Le nouveau livre de Grégoire Delacourt, Mon père

 

Grégoire Delacourt dernier livre pere

Dans son dernier livre, Mon père, Grégoire Delacourt s’attaque à un sujet fort : les prêtres pédophiles dans l’église. Un roman sur l’enfance brisée, sur le rôle du père, sur l’amour et la reconstruction. Un cri de colère.

De quoi parle le nouveau livre de Grégoire Delacourt?

Le nouveau livre de Grégoire Delacourt est une immense colère. Une rage. Une soif inextinguible de vengeance. Celle d’un père face aux abus sexuels dont son fils a été victime, lors d’une colonie de vacances encadrée par des prêtres. Certes, le narrateur et son ex-femme, Nathalie, avaient bien remarqué le changement de comportement de leur fils Benjamin depuis son retour de vacances dans les Vosges. Certes, il avait mauvaise mine et semblait fatigué. Mais ils avaient attribué cela aux veillées et exercices sportifs de la colonie, aux changements d’alimentation sur le camp, et bien sûr, à leur divorce. Quant aux trois mots adressés par Benjamin à son père, sur la carte postale de vacances, « Viens me chercher », n’était-ce pas l’expression d’un caprice enfantin?

Ils n’avaient rien vu.

Ils n’avaient pas su, pas pu voir.

Jusqu’au jour où des maux de ventre violents conduisent Benjamin à être hospitalisé en urgence. Et l’agression sexuelle d’être découverte. Et la vie des parents d’être ravagée, à l’image de celle de Benjamin. On a arraché leur petit à l’enfance avec un déchaînement de bête fauve. Le père, fou de douleur, de culpabilité et de rage, se rend alors au presbytère pour en découdre avec le coupable. Va-t-il devenir un bourreau à son tour, répondre à la violence bestiale par une autre violence bestiale? La frontière est si fragile entre lumière et ténèbres…

Mon avis sur le dernier livre de Grégoire Delacourt

L’auteur notamment de La liste de mes envies et de L’écrivain de la famille, s’attaque dans ce livre à un sujet brûlant et délicat : les abus sexuels sur les enfants par les prêtres et le silence de l’église à ce sujet. Comment respecter les valeurs de pardon enseignées par l’église catholique, comment garder foi en son prochain, comment se référer à la Bible, quand on est confronté à de tels crimes? Et l’attitude de l’église, qu’en penser ? La réponse du prêtre est éloquente: « Je n’ai pas protégé ceux que j’avais la charge de consoler et de chérir. Et l’Église a fermé les yeux. L’évêque de notre diocèse a fermé les yeux. le Vatican a préféré se coudre les paupières et manipuler les magistrats. Alors je me suis plu à imaginer que leur cécité était une forme d’assentiment. Car si les pères ne condamnent pas, si les pères n’interdisent pas, si les pères ne punissent pas, alors les fils conjecturent qu’ils ont tous les droits. » Comment, dès lors, briser le cercle non vertueux de la violence, du désir de vengeance? Par le pardon? Dans ce cri de colère poussé par Grégoire Delacourt, on sent vibrer tout l’amour d’un père. Un père qui a aimé son fils du mieux qu’il a pu, avec ce qu’il a lui-même reçu – ou pas, de son propre père. Un père impuissant à refaire le passé, à effacer le crime commis sur son fils. Mais un père désireux, par son incommensurable amour, d’aider la chair de sa chair à se reconstruire. Malgré le carnage. Malgré les blessures indélébiles.

Un roman qui laissera des marques sur votre âme. Indélébiles elles aussi.

 

Publicités