Citation du jour

Elle se disait que s’il était un bonheur possible sur cette terre, on ne pouvait y accéder qu’en laissant mourir certaines choses en soi. Toutes ces choses lourdes et encombrantes qui sont un grenier plein d’objets cassés et poussiéreux que l’on n’ose mettre au rebut, mais qui arrêtent la lumière.

Gaëlle Nohant, dans La part des flammes

eho_nohantc

Prix des lecteurs du Livre de poche 2016

 

Les 27es prix des Lecteurs du Livre de poche ont été décernés, hier dans la soirée, à l’Espace Commines, à Paris. Gaëlle Nohant a été sacrée dans la catégorie littérature avec La part des flammes, et Sophie Hénaff dans la catégorie policiers/thrillers avec Poulets grillés. Dans le même temps, Philipp Meyer a officiellement reçu la récompense du Choix des libraires pour son roman Le fils.

  • Catégorie littérature:

Plus de 3 000 lecteurs du Livre de poche se sont inscrits cette année pour devenir membre du jury. De février à août, 130 lecteurs en littérature ont choisi chaque mois leur livre préféré parmi les trois qui leur étaient envoyés, avant d’élire, sur les sept romans sélectionnés, La part des flammes, de Gaëlle Nohant, roman historique présentant le destin de trois femmes rebelles de la fin du XIXe siècle et déjà lauréat du prix du Livre France bleu 2015.

 

  • Catégorie Thrillers/Policiers :

 

Parallèlement, 130 lecteurs de policiers/thrillers ont eu à choisir entre deux ouvrages par mois sur la même période, et ont finalement sacré Poulets grillés, de la journaliste Sophie Hénaff, lauréat notamment du prix Arsène Lupin 2015 et du prix Polar en séries 2015 et qui raconte l’arrivée de la commissaire Anne Capestan à la tête du 36, quai des Orfèvres.

 

  • Choix des libraires :

 

philipp-meyer

Plébiscité par les libraires partenaires du Choix des libraires 2016, Le fils, de Philipp Meyer, suit le destin d’une famille texane, des années 1850 à nos jours.

Gaëlle Nohant reçoit le 2e prix du roman France Bleu

Lors de sa journée de présentation de la rentrée littéraire, le 1er juin, le magazine Page des libraires a remis le prix pour lequel il s’est associé à France Bleu au roman La part des flammes de Gaëlle Nohant et annoncé un partenariat avec le prix du Style.

Le magazine Page des libraires organisait le 1er juin à la Bibliothèque nationale de France (Paris 13e) sa traditionnelle journée de présentation de rentrée littéraire à l’attention des libraires et des bibliothécaires. A cette occasion, il en a profité pour décerner, avec son partenaire radiophonique, le prix France Bleu – Page des libraires à Gaëlle Nohant pour La part des flammes (Héloïse d’Ormesson).

Conformément à sa vocation de mettre à l’honneur un auteur francophone et une « lecture plaisir de qualité », le prix a cette année récompensé un roman historique mettant en scène l’incendie du Bazar de la Charité survenu à Paris à la fin du XIXe siècle. Forte de son prix, Gaëlle Nohant effectuera une tournée en librairie durant l’été.

L’auteur :
gae_llenohant15dr
Née à Paris en 1973, Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon. La Part des flammes est son deuxième roman après L’Ancre des rêves, 2007 chez Robert Laffont, récompensé par le prix Encre Marine. Elle est également l’auteur d’un document sur le rugby et d’un recueil de nouvelles.
Le livre :
eho_nohantc
Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir n° 4, tenu par la charismatique duchesse d’Alençon. Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité.
Enlèvement, duel, dévotion, La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du XIXe au cœur d’une histoire follement romanesque qui allie avec subtilité émotion et gravité.
                                                                                      Source :  Livres Hebdo du 01/06/2015