Pour la peau, Emmanuelle Richard (éd. de l’Olivier)

Afficher l'image d'origine

Pour la peau, Emmanuelle Richard

Éditions de l’Olivier, janvier 2016

Ce roman a reçu le Prix Anaïs Nin 2016

 Afficher l'image d'origine

Pour la peau ou l’histoire d’une passion violente, totale, obsédante.

Après sa séparation d’avec S., Emma se cherche un nouveau logement. C’est à cette occasion qu’elle croisera E., agent immobilier. Un homme sur lequel son regard ne se serait jamais arrêté sinon, tant avec ses traits marqués, son air dégingandé, ses années en trop, elle ne le trouve pas attirant, limite repoussant.

Et pourtant. Malgré cette première impression négative, confortée lors de leur deuxième rencontre, Emma sent peu à peu naître en elle une irrésistible attirance. Un désir, une envie. Plus : un besoin. Impérieux, dévorant, obsédant.

« Comment passe-t-on de l’indifférence au mépris à la curiosité, puis au désir, et enfin au sentiment amoureux ? (…) A quel moment a surgi le désir fou d’appartenir à cet homme à n’importe quel prix, comme jamais je n’avais désiré appartenir à quelqu’un, appartenir tout court, pour pouvoir me désintégrer et m’annuler à lui, oublier que j’existe, et simplement, essentiellement, veiller sur son corps, prendre soin de lui ?»

Avec une sensualité infinie, une justesse chirurgicale, Emma dissèque les tourments de son âme au scalpel de sa plume, les paradoxes de la passion amoureuse, quand le cœur et la raison font le grand écart, quand l’amour devient une drogue et E. son dealer exclusif. Ce moment vertigineux où tout bascule, où les sentiments gouvernent tout, où l’Autre devient le centre du monde, le monde lui-même, quand bien même, dans un recoin de la tête, Emma sache que cet amour n’est qu’un paradis artificiel, non pas un feu qui réchauffe et éclaire, mais un feu qui brûle, carbonise. Détruit.

Alors Emma écrit. Pour mettre cet amour à distance, pour le comprendre et se convaincre de ce qu’elle sait déjà : cette relation amoureuse est nocive et sans avenir. Un roman particulièrement brillant et une analyse psychologique d’une grande finesse, qui, à partir d’une passion particulière, soulignent l’universalité de la puissance et de la violence des sentiments, mais aussi du chagrin amoureux.

Un roman sensuel, intense, envoûtant. A lire!

Informations pratiques :

Nombre de pages : 160

Prix éditeur : 18€

ISBN : 978-2823607949

 

 

 

 

Emmanuelle Richard, lauréate du prix Anais Nin 2016

image

La deuxième édition du prix Anaïs Nin, qui vise à promouvoir la littérature française à l’étranger, couronne Pour la peau, d’Emmanuelle Richard, paru aux éditions de l’Olivier.

Le prix Anaïs Nin 2016 a été décerné, lundi 25 janvier, à Emmanuelle Richard pour son roman Pour la peau, paru le 7 janvier aux éditions de L’Olivier. La lauréate, qui recevra son prix lundi soir lors d’une cérémonie organisée au restaurant Victoria 1836, à Paris, se voit ainsi offrir la traduction en anglais de son ouvrage. Elle a été choisie au 2e tour de scrutin par 7 voix contre 6 à Camille Laurens (Celle que vous croyez, Gallimard).

Pour la peau raconte l’histoire d’amour brève et passionnelle entre un certain E. et la narratrice, Emma, qui cherche à exorciser la douleur de leur rupture en écrivant. Il s’agit du deuxième roman d’Emmanuelle Richard, jeune romancière de 30 ans qui avait déjà été remarquée par la critique avec La légèreté, paru en 2014 aux éditions de L’Olivier.

Pour la peau est aussi parmi les cinq finalistes du Grand prix RTL-Lire 2016.

Créé en 2015 par Nelly Alard et Capucine Motte en hommage à Anaïs Nin, le prix Anaïs Nin « récompense une œuvre qui se distingue par une voix et une sensibilité singulières, l’originalité de son imaginaire et une audace face à l’ordre moral ». Il se veut orienté vers le monde anglo-saxon et est destiné à faire connaître le livre élu aux éditeurs anglais et américains.

Le jury 2016 se compose d’auteurs français et de plusieurs agents anglais et américains : Mohammed Aïssaoui, journaliste et écrivain, Nelly Alard, écrivaine, cofondatrice, Antonin Baudry, scénariste et écrivain, Pierre Bontemps, président et fondateur de la société Coriolis, Françoise Cloarec, écrivaine et psychanalyste, Virginie Despentes, écrivaine, présidente d’honneur, David Foenkinos, écrivain, Judith Housez-Aubry, auteure, Lucinda Karter, agent littéraire, Baptiste Liger, journaliste, Koukla MacLehose, agent littéraire, Capucine Motte, écrivaine, cofondatrice, Véronique Ovaldé, écrivaine, Georges Saier, président et fondateur de la société Very, Karine Tuil, écrivaine.

En 2015, c’est Virgine Despentes qui l’avait emporté avec Vernon Subutex, 1 (Grasset).