Le poison de la vérité, Kathleen Barber

15D48606-0619-41E1-93F4-4CA3C018B695.jpeg

Le poison de la vérité, Kathleen Barber

Editions Michel Lafon, mai 2018

Thriller

Plus dangereuse que le mensonge… la vérité ! Un thriller aux multiples rebondissements, qui vous prend en otage dès la première page.

Josie a trouvé auprès de Caleb la vie sereine, rassurante et aimante qu’elle recherchait. Elle aimerait parfois lui dire ce qu’elle fuit, ces lourds secrets qui sont siens, mais toujours elle recule. Avouer lui avoir dissimulé une partie de sa vie ne risque-t-il pas de mettre en péril la confiance qu’il place en elle ? Leur couple n’en sera-t-il pas fragilisé ? Alors elle se tait.

Mais le passé la rattrape quand Poppy Parnell, journaliste d’investigation, décide de remettre le nez dans une affaire criminelle qui ébranla la société de l’Illinois une douzaine d’années plus tôt : le meurtre de Chuck Buhrman, qui n’est autre que le père de Josie. Certes, un jeune homme de 17 ans, Warren Cave, voisin de Chuck, a été accusé et condamné. Certes, le témoignage visuel de la jumelle de Josie est accablant. Mais. Mais se pourrait-il que Warren soit condamné à tort, comme il le clame ? Se pourrait-il qu’il purge une peine à perpétuité par erreur ? Poppy Parnell veut examiner sans complaisance les maigres preuves qui ont peut-être fait condamner un innocent et, soit rétablir la vérité, soit dissiper les derniers doutes sur ce qui s’est réellement passé. Elle part alors à la rencontre des protagonistes, camera dans son sillage et publie au fur et à mesure de ses avancées des podcasts. Des podcasts croustillants, voyeuristes, qui attirent un public avide de sensations de plus en plus grand.

Pour son premier roman, Kathleen Barber nous offre un thriller rédigé de main de maître. De rebondissement en rebondissement, elle joue avec les nerfs du lecteur, l’emmène sur de fausses pistes, sans jamais relâcher la tension. Les situations et les personnages sont si bien campés, que le lecteur est catapulté aux côtés de Josie, revit avec elle le drame, les tensions et la peur de découvrir une vérité dérangeante. Une lecture en apnée jusqu’à la chute finale. Vertigineuse.

 

 

Publicités

Alabama Shooting, de John N. Turner (éditions de l’Aube)

1210-Turner-Alabama Shooting-jaquette et couv-1(2)

Alabama shooting, John N. Turner
Éditions de L’aube, juin 2015

John N. Turner a décidé de faire de l’Amérique un personnage à part entière de ses livres. S’inspirant librement de faits réels et documentés, il nous interroge sur la violence- celle que nous portons tous en nous, celle que la société autorise, celle que la société ne contrôle pas.
Février 2010. Trois personnes perdent la vie dans une fusillade qui éclate sur le campus de l’Université de l’Alabama, à Huntsville. Trois autres personnes sont gravement blessées. Un individu a en effet ouvert le feu dans le local où ils tenaient une réunion, dans le pavillon des neurosciences de l’université. Aussitôt, l’arme ainsi que le vêtement ensanglanté de la meurtrière sont retrouvés dans une poubelle des toilettes. Une suspecte est arrêtée. Et le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’a pas le « profil » d’une tueuse de prime abord : il s’agit en effet d’un membre de la faculté, le professeur Joan Travers, 45 ans, diplômée de la prestigieuse université de Harvard et mère de quatre enfants.
Alors que toutes les preuves l’accablent, que les témoins sont unanimes, la femme hurle son innocence. Stratège ? Fuite en avant ? Amnésie ? Désordre mental ?
Tandis qu’elle est incarcérée et placée en isolement dans l’attente de son jugement, Joan repasse sur l’écran de ses pensées le film de sa vie. Y a-t-il dans son parcours des éléments qui expliquent son geste ? La cellule familiale dans laquelle elle a grandi portait-elle en elle le germe de cette folie meurtrière ? Est-elle seulement coupable de ces crimes ?

Avec Alabama shooting, John N. Turner nous offre une histoire captivante, brillamment construite, dans un style très fluide, qui tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page. Avec une chute vertigineuse. Le destin passionnant d’une femme en quête de reconnaissance, qui soulève de nombreuses questions, notamment sur l’opposition culpabilité/responsabilité ou encore la vente libre des armes.
Un thriller efficace et passionnant !

L’invention des ailes, de Sue Monk Kidd ( éditions JC Lattès)

9782709646574-G

L’invention des ailes, de Sue Monk Kidd

Éditions JC Lattès, janvier 2015

Caroline du Sud, 1803. Fille d’une riche famille de Charleston, Sarah Grimké sait dès le plus jeune âge qu’elle veut faire de grandes choses dans sa vie. Lorsque pour ses onze ans sa mère lui offre la petite Handful comme esclave personnelle, Sarah se dresse contre les horribles pratiques de telles servilité et inégalité, convictions qu’elle va nourrir tout au long de sa vie. Mais les limites imposées aux femmes écrasent ses ambitions.
Une belle amitié nait entre les deux fillettes, Sarah et Handful, qui aspirent toutes deux à s’échapper de l’enceinte étouffante de la maison Grimké. À travers les années, à travers de nombreux obstacles, elles deviennent des jeunes femmes avides de liberté et d’indépendance, qui se battent pour affirmer leur droit de vivre et se faire une place dans le monde.
Une superbe ode à l’espoir et à l’audace, les destins entrecroisés de deux personnages inoubliables !

Informations pratiques :

Nombre de pages : 477

Prix éditeur : 22€

American clichés, de Sophie Simon : une révélation !

simon-copie-1

American clichés, Sophie Simon

Éditions Jean-Claude Lattès. Avril 2011

 

     Le titre à lui-seul nous invite au voyage. Et quels voyages ! A travers onze nouvelles, Sophie Simon nous dépeint des scènes de vie d’une force et d’un réalisme sidérants. Dès les premières lignes, le lecteur est transporté en Amérique, pays de tous les possibles, de tous les rêves, de toutes les illusions, de toutes les extravagances aussi.

     Impossible de rester sur le seuil de ces histoires. Il suffit à l’auteur de quelques mots pour créer un degré d’intimité extraordinaire entre le lecteur et les personnages, pour lui faire visualiser les lieux, pour le propulser au coeur de ces vies. Des vies très différentes les unes des autres. De Peter fils d’agriculteur qui rêve des planches d’Hollywood, à Howard « Dieu du contre-ut » dont le chant ne séduit que son chien et exaspère sa femme, en passant par Sam et Carry ce couple à priori improbable, ou encore au coupable secret de Ed Bookman, chaque personnage est à un virage de son existence. A ce moment précis où tout peut basculer.

     Si les situations dépeintes diffèrent, tous ont en commun une insatisfaction par rapport à leur vie présente et ce désir prégnant de la faire évoluer, de s’arc-bouter à leurs rêves. Y parviendront-ils ? Se drapent-ils d’illusions ? Impossible de le savoir avant la dernière ligne, tant l’auteur excelle dans l’art de la chute.

    Avec ce premier recueil de nouvelles, tendre, émouvant, attachant, Sophie Simon fait une entrée aussi bien remarquée que remarquable dans le monde littéraire. Une plume trempée à l’encre d’un indéniable talent.

    Une révélation.

 

Informations pratiques :

Prix éditeur : 17€

Nombre de pages :220