Fabrice Midal : Méditer, le bonheur d’être présent

méditer, le bonheur d'être présent, Fabrice Midal

©Karine Fléjo photographie

Un roman graphique passionnant, sur ce qui a amené Fabrice Midal à la méditation et en quoi elle lui a sauvé la vie. Le partage d’une expérience riche, superbement scénarisé et illustré. Ou la méditation vue de l’intérieur.

Ce que la méditation n’est pas

Ce roman graphique sur le cheminement de Fabrice Midal, philosophe et enseignant en méditation, nous montre comment l’auteur, qui ne connaissait pas du tout cette pratique, en est venu à la méditation. Et les bienfaits indéniables retirés de cette pratique. L’occasion de remettre la méditation à sa vraie place, dans son vrai rôle, loin de l’image que s’en font parfois ceux qui ne la pratiquent pas ou ceux qui la vendent à toutes les sauces.

  • Méditer n’est pas se couper du monde : non, la méditation ne signifie pas vivre en ermite dans une grotte et n’être centré que sur soi, assis sur son coussin. Il s’agit non pas de se couper du monde mais de l’accueillir.
  • Méditer n’est pas faire le vide dans sa tête, refouler ses pensées : c’est au contraire prendre conscience des pensées qui affluent et se réancrer dans son corps et dans sa respiration.
  • Méditer n’est pas une activité « perchée » pour intellos ou bobos : c’est une voie puissante et libératrice, ouverte à chacun, pour habiter son corps , ressentir et apprivoiser ses émotions.
  • Méditer est un acte religieux d’obédience bouddhiste : la méditation est souvent associée à la pratique des moines bouddhistes. Mais ces aspects religieux ne sont pas indissociables de la pratique méditative. Fabrice Midal a, à ce titre, fondé une école laïque de méditation.

Méditer, ce n’est pas gérer quoi que ce soit, c’est apprendre à respecter les êtres et les choses… sans endoctrinement religieux, sans isolement.

Un éclairage passionnant sur la méditation

J’ai lu plusieurs ouvrages sur la méditation, avant de la pratiquer. Et ce livre n’est pas un ouvrage de plus sur le sujet mais un ouvrage différent, un livre qui apporte un éclairage nouveau : Fabrice Midal, fondateur de l’école occidentale de méditation, nous fait part de sa propre expérience, de son parcours, nous parle en connaissance de cause, de l’intérieur. Et balaie à cette occasion tous les clichés et idées reçues sur la méditation. Il se confie sur son mal-être adolescent, son hypersensibilité, sa difficulté à trouver sa place et à s’accepter, et nous montre en quoi la méditation l’a réconcilié avec lui-même, avec les autres, avec la vie. Un parcours de vie inspirant et un éclairage qui peut aider d’autres personnes qui se cherchent, à trouver du sens, à être présents à eux-mêmes, à s’autoriser à être tout simplement.

Un ouvrage touchant, fascinant et inspirant.

Et vous, êtes-vous prêts pour partir à l’aventure de votre propre vie?

Informations pratiques : 

Fabrice Midal, Corbeyran(scénariste), Emmanuel Despujol (illustrateur) : Le bonheur d’être présent – Editions Philippe Rey – Octobre 2019 – 158 pages illustrées – 20€

Devenez narcissique et sauvez votre peau! Fabrice Midal

 

devenez narcissique et sauvez votre peau Fabrice Midal

©Karine Fléjo photographie

C’est un ouvrage passionnant, édifiant et très clair, que nous propose Fabrice Midal. Être narcissique n’est pas être orgueilleux ni égoïste, mais avoir pris le temps de faire connaissance avec soi et de s’aimer tel que l’on est. Un pré-requis indispensable pour des relations authentiques avec les autres.

Apprendre à se connaître

Bien souvent nous nous méconnaissons. Nous ignorons nos compétences, nos dons, notre richesse, notre beauté. Et ne nous résumons qu’à nos défauts. Pourquoi ? Car nous n’avons jamais appris à nous regarder. Se regarder est en effet mal perçu dans notre société et assimilé à tort à de l’orgueil, de la vanité, du nombrilisme. Or apprendre à nous connaître, à cerner nos qualités, nos défauts, nos besoins, nos envies, nos limites, nos compétences,  nos forces et nos faiblesses, est essentiel. « Il n’est pas de plus grande violence envers soi-même que de se croire ou de se prétendre pauvre (de qualités, de valeur, de talents…), alors que nous sommes riches« , me disait récemment un maître tibétain. Quand Fabrice Midal propose de revisiter le mythe de Narcisse, il entend ici nous inviter à mieux nous regarder, à faire connaissance avec nous-même, à nous respecter.

Narcissisme n’est pas nombrilisme

Narcissisme n’est pas ici nombrilisme. L’idée n’est pas de se considérer le plus intelligent, le plus beau, le plus méritant et de cumuler les superlatifs vaniteux à notre égard. Non, il s’agit de connaître et de reconnaître ce que nous sommes, de l’accepter et de le respecter, dans notre singularité. Car chaque être est aimable au sens digne d’être aimé.

Sans nous rendre compte, nous nous persécutons parfois à longueur de temps : à la première erreur commise, nous nous traitons de nul ; au premier oubli nous nous traitons d’imbécile ; on est fatigué et on rechigne à faire le repassage, on se traite de flemmard, etc. Combien de fois par jour, sans nous rendre compte, nous fustigeons-nous, nous rabaissons-nous, nous flagellons-nous pour ce que nous faisons ou ce que nous sommes ? Certes, nous sommes imparfaits. Certes nous commettons des erreurs. Mais nous ne sommes pas des dieux, juste des humains ! Soyons donc plus tolérants avec nous-mêmes, acceptons nos imperfections sans nous considérer comme le dernier des nuls et aimons-nous malgré ces faiblesses ! Prenons soin de nous¸ respectons-nous, chérissons-nous, comme nous le ferions de notre enfant.

Des relations authentiques avec les autres

Le cas échéant, à force de nous rabaisser, de ne pas nous respecter, nous laissons les autres nous malmener, nous manquer de respect, convaincus que nous ne méritons pas mieux. Cette prise de conscience est donc impérative pour mieux vivre.

S’aimer, c’est donc se dire entièrement oui. S’accepter tel que l’on est, pas juste aimer certaines facettes de soi (le physique, le statut social, …), avec ses richesses et ses défauts. Car ces défauts font partie de notre humanité. Et ne nous rendent pas indignes d’amour.

Se connaître, connaître ses besoins, ses limites, ses envies, permet d’être en paix avec soi et de se connecter en toute vérité aux autres, en étant authentique, sans se sacrifier ni se rabaisser. Alors, prêts à vous faire ce merveilleux cadeau?

lire en soi

Apprendre à lire en soi comme dans un livre ouvert…