Citation du jour

« Ce que l’on donne à un enfant, il le rend un jour.
Et ce qu’on lui refuse, il le refuse.
Et le mal qu’on lui fait, il peut le faire.
Mais si l’on gonfle ses jeunes voiles au souffle de la force, du courage et de la droiture, alors il vogue et sait affronter la tempête. (83)

Éduquer un enfant, c’est s’offrir à lui en exemple. (84) »

 

Martin Gray – Le livre de la vie

bm_11518_644706

Citation du jour

« L’enfant n’a pas d’abord besoin d’objets. Il a faim des autres. Besoin de sentir à tout moment l’ombre protectrice, bienveillante, attentive, de ceux qui l’ont porté et voulu.
Donner à un enfant , c’est se donner soi. A tout moment. Alors il peut pousser droit, et ses racines seront profondes, fortes.

Les parents sont la semence de l’enfant et la terre dans laquelle il pousse. (79) »

 

Martin Gray – Le livre de la vie

bm_11518_644706

Les chemins de l’école (Nathan) : gros coup de coeur!

image

Les chemins de l’école, d’après le film de Pascal Plisson

Editions Nathan, août 2015

A partir de 8 ans.

C’est une très belle initiative qu’ont eue les éditions Nathan : s’inspirer du film et de la série documentaire « Sur la route de l’école », pour les décliner en une collection de quatre merveilleux livres. Ce sont ainsi quatre ouvrages aux superbes photographies qui proposent aux enfants de découvrir les périples de quatre écoliers à travers le monde pour pouvoir étudier. Car accéder à l’instruction reste dans bien des coins de la planète encore, une sacrée aventure, un combat quotidien au péril de sa vie. L’occasion pour nos enfants, de découvrir des univers autres, des conditions de vie aux antipodes des leurs, de mesurer l’enjeu que représente l’accès au savoir. Edifiant. Instructif. Passionnant.

image

Ainsi Ani, 11 ans, vit en Malaisie, au sein d’une famille de pêcheurs. Unique garçon d’une fratrie de six enfants, il est le seul à étudier. Une école distante de la maison, qui nécessite de ramer plus d’une heure chaque matin et soir sur un vieux canoë qui prend l’eau. Des études qui représentent un sacrifice financier colossal pour ses parents et rendent l’enjeu encore plus grand.

image

Devi, 13 ans, est une petite indienne qui brave elle aussi tous les dangers au quotidien, marchant des kilomètres à travers la plaine, traversant deux rivières sur de vieux rafiots rafistolés alors qu’elle ne sait pas nager, le tout après avoir aidé sa mère au travail de la maison. Dans un pays où la femme est peu considérée, où l’instruction pour les filles, principalement destinées aux tâches domestiques, n’est pas du tout une priorité, étudier est un privilège, une chance à saisir. Et Devi l’a bien compris.

image

Francklyn, 13 ans, vit quant à lui à Madagascar. Sur les onze enfants de la maisonnée, seuls les deux garçons vont à l’école. Chaque dimanche après-midi, ils quittent leur famille pour aller étudier toute la semaine à 20 kilomètres de là. Une distance qu’ils effectuent seuls à pied à travers la savane, leur sac de nourriture et de vêtements sur l’épaule.

imageEnfin Erbol, 12 ans, vit en Kirghizie, dans un village perdu au cœur des montagnes. Dans ce pays d’Asie centrale, les températures descendent très bas et le vent cingle le visage. Chaque jour, sur son cheval, il doit ainsi affronter le froid, la neige et la glace pendant plus de trois heures pour rejoindre l’école.

Quatre récits, quatre enfants, un seul but : accéder à un avenir meilleur grâce à l’instruction. Des livres à offrir sans modération, aux petits comme aux plus grands. L’occasion par ailleurs de contribuer à une noble cause : l’achat du livre contribue en effet au développement de l’association « Sur le chemin de l’école », laquelle aide à la scolarisation d’enfants à travers le monde.

Pour en savoir plus : http://www.surlechemindelecole.org

Gros coup de cœur !!!

Informations pratiques :

75 pages

12.5*18 cm

6.90€

Dis-moi pourquoi, de Claude Halmos : L’enfant en danger.

9782213668314

Dis-moi pourquoi, de Claude Halmos.

Sous-titre : Parler à hauteur d’enfant

Éditions Fayard, février 2012

       Dans  Dis-moi pourquoi? Parler à hauteur d’enfant , Claude Halmos tire la sonnette d’alarme. A une époque où l’on pourrait naturellement penser que l’enfant est bien considéré dans notre société, la psychanalyste s’inquiète. L’enfant est en danger. Constat paradoxal? A priori seulement. Car si de considérables progrès ont été effectués au fil de l’histoire, et tout particulièrement dans les années 70/80 sous l’impulsion, en France notamment, de Françoise Dolto, on verse aujourd’hui dans l’excès. Sous prétexte qu’il faille dialoguer, écouter, informer l’enfant, on lui dit tout et n’importe quoi, n’importe comment. Un glissement sémantique opère, entretenant la confusion entre considérer l’enfant comme une personne à part entière et le considérer comme un adulte. Or l’enfant est un être en construction et non un adulte en miniature.

     Toute la difficulté de parler aux enfants réside alors dans l’équilibre à trouver en leur montrant bien qu’on les prend pour des interlocuteurs valables, sans leur permettre de se prendre ni les prendre pour des grandes personnes. Autrement dit, on progresse sur un fil ténu, avec le risque de basculer tantôt du côté où on considère l’enfant comme un adulte, tantôt en le bêtifiant car on abaisse le niveau du discours. Il s’agit par conséquent de leur parler ni « trop bas », ni « trop haut », de trouver la bonne hauteur d’enfant.

 

     Faut-il tout dire aux enfants? Faut-il répondre à toutes leurs questions? Quels écueils éviter? Quelle est la bonne hauteur à laquelle se placer? Après un rappel historique sur la place de l’enfant dans la société, Claude Halmos, avec un langage clair, imagé, accessible, accompagne les adultes que nous sommes face à ces multiples interrogations.

     Un guide précieux.

     Claude Halmos viendra parler de cet ouvrage au salon du livre de l’île de Ré, les 4/5 août 2012. Toutes les informations sur ce salon ici : http://www.ile-aux-livres.fr/nav.asp?go=presentation

 

Informations pratiques :

Prix éditeur : 18€

Nombre de pages : 202

ISBN : 978 2213 668314