermination et son courage.

C’est un roman tendre, plein d’humour et de fraicheur aussi. Une histoire qui nous montre qu’il faut faire confiance en la vie, en sa capacité à nous surprendre, dans le bon sens comme dans le mauvais sens. Car Victor n’a pas dit son dernier mot.

Informations pratiques

Roule ma poule, Denise Tidiman – Editions Jouvence, février 2021- 17,9à€- 283 pages

Fais de l’hiver ton deuxième été, Virginie Hilssone

Fais de l'hiver ton deuxième été
Copyright photo Karine Fléjo

Vous appréhendez chaque année le retour de l’hiver? Cette saison est synonyme pour vous de froid, d’humidité, de jours trop courts et de déprime? Alors découvrez comment ne plus subir l’hiver et mieux encore : comment l’apprécier!

Se réconcilier avec l’hiver

L’hiver ne jouit pas d’un grand capital sympathie. Chute des températures, humidité, baisse de luminosité, immunité plus faible, nuit tôt, cette saison conduit souvent à un repli sur soi, à un moral en berne. cette réaction à la météo est plus ou moins forte chez les individus et se nomment la météosensibilité.

La biométéorologie se propose ainsi d’analyser ces effets de la météo sur notre santé, en s’intéressant notamment à l’influence de la météo sur la sécrétion hormonale. Ainsi, le soleil stimule la sérotonine, hormone de la bonne humeur. L’obscurité encourage la production de mélatonine, hormone du sommeil. tandis le froid produit des endorphines, hormones antidouleur et le vent de l’adrénaline (hormone du stress). Or si nous n’avons pas le pouvoir d’éviter le retour de l’hiver, du froid, de jours courts, nous avons celui de changer de regard sur cette saison. Et d’attitude surtout. Car nous méprisons à tort ces quatre mois de l’année, qui peuvent être source de tant de bien-être. A condition de préserver son énergie, de s’adapter et de débloquer ses potentiels physiques comme mentaux. ce que nous démontre Virginie Hilssone et les spécialistes rencontrés.

Météosensiblité : ce n’est pas une fatalité!

C’est un livre passionnant que nous proposent les éditions Jouvence et Virginie Hilssone, avec Fais de l’hiver ton deuxième été. Je fais partie de ceux qui n’affectionnent pas trop l’hiver, sans en faire une saison honnie pour autant. Mais de là à imaginer qu’il est possible de faire de l’hiver son allié, de stimuler les hormones du bien-être en toute saison grâce à un comportement et une alimentation adaptés, voilà qui est très intéressant. Cette affirmation n’est pas gratuite. Elle est le fruit de l’expérience de l’auteure et des conseils de nombreux spécialistes (psychologues, médecins, nutritionnistes, naturopathes) qu’elle a rencontrés. On apprend qu’il est ainsi possible de reprendre les rênes, de ne plus subir l’hiver, qui à ce titre, ne mérite pas sa mauvaise réputation. Et surtout, des illustrations, des exercices pratiques, des conseils, nous permettent de passer à l’action. De quoi faire de l’hiver son deuxième été !

Informations pratiques

Fais de l’hiver ton deuxième été, Virginie Hilssone – Editions Jouvence, novembre 2020 – 144 – 14,90€

Surmonter les incertitudes, Nicolas Chauvat

Surmonter les incertudes Nicolas Chauvat
Copyright photo Karine Fléjo

Un conte initiatique transposable à notre quotidien, pour nous aider à surmonter ces doutes et ces incertitudes parfois bloquants. Et cheminer avec succès.

Traversée du désert

Un maître a désigné un homme du village pour aller chercher un trésor dans une mystérieuse cité antique, aux confins du désert. Alors qu’il progresse, il est sujet aux doutes, à ces dialogues intérieurs térébrants qui l’incitent à abandonner. Comment, à défaut de faire taire ces voix, réduire leur emprise ?

