La Kar’interview de Pierre-Yves Tinguely, auteur de L’axe du sang (M.A. éditions)

l_axe_du_sang_02.j_1

czenz08cf8-l039axe-du-sang

Le 21 janvier dernier, M.A. éditions a publié L’axe du sang, un thriller absolument remarquable de Pierre-Yves Tinguely.

Rencontre avec l’auteur :

Karine Fléjo: Comment procédez-vous pour construire une intrigue si magistralement menée, aux rouages si parfaitement huilés?

Pierre-Yves Tinguely : J’ai un peu l’impression de fonctionner avec mes sensibilités de peintre. Ça veut dire qu’avant de faire ma peinture, j´ai déjà en tête le tableau final. Après, quand je commence à travailler, je m’aperçois qu’il faut plutôt faire ceci ou cela pour avoir tel effet, qu’il faut que je commence par faire telle partie car après il faudra que je laisse sécher trois jours, qu’il vaut mieux que je pose ma main à tel endroit car ici ce ne sera pas sec, etc. J’ai cette vision globale de l’histoire. Et au delà de cette construction technique – qui fait quoi, comment, pourquoi, à qu’elle heure?, une des principales notions qui m’intéresse est la crédibilité.

KF : Le fait que le lecteur adhère à la version donnée même si elle flirte avec l’étrange, voire le paranormal?

PYT : C’est le fait que l’on ne puisse à aucun moment, exactement comme pour un film, se dire : ce n’est pas possible ça, ça ne tient pas debout, on me prend pour un imbécile! Or je déteste être pris pour un imbécile. Donc dans ma méthode de travail, par respect pour les gens qui vont me lire, je veille à ce que la structure même de l’histoire tienne la route. Ça c’est le cadre. Puis à l’intérieur de ce cadre, je me laisse complètement exploser le cerveau. D’où l’impression que l’on a et que c’est un film et que c’est construit comme le ferait un architecte. Il n’a pas mis la salle de bains n’importe où si vous voulez. Tout est réfléchi, cohérent. Et c’est cela qui m’intéresse : qu’il y ait une corrélation entre un imaginaire structuré qui rentre dans quelque chose auquel on a envie de croire et la réalité.

KF : On se retrouve à la frontière de deux mondes donc?

PYT : Oui, entre le paranormal et la réalité pure et dure. Entre la réalité et cette sensation qu’on éprouve quand on effleure ce monde invisible, bizarre, incompréhensible. Aussi bien dans le cas du Codex Lethalis *que dans L’axe du sang, les enquêteurs sont sidérés, ne comprennent pas ce qui se passe et sont amenés du coup à devoir imaginer d’autres solutions aux frontières du paranormal.

KF : Ce roman fait suite au Codex Lethalis, paru l’an dernier, même si la compréhension de L’axe du sang n’impose pas d’avoir absolument lu le premier tome. Un troisième volet est-il envisagé?

PYT : En ce moment je suis en train de réfléchir au synopsis du tome 3, oui.

Un troisième volet attendu avec impatience après ces deux premiers tomes fascinants!

                                                                               

                                                                                     Propos recueillis le 24 janvier 2014

* Le codex Lethalis, roman de Pierre-Yves Tinguely, Paru Aux Editions Hachette en mars 2013. Sorti en format poche aux Editions MA Poche en janvier 2014.

L’axe du sang, de Pierre-Yves Tinguely (MA Editions) : un thriller magistral!

czenz08cf8-l039axe-du-sang

L’axe du sang, de Pierre-Yves Tinguely

MA Editions, janvier 2014

     Quand Teodor Cepek, ancien prêtre devenu exorciste, se rend dans une ferme au nord de Varsovie, il n’imagine pas les catastrophes en chaine que son intervention va déclencher. Venu offrir ses services pour faire fuir les esprits malins hantant les lieux, il se heurte alors à une entité d’une puissance phénoménale. Et la famille qu’il est venu sauver d’être massacrée sous ses yeux. Et les animaux de la ferme de tous périr dans ce même déferlement de violence et de sang. Une horreur innommable. Seul Cepek survit. Et la puissance maléfique avec lui… Car ce dernier prend conscience d’une réalité horrifiante : son propre sang a été infecté par le mal. Quelques gouttes de celui-ci, un simple contact par l’air et c’est la mort qui se propage autour de lui. Comment éviter qu’un tel pouvoir tombe aux mains d’esprits animés par le désir de répandre la terreur et la mort? Comment contrecarrer cette puissance redoutable? Quel est le rapport entre la contamination sanguine de Cepek et ces fameux grimoires, les codex, dont chaque page est un condensé d’incantations destinées à invoquer les plus effroyables démons? Où sont ces codex? En la possession de qui? Quel est leur secret?

Dès lors, de la Pologne aux États-Unis, en passant par la Suisse, une course contre la montre est lancée. Il s’agit de barrer la route à l’énergie satanique du trio d’ouvrages maudits…

Avec L’axe du sang, Pierre-Yves Tinguely offre à ses lecteurs une intrigue magistralement menée, aux rouages d’une subtilité inouïe. On marche aux frontières de l’étrange, on court après le temps, on retient son souffle de la première à la dernière ligne. Impossible de résister à la puissance magnétique de la plume de l’auteur.

