Ma liste de livres à offrir pour le Noël des grands enfants, parfois appelés « adultes » !

decoration-noel-cinemagraph

C‘est bientôt Noel et, comme chaque année, vous vous arrachez les cheveux pour trouver des idées de cadeaux. La calvitie vous menace, le départ de la luge du père Noel est imminent, ses rennes garés en double-file piaffent d’impatience. Vous stressez. Pour vous éviter l’angoisse de la page blanche devant la lettre au père Noël, je me propose de vous donner douze idées de cadeaux pour petits et grands. Elle n’est pas belle la vie ? 😊 Bien sûr, nous partirons du postulat de départ que tout le monde a été trèèèèèès sage 😉

bureau_du_pere_noel_laponie

Vous cherchez un cadeau personnalisé, divertissant, instructif, qui fasse voyager et puisse être partagé ? Stop !!!!! Ne cherchez plus, j’ai la perle rare : LE cadeau idéal, qui cumule toutes ces particularités (et celle de ne pas vous ruiner, donc vous pouvez en offrir plusieurs), existe : c’est LE LIVRE 😊 Et là vous souriez, avant de vous raviser : un livre, oui, mais quel livre ? Rassurez-vous, j’ai la liste miracle !

  • Dix-sept ans, Eric Fottorino, éditions Gallimard : Un roman juste MAGNIFIQUE. D’une émotion vibrante. Eric Fottorino fait de nous les témoins bouleversés d’une double naissance : celle d’une femme en tant que mère, celle d’un homme en tant que fils. Parce qu’il n’est jamais trop tard, tant qu’on est vivants, pour se dire je t’aime…
  • Sous les branches de l’Udala, de Chinelo Okparanta, aux éditions Belfond : Chinelo Okparanta explore d’une manière saisissante la culture d’une oppression bien particulière, celle du sexe et du genre. Le récit marquant du combat d’une femme nigérienne qui cherche à revendiquer son identité au cœur d’un pays qui la méprise. Coup de cœur de cette rentrée littéraire.
  • Tenir jusqu’à l’aube, de Caroles Fives, aux éditions Gallimard : Dans ce roman, Carole Fives analyse avec une incroyable justesse la situation de ces femmes qui élèvent seules leurs enfants, par choix ou non. Ces mamans solos auxquelles la société ne pardonne rien, comme elle ne pardonne rien à toute personne qui ose sortir de la norme. Avec beaucoup de sensibilité, elle soulève les vraies questions, pointe du doigt les contradictions et esquisse les réponses. Un roman magnifiquement rédigé, indiciblement touchant.
  • Avec toutes mes sympathies, Olivia de Lamberterie, éditions Stock : Le roman d’un amour puissant entre un frère et une sœur, un amour que ni les océans, ni le temps, ni même la mort n’a altéré. Un portrait touchant, vivant, d’un homme et frère qui a choisi de mettre fin à sa vie.
  • Trancher, un roman d’Amélie Cordonnier, aux éditions Flammarion : Ce premier roman d’Amélie Cordonnier est d’une furieuse justesse. Il transforme le lecteur en spectateur d’un combat dans lequel les armes sont des mots. Des mots qui pulvérisent toute confiance en soi, toute estime de soi, toute gaieté. On comprend alors la difficulté de ces femmes à quitter leur conjoint violent. Car il n’est pas que violent, alterne avec des phases de grande douceur, de prévenance, d’amour tendre. Or le quitter, c’est aussi renoncer à ces merveilleux moments, à l’autre face de l’homme, la face lumineuse. A ce titre, ce roman n’est pas un énième roman sur la violence conjugale. Il a le mérite de répondre à la question si souvent posée à ces femmes : « Pourquoi tu restes ? »
  • Toutes les histoires du monde, de Baptiste Beaulieu, éditions Mazarine : Amour conjugal, amour filial, amour de soi, l’amour est ici merveilleusement décliné à tous les « t’aime ». Baptiste Beaulieu est en effet un merveilleux architecte de l’amour. Avec sa plume d’une vibrante sensibilité, d’une profonde humanité, il érige des ponts entre les êtres, renforce les édifices fragilisés par les aléas de la vie, redonne de l’impulsion aux cœurs affaiblis, pour leur permettre de battre à nouveau. Plus fort. Plus loin.