L’homme continue sa progression malgré les difficultés. Car il réalise que chaque difficulté lui apprend à mieux se connaître, à mieux comprendre le monde, à donner du sens à ses actions, à se fixer de vrais objectifs.

« Avant de commencer une nouvelle aventure, professionnelle ou personnelle, assurez-vous bien que ce que vous prenez pour vos rêves ne soit pas en réalité que des dunes de sable. Chercher en soi ses aspirations profondes prend du temps mais c’est indispensable pour supporter une longue marche. »

Un livre inspirant pour dépasser les difficultés

Nicolas Chauvat nous offre un conte initiatique inspirant, pour éclairer nos propres traversées du désert. Toute existence est en effet confrontée, un jour où l’autre, à des épreuves assimilables à une longue traversée en milieu hostile. Un cheminement peuplé d’incertitudes, de doutes. Que faire alors ? Ne plus avancer, faire marche arrière, persévérer ?

Au fil des pages, l’auteur s’inspire de sagesses ancestrales pour nous offrir des techniques mentales à même de nous permettre de surmonter nos incertitudes et blocages.  Comment dépasser le doute, la pression et la négativité de l’entourage, oser sortir de sa zone de confort et choisir une voie plus conforme à nos aspirations profondes. Comment changer de regard sur l’échec. Car il n’y a pas d’échec à proprement parler, juste des apprentissages.

Un livre court, à mi-chemin entre le roman et le manuel pratique, pour affronter plus sereinement les obstacles et les doutes inhérents à toute vie. Un beau programme en cette fin d’année, non ?

Informations pratiques

Surmonter les incertitudes, Nicolas Chauvat – éditions Jouvence, 2020 – 120 pages – 8,90€

Sur le chemin du cœur, Mary Laure Teyssedre


Un roman émouvant, positif, lumineux, sur le cheminement de deux êtres indiciblement attachants. Une rencontre karmique, qui va aider chacun à évoluer vers un mieux-être, à dépasser sa problématique. A se dépasser.

Secret

Claire élève seule sa fille Camille. Après une carrière dans le marketing, elle a décidé à 35 ans de suivre une voie plus en harmonie avec ses aspirations profondes. Après 4 ans d’études, elle s’est installée comme psycho-énergéticienne. Un métier qui la comble.

Une sérénité pourtant mise à mal lors d’un déjeuner de famille. Sa grand-mère, alors âgée de 90 ans, fait en effet une révélation inouïe : à 15 ans, elle a été victime d’un viol. Un viol que, faute de la moindre éducation sexuelle à l’époque, elle était incapable de qualifier. Et de tomber enceinte de son violeur. Et de mettre au monde une petite fille, la tante de Claire. Plus fou encore : sans argent, à une époque où être fille-mère attirait l’opprobre, sa grand-mère a fini par épouser son violeur. Ce grand-père qu’elle a tant chéri est donc en réalité un agresseur…

Elle réalise alors combien cette agression demeurée dans l’ombre a influencé sa propre vie, une vie peuplée d’épisodes abusifs de toutes sortes. Et si les révélations de sa grand-mère étaient la pièce manquante de son puzzle intérieur ?

Deux mois plus tard, elle fait la rencontre d’un homme prénommé Fred. Les révélations que Fred fait à Claire lui font l’effet d’un électrochoc. Son histoire, le sienne, se télescopent avec fracas. Elle est consciente qu’il va lui falloir dépasser la violence de ces synchronicités. Tous les deux ont besoin de temps, de distance, de s’éloigner pour espérer mieux se retrouver.

Que la vie les mette en présence l’un de l’autre était-il un hasard ? Vont-ils, chacun de leur côté, faire la paix avec leur part d’ombre, oser la mettre en lumière et l’aimer ?

Voyage intérieur et rencontre karmique

Impossible de reposer le livre une fois la lecture commencée. C’est un récit émouvant, passionnant, lumineux que nous offre Mary Laure Teyssedre. Celui du parcours de deux personnes que l’Univers a fait se rencontrer afin d’évoluer, de se guérir.

