Rentrée littéraire : Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud (Editions EHO)

CVT_Lucie-Ou-la-Vocation_657

Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud

Éditions Héloïse d’Ormesson, août 2016

Rentrée littéraire

Fille unique auprès de parents aimants et d’une grand-mère merveilleuse, toujours accompagnée de sa meilleure amie Juliette, Lucie, brillante élève de Khâgne, est très bien entourée. Pourtant, elle sent un appel auquel elle ne peut pas résister. Un appel qui va la conduire à renoncer aux siens, à leur présence, à leurs rêves pour elle. Mais IL donne un sens à sa vie. Et de décider de se consacrer à Lui, entièrement, exclusivement, de l’aimer et de l’imposer à son entourage, dussent-ils tous désapprouver son choix.

Elle pousse alors la porte du couvent niché au cœur de Paris. C’est irrévocable : elle consacrera son existence à Dieu.

Mais dans ce monde clos par de hauts murs, la réalité est autre que ce qu’elle avait imaginé. Guerres intestines pour briguer la place de supérieure du prieuré, violences physiques et psychologiques, humiliations, gavage, dislocation des liens avec les familles et amis, absence de soins, Lucie étouffe. Mais elle résiste, rêve d’absolu. Jusqu’à la découverte d’un secret qui va la cribler de doutes… Que faire, renoncer à sa foi , retourner à sa vie d’avant? Et si c’était LUI qui lui envoyait cette épreuve pour la tester ?

Avec ce premier roman, Maëlle Guillaud nous fait pénétrer dans l’enceinte de ce monde mystérieux qu’est le couvent, avec ses règles de vie austères, ses codes impénétrables. Un monde dans lequel les sœurs, aussi ferventes soient-elles, n’en restent pas moins des êtres humains donc dotés de faiblesses, porteurs de défauts comme de qualités. L’auteur analyse avec beaucoup de justesse les difficultés auxquelles se heurte la novice, les doutes qu’il lui faut combattre sur le chemin de la foi, la force qu’il lui faut pour résister à l’incompréhension des siens. Un roman singulier.

Publicités

La nuit de feu, Eric-Emmanuel Schmitt (Albin Michel)

la_nuit_de_feu_01

La nuit de feu, Eric Emmanuel-Schmitt

Editions Albin Michel, septembre 2015

Rentrée littéraire

 

Dans ce livre où l’aventure se double d’un immense voyage intérieur, Eric-Emmanuel Schmitt nous dévoile pour la première fois son intimité spirituelle et sentimentale, montrant comment sa vie entière, d’homme autant que d’écrivain, découle de cet instant miraculeux.

Il y a un peu plus de 25 ans, Eric-Emmanuel Schmitt est amené à se rendre en Algérie, à Tamanrasset, pour préparer le film consacré au marabout blanc, Charles de Foucaud, film dont il est le scénariste.

Agé de 28 ans, déjà normalien, agrégé, docteur, l’auteur ne s’imagine pourtant pas suivre le chemin que ses aînés ont tracé pour lui. Finir au Collège de France ? Une destination certes prestigieuse mais qui n’enchante pas l’enfant en lui, lequel y voit bien davantage une cage dorée. En effet, s’il aime son domaine d’études, il déplore d’avoir pour ce faire dû sacrifier sa fantaisie, sa créativité, sa folie, ses envies de toucher à tout. Pour ne pas étouffer, il s’est donc adonné en parallèle à sa passion pour l’écriture. Des textes remarqués qui vont lui valoir de se voir proposer l’écriture du scénario du film consacré à Foucaud. Une opportunité salutaire.

Pour autant, Eric-Emmanuel Schmitt était loin de s’imaginer à quel point cette aventure allait changer diamétralement sa vie. Tandis qu’une caravane d’une dizaine de personnes, dont lui, part pour une randonnée en plein désert du Hoggar au Sahara, il s’égare. Sans nourriture ni eau. Ce qui aurait pu signer sa mort, va se révéler être le début d’une deuxième vie…

Un récit autobiographique brillamment rédigé, qui interroge sur la foi, les préjugés, les dogmes, la quête de soi. Les plus beaux voyages ne se font-ils pas à l’intérieur de soi ?

P.27 : La victoire réside dans le combat, pas dans son issue.

P.63 : Sur terre, ce ne sont pas les occasions de s’émerveiller qui manquent, mais les émerveillés.

P.160 : Ma conception du voyage avait changé : la destination importe moins que l’abandon. Partir, ce n’est pas chercher, c’est tout quitter, proches, voisins, habitudes, désirs, opinions, soi-même. Partir n’a d’autre but que de se livrer à l’inconnu, l’imprévu, à l’infinité des possibles, voire même à l’impossible. Partir consiste à perdre ses repères, la maîtrise, l’illusion de savoir, et à creuser en soi une disposition hospitalière qui permet à l’exceptionnel de surgir.

P 178 : Un talent reste vain s’il s’engage au service de lui-même, sans autre objectif que de se faire reconnaître, admirer ou applaudir ; un vrai talent doit transmettre des valeurs qui le dépassent et qui le portent.

La servante du Seigneur, de Jean-Louis Fournier : gros coup de coeur!

fournier_servante_seigneur

La servante du Seigneur, de Jean-Louis Fournier

Editions Stock, rentrée littéraire 2013

 » Nous on était heureux avec elle. Peut-être qu’elle n’était pas heureuse avec nous? » P.116. Jean-Louis Fournier essaye de comprendre l’incompréhensible : pourquoi sa fille s’est-elle coupée du monde et de lui, en embrassant la foi? Elle si joyeuse, si brillante, épanouie dans son travail de graphiste. Elle si complice avec son père…  Depuis qu’elle a rencontré celui que l’auteur surnomme « Monseigneur », il ne la reconnait plus.

Alors il l’interpelle, l’appelle, l’interroge, s’interroge. En quoi se tourner vers Dieu impose de se détourner des autres, de ses proches? Pourquoi ne supporte t-elle plus aucune contradiction? « Sectaire, ça commence comme sécateur, ça coupe. Ça coupe des parents, ça coupe des amis, ça coupe du monde professionnel, ça coupe du monde tout court. Ma fille porte les cicatrices de ces coupures »P. 84.

Dans de courts chapitres, très rythmés, l’auteur pousse un cri d’amour et de désespoir. Avec l’humour noir merveilleux qui le caractérise, car « l’humour est un antalgique, on l’utilise quand on a mal » (P.118) il évoque ses blessures et son désir plus fort que tout : que sa fille revienne, avant qu’il ne s’en aille…

Juste magnifique.

P. 106 : Peut-être qu’à la différence des piles, les sentiments s’usent quand on ne s’en sert pas.

Informations pratiques :

Nombre de pages : 155

Prix éditeur : 14€

ISBN :9782234075368