  • Tu t’appelais Maria Schneider, de Vanessa Schneider, aux éditions Grasset : Le portrait indiciblement touchant d’une femme libre et sauvage, courageuse, actrice phare du Dernier tango à Paris, un film qui se voulait être un tremplin pour sa carrière et se transforma en plongeoir. Maria Schneider sous la plume sensible et belle de sa cousine, Vanessa Schneider.
  • Chien-Loup, de Serge Joncour, éditions Flammarion :  L’histoire, à un siècle de distance, d’un village du Lot. En mettant en scène un couple moderne aux prises avec la nature et confronté à la violence, Serge Joncour nous montre avec brio que la sauvagerie est un chien-loup, toujours prête à surgir au cœur de nos existences civilisées. Un roman d’une densité rare. Gros coup de coeur!
  • La révolte, de Clara Dupont Monod, aux éditions Stock  : Clara Dupont-Monod nous offre un roman historique extraordinairement vivant. A l’image d’un cheval lancé au galop, sa plume cavale d’une bataille à une autre, de Richard Cœur de Lion à Aliénor, sans temps mort, sans faux pas. Instructif, passionné et passionnant, puissant, ce roman nous catapulte au cœur de l’Histoire, nous fait découvrir une femme extraordinaire servie par une plume alerte.
  • Même les monstres, Thierry Illouz, éditions de l’Iconoclaste : Une vibrante plaidoirie. D’une écriture à l’oralité saisissante, Thierry Illouz, avocat, livre un récit intime. Il retrace un parcours, une vocation. Et nous exhorte à regarder l’autre. Celui qui nous effraie. Celui que l’on condamne.Un essai brillant, passionnant, édifiant.
  • Un fils obéissant, de Laurent Seksik, éditions Flammarion : Ce livre du père, odyssée et drame personnel, retrace l’aventure commune d’un fils et de son père, deux êtres qui vécurent dans l’adoration l’un de l’autre. Dans un style virtuose d’une rare puissance émotionnelle, l’auteur des « Derniers jours de Stefan Zweig » signe son livre le plus intime et le plus universel. Un bouleversant roman d’amour.
  • Vivre ensemble, d’Emilie Frèche, éditions Stock : Avec ce nouveau roman, Emilie Frèche transpose le vivre ensemble prôné par les politiques à la sphère de l’intime. La petite et la grande histoire se mêlent, se répondent, s’interpellent. Vivre ensemble, une belle escroquerie ? La tension monte au fil des pages, le drame se profile, angoissant, tel un loup tapi dans l’ombre. Mais d’où va-t-il bondir ? Un roman qui se lit en apnée, rédigé avec une justesse telle dans l’analyse des situations et de la psychologie des personnages, que le lecteur devient le témoin d’une histoire, la vit, la voit, la ressent, l’entend.
  • La vraie vie, Adeline Dieudonné, éditions de l’Iconoclaste : Adeline Dieudonné nous offre un premier roman fascinant, bouleversant, cruel et sensuel à la fois, aux personnages forts, à la tension permanente. Un roman d’apprentissage dans lequel une fillette sort brutalement du monde de l’enfance, confrontée à la réalité de la vie, à la perte des illusions. Mais pas à la perte de sa combativité, de son énergie, de sa volonté. De son espoir de sauver son frère. Un roman qui vous hantera longtemps…

—> Rendez-vous demain pour ma liste de livres pour le Noël des petits!

Citation du jour

Dans une famille, un enfant, c’est le bonheur qui frappe à la porte. On lui ouvre, on lui dit « entre, fais-comme chez toi, la route a été longue ». Le bonheur s’installe, prend ses aises, prend son temps.Il ne fait pas que passer. Il est chez lui chez nous. Il agrandit la maison en même temps qu’il la rétrécit, il faut lui trouver une place et vite. Un petit, c’est très grand, ça mange tout l’espace ce bonheur-là.