Avec beaucoup de sensibilité, d’humanité, l’auteure nous invite à balayer nos préjugés : personne n’est tout blanc ni tout noir, totalement victime ou totalement coupable. Nous avons tous des parts d’ombre, lesquelles nous hantent tant que nous les relayons dans les coulisses de notre conscience. Accepter de les mettre en lumière, de voir que toute situation y compris difficile, nous a permis de grandir, d’apprendre sur nous et sur les autres, est essentiel. Pour avancer. Pour évoluer. Pour mettre fin aux évènements répétitifs.

Un livre édifiant, riche en enseignements, qui invite à s’accepter tel que l’on est, avec ses qualités et ses défauts, ses parts d’ombre et de lumière. Et à accepter l’Autre tel qu’il est. Une invitation à la tolérance et à l’amour dans toutes ses acceptions.

Informations pratiques

Sur le chemin du cœur, Mary Laure Teyssedre – Editions Jouvence, juin 2020 – 272 pages

Les amants du ciel, David Perroud

Les amants du ciel de David Perroud

©Karine Fléjo photographie

Un roman inspirant, qui donne envie de croire en l’avenir de l’Humanité.

Monde matériel et monde subtil

Ariel est une célibataire entièrement dévouée à son travail. Certes, dix ans plus tôt, sa vie personnelle a failli prendre un tournant avec Arold, un homme qu’elle considérait jusque-là comme son meilleur ami. Mais si Ariel appréciait celui qu’elle considérait depuis l’enfance comme son  âme-sœur, elle condamnait l’orientation qu’ il donnait a sa vie : la construction d’un empire financier sans aucune considération morale, son culte des apparences, les drogues et femmes récréatives qui peuplaient sa vie. Alors elle s’est éloignée de lui et s’est lancée à corps perdu dans ses recherches scientifiques et son désir de sauver le monde. Car Ariel en est convaincue, si nous n’agissons pas rapidement, notre planète courra à sa perte.

« Notre planète souffre d’une maladie grave, semblable à un cancer. (…).Une partie de l’humanité a cesse d’agir raisonnablement et s’est transformée en agent nocif, potentiellement mortel. »

Ariel s’attache donc à faire prendre conscience aux êtres humains de leurs responsabilités, de l’urgence de changer leurs comportements, leurs habitudes. Pour réveiller les consciences, elle  s’appuie sur des preuves,  des études scientifiques. Mais cela lui vaut de se faire des ennemis. Quant à ses expériences scientifiques de sortie de corps, elles ne sont pas sans risque elles non plus : elles intéressent les services d’espionnage, lesquels y voient déjà les applications incroyables qu’elles leur offriraient.

Arold, de son côté, a très vite perçu les avantages qu’il pouvait retirer de son sens de l’anticipation et de son exceptionnelle intuition. Un don qu’il a mis au service de la finance, dans laquelle il a fait fortune. Pour autant, son bonheur n’est que superficiel. Il ressent un mal-être sur lequel il ne parvient pas à mettre de mots, dont il discerne mal l’origine. Il a pourtant tout pour être heureux en apparence !

Alors que leurs routes s’étaient séparées, Ariel et Arold sont amenés à se retrouver. L’altermondialisme d’Ariel va-t-il contaminer Arold? Va-t-il faire un lien entre son mal- être et ses choix professionnels dénués de toute considération morale, éthique et écologique? Va-t-il réaliser que son orientation professionnelle n’est pas alignée avec ses valeurs?

Amour, suspens, survivance de l’âme

Certains passages de ce roman peuvent paraître complexes pour les personnes qui ne sont pas du tout familiarisées avec la cosmologie, la physique quantique, les neurosciences, les EMI, ou les SHC ( sortie hors du corps). Mais l’auteur s’attache à développer ces notions pour les néophytes, à les rendre les plus accessibles possible et surtout, à ouvrir le champ de notre regard, à faire naître des questionnements. Et s’il existait d’autres dimensions? Et si le corps physique ne représentait qu’une partie de notre identité ? Corps énergétique, corps subtil, voilà l’objet des recherches d’Ariel.