Si le sang de Cepek contient une substance maléfique, celui de Pierre-Yves Tinguely recèle indéniablement le gène du talent.

Un thriller incontournable qui vous fera frissonner l’âme!

Site de l’auteur : http://www.pyt.ch

NDR : L’axe du sang est le deuxième volet d’une trilogie, la suite (même si les deux ouvrages peuvent être lus séparément) de Codex Léthalis, paru en 2013 aux éditions Hachette (et en version poche aux éditions MA poche en 2014).

Hipnofobia, de Salvador Macip : roman noir pour nuit blanche.

arton8035

Hipnofobia, de Salvador Macip

Editions Hachette, collection Black Moon, mars 2013

 

     Décor blanc pour nuits blanches. Un homme est retenu prisonnier dans un bunker secret de l’armée américaine. Question de sécurité nationale. Énigme insondable. Il s’agit en effet d’un cas d’espèce : depuis trois semaines, le prisonnier en observation n’a pas dormi une seule minute. Le Docteur Metcalf, spécialiste mondial du sommeil, et le général Sandcliff, sont réquisitionnés. Les seuls éléments à leur disposition sont bien maigres. Ce corps a été retrouvé en vie au milieu d’autres corps calcinés de l’intérieur. Le seul à avoir échappé à cette auto-combustion collective. Est-il membre d’une secte? Laquelle? Et quel but poursuivait-elle? Plus étrange : comment fait-il pour ne pas dormir? Car cette veille permanente est source d’un pouvoir phénoménal, pouvoir dont les répercussions sont inouïes : « Si nous parvenions à réduire au maximum les heures gaspillées à dormir, nous pourrions récupérer le trésor dont la Nature nous avait privés : la pleine maîtrise de notre force mentale. L’outil le plus inimaginable de notre planète » (P.27).

     Il va leur falloir oublier les explications rationnelles et pousser les recherches vers l’impossible. Et si cet homme était réellement capable de détruire tout ce qui s’approche de lui par sa seule volonté? Dans pareille situation, que faire pour le contrecarrer? Et surtout…peuvent-ils profiter de ce pouvoir redoutable? Une arme psychique qui pourrait être inculquée dès l’enfance, dans le cadre d’une École, institution réservée aux meilleurs élèves du pays. L’École, fabrique de surhommes…

Dans ce roman remarquablement construit, aux frontières de deux mondes, thriller et science-fiction, Salvador Macip nous interroge sur les risques de dérive d’un pouvoir qui serait absolu, celui du psychisme. La manipulation mentale, arme suprême?

Un roman noir brillant qui vous fera passer une nuit blanche…

Les âmes rivales, de René Manzor : Un règne sans état d’âme.

ren-manzor---site

Les âmes rivales, de René Manzor

Editions Kero, mai 2012

 

Un règne sans état d’âme

 

     La fillette de treize ans qui se présente au père Arthur, lui fait une confession bien étrange. Un certain Jahal, incarnation du Mal, la poursuivrait. Elle seule serait apte à le voir, à le sentir. Plus, elle serait liée à lui par cette alliance en os sculpté. Une union terrifiante et exclusive avec cet être désincarné. Car Jahal ne supporte aucune autre présence aimante auprès d’elle. Or il existerait une autre âme soeur, une âme rivale, lui aurait-il confié. Un concurrent que d’existence en existence, il s’emploierait à rechercher et à systématiquement éliminer.

     Touché par Cassandre, le prêtre n’accorde toutefois que peu de crédit à ses propos. Un ami imaginaire sans doute, ce Jahal. Une élucubration de son esprit trop fertile à cet âge.

     Et de la renvoyer gentiment tandis qu’elle sollicitait l’absolution.

     Se le pardonnera t-il un jour?

     Vingt ans plus tard, Cassandre défraie l’actualité pour avoir tenté d’assassiner son mari, le député charismatique Thomas Wells. Un acte incompréhensible de prime abord de la part de cette femme aimante. L’avocat Matt Collins prend cette affaire très à coeur. Il entend bien délivrer sa cliente. Et pas de sa seule cellule, mais aussi et surtout d’une incarcération plus terrible : cette prison mentale qui est sienne depuis toujours et dont le geôlier est un certain Jahal…

 

     Réalisateur émérite (Le passage, Dédales, entre autres), René Manzor signe ici son premier roman. Un thriller fantastique époustouflant. Une intrigue captivante qui nous emporte dans des dédales dont l’auteur seul a le secret. La mort, la vie après la mort, le corps comme simple «habitacle » des âmes d’une existence à l’autre, la survivance ou non des souvenirs et des sentiments lors de la réincarnation, sont autant de thèmes traités brillamment. Une écriture très visuelle, ciselée, efficace.

Un captivant moment de lecture!

 

Site de l’auteur : http://www.renemanzor.com/