Eric Fottorino – Dix-sept ans (Gallimard 2018)

img_5543

Rentrée littéraire : Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives (Galimard)

 

F3E418EB-320F-4864-ACD4-95B1CA5675E9

Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives

Editions L’arbalète Gallimard, août 2018

Rentrée littéraire

Un roman sur le quotidien d’une mère célibataire face à l’intransigeance de notre société. Une analyse psychologique et sociologique d’une redoutable justesse. Une histoire qui pose les bonnes questions. Un coup de cœur de cette rentrée littéraire !

« On présente la solo comme une battante, la superwoman des années 80 s’est dotée d’un nouveau pouvoir, en plus de travailler et de rester jeune, elle élève ses enfants elle-même. Elle est libre, totalement libre cette fois. De quoi se plaint-elle ? La solo a parfois poussé le bouchon jusqu’à faire un bébé toute seule, c’est son choix, son problème, elle n’a qu’à assumer et bien se tenir. » Tel est le diktat de notre société aujourd’hui, laquelle se montre intransigeante avec ces femmes qui sortent de la norme, ces femmes qui n’observent pas le modèle familial père + mère + enfants et osent élever leur petit seule. Une situation que l’héroïne de ce roman connaît bien. Mais qu’elle n’a pas choisie. Le père de l’enfant est en effet parti un beau jour sans la moindre explication, la laissant seule avec l’enfant aujourd’hui âgé de deux ans.

Depuis deux ans, elle vit donc en vase clos avec son fils, entièrement dévouée à ses besoins, à son bien-être. S’oubliant chaque jour un peu plus. Mais comment faire pour joindre les deux bouts quand il faut s’occuper de l’enfant à longueur de journée faute de place en crèche ? Comment honorer des rendez-vous professionnels et décrocher des contrats, quand on n’a ni famille, ni amis proches pour le garder ? Comment s’occuper du petit et travailler en même temps à la maison, au milieu des rires, des cris et des pleurs ? Quand se reposer et avoir un tout petit moment pour soi, pour se vivre en tant que femme et pas seulement en tant que mère ?

Elle étouffe.

Mais à qui en parler ? Sur quelle épaule trouver du réconfort ? La jeune femme se trouve abyssalement seule…

Alors elle erre sur les forums, à la recherche de mères ayant vécu une expérience similaire. A la recherche de réconfort. Mais ces forums sont le reflet de l’intransigeance de notre société. D’aucuns jugent derrière leur écran et ces échanges se transforment en cour de justice dans laquelle être mère exclut toute légitimité à la moindre plainte, au moindre désir d’avoir du bonheur en dehors de l’enfant, au moindre ras-le-bol.

Dans ce roman, Carole Fives analyse avec une incroyable justesse la situation de ces femmes qui élèvent seules leurs enfants, par choix ou non. Ces mamans solos auxquelles la société ne pardonne rien, comme elle ne pardonne rien à toute personne qui ose sortir de la norme. Avec beaucoup de sensibilité, elle soulève les vraies questions, pointe du doigt les contradictions et esquisse les réponses. Un roman magnifiquement rédigé, indiciblement touchant. Un coup de cœur de cette rentrée littéraire!

 

Rentrée littéraire : Dix-sept ans, Eric Fottorino. Magnifique…

img_5543

Dix-sept ans, Eric Fottorino

Editions Gallimard, août 2018

Rentrée littéraire

Ce roman fait partie de la présélection du Prix Goncourt 2018.

Un roman intime et pudique à la fois, sur le portrait aussi solaire que douloureux d’une femme libre, viscéralement humaine et profondément blessée : la mère de l’auteur. Magnifique et bouleversant. Coup de cœur !

Depuis près de trois décennies, Eric Fotorino écrit sur les siens. Mais demeurait jusqu’alors une grande absente : sa mère, Lina. Celle dont il a été si peu le fils. Celle qui pour lui a si peu été une mère. Jusqu’à ce jour où Lina réunit ses trois enfants et lève le voile sur un terrible secret, vieux d’un demi-siècle. Pour chacun, c’est la sidération. Mais l’auteur est incapable de faire montre d’empathie, de soutenir sa mère face au poids de ses aveux. Comme si ses émotions étaient anesthésiées dès lors qu’il s’agit de Lina. Comme il en a toujours été entre eux…

Pourtant au fil des jours, cette révélation va agir comme une flamme avec laquelle on a allumé une mèche : elle fait exploser ses certitudes, sa façon de considérer Lina. Ne l’a-t-elle réellement pas aimé ou l’a-t-il à tort interprété ainsi ? Et de ressentir une urgence : se rapprocher de celle qui a toujours paru si loin de lui, découvrir à près de 60 ans qui est cette inconnue. Cap mis sur Nice, là où Lina l’a mis au monde, à l’écart de tous et dans la honte familiale. Car devenir fille-mère à 17 ans dans les années 60 était jugé scandaleux. Un voyage dans le sud, mais aussi un voyage vers un autre soleil, le lumineux portrait d’une femme libre, combative, aimante : Lina de dix-sept ans à nos jours. Il est temps de rembobiner les années, de sonder l’oubli, de comprendre. D’essayer de rattraper le temps enfui, le temps perdu.

Un roman juste MAGNIFIQUE. D’une émotion vibrante. Eric Fottorino fait de nous les témoins bouleversés d’une double naissance : celle d’une femme en tant que mère, celle d’un homme en tant que fils. Parce qu’il n’est jamais trop tard, tant qu’on est vivants, pour se dire je t’aime…

Vers la beauté, David Foenkinos : coup de coeur!

 

img_3340

Vers la beauté, David Foenkinos

Editions Gallimard, mars 2018

Le parcours d’un homme qui se raccroche à la beauté pour survivre au traumatisme qu’il a vécu, qui grâce à la peinture transcende sa souffrance. Ou quand la beauté sauve le monde. Un roman sensible, fin, extrêmement touchant.

Antoine Duris est maître de conférences aux Beaux-Arts. Un professeur passionné et passionnant, émérite et particulièrement apprécié de ses élèves. Aussi, quand du jour au lendemain, il donne sa démission, rend les clefs de son appartement, résilie tous ses abonnements, c’est la consternation dans son entourage. Certes, il a bien laissé un courrier dans lequel il dit prendre une année sabbatique pour aller au calme écrire un roman, mais cela laisse ceux qui le connaissent, et particulièrement sa sœur, dubitatifs.

Dubitative est aussi Mathilde, la DRH du musée d’Orsay, quand elle reçoit le CV de cet érudit pour le poste sous-qualifié de gardien de musée. Ce n’est pas sérieux, quelqu’un de sa renommée ne peut pas désirer simplement s’asseoir sur une chaise à surveiller les visiteurs à longueur de journée ! Et pourtant si. Quel est ce mystère qui entoure cet homme ? Quel est donc ce traumatisme qui a pu le conduire à renoncer à tout ?

A tout sauf à la beauté. Car Antoine a coupé avec son passé, sauf avec la beauté. La beauté à travers l’art le transcende, lui fait se sentir vivant, ou plutôt survivant. « La contemplation de la beauté était un pansement sur la laideur. (…) Le merveilleux demeurait la meilleure arme contre la fragilité. » Ainsi, contempler les tableaux, s’envoler dans les couleurs des autres, lui fait échapper à la grisaille de sa vie.

Ce roman de David Foenkinos fait penser à une toile de Seurat. Touche par touche, page après page, le portrait de cet homme touchant se dessine, ses cicatrices, ses joies s’esquissent. Tandis que les contours de sa vie s’ébauchent, on comprend ce qui a motivé son départ, son besoin vital de repartir à zéro. Chaque couleur, chaque trait, que pose David Foenkinos dans ce portrait, est juste, lumineux, émouvant. Un roman brillant, que dis-je, une toile de maître !

Prix Médicis 2017 : Yannick Haenel

Ils étaient 15 en finale, pour le Prix Médicis du roman français 2017. Le jury a tranché ce midi en faveur de Yannick Haenel.