Par le prisme d’un roman d’amour, d’une intrigue au suspens savamment entretenu, l’auteur aborde de nombreuses thématiques métaphysiques et remet en cause ces vérités inébranlables qui sont nôtres. Il invite de même les personnes en quête de sens, inquiètes pour l’avenir de notre planète, déçues par le fait que l’homme puisse être un loup pour l’homme, à entrevoir un autre monde possible, moins égoïste, plus ouvert sur les autres et sur l’univers, car nous sommes tous interconnectés. Un roman divertissant et inspirant, instructif et édifiant. Une invitation à ne plus laisser l’ego et le mental nous gouverner et à nous reconnecter à nos besoins essentiels et aux autres.

Informations pratiques

Les amants du ciel – David Perroud – Editions Jouvence – 319 pages –  17,90€ – Janvier 2020

Ça va merveilleusement bien, Ruby Elliot

ça va merveilleusement bien, Ruby Elliot

©Karine Fléjo photographie

Ruby Elliot combat au quotidien les troubles bipolaires et alimentaires. Son exutoire? le dessin. Avec beaucoup d’autodérision et de manière très décomplexée, elle nous livre sa bataille pour aller (merveilleusement) bien ou du moins s’approcher de cet état.

Un récit illustré

Imaginez une jeune femme victime de bipolarité, qui alterne entre euphorie, sentiment de toute puissance, et désespoir abyssal, impression de n’être qu’une patate. Imaginez à présent que cette jeune femme exorcise ses maux par le dessin et en fasse un livre. Vous obtenez un ouvrage illustré dont le titre est très révélateur de l’humour noir de l’auteur : « Ça va merveilleusement bien. »  Le dessin est une des activités qui lui procurent un transitoire bien-être. La présence de son chien, s’asseoir sur un banc par temps froid et sec, boire un café crémeux avec du chocolat aussi. En dehors de ces éclaircies, elle alterne entre désordres alimentaires, cyclothymie et perte d’estime d’elle-même. Mais elle se croque dans ces situations avec tant d’humour et d’autodérision, qu’elle en dévient attachante. Pas de tristesse ni de noirceur ici, place à l’humour! Parce qu’on a aussi le droit d’avoir des bas et de ne pas en avoir honte.

Ruby Elliot : sincérité et autodérision

Ruby Elliot est bien connue des réseaux sociaux, notamment d’Instagram où elle distille chaque jour des dessins de son quotidien. Avec plus de 275 000 abonnés à son compte ( compte « rubyetc_ »), elle partage les hauts et les bas par lesquels sa bipolarité la fait passer. A l’heure où les réseaux sociaux sont bien souvent des effets trompe-l’oeil, où nombre d’individus s’y présentent sous leur meilleur jour, sous leur meilleur profil, de préférence toujours sourire aux lèvres même si ce n’est pas la réalité de leur vie, Ruby Elliot, elle, se montre telle qu’elle est. Cash. Tendre. Déprimée souvent. Drôle parfois. Touchante toujours. « S’il vous est déjà arrivé de porter le même pyjama pendant 5 semaines d’affilée, délicatement parfumé d’un doux mélange de dépression, de morve, de larmes et de soupe en brique; si la seule raison qui vous pousse à sortir de chez vous est de ne plus avoir de papier toilette », alors ce livre est fait pour vous.

Si je ne suis pas fan du graphisme de ses dessins, leur message est en revanche touchant et même drôle parfois. Et Ruby Elliot a le mérite d’être dans cette époque du par-être. Une authenticité qui fait du bien!

Informations pratiques

Ça va merveilleusement bien, Ruby Elliot – Label #sansfiltre, éditions Jouvence- Janvier 2020 – 255 pages- 18,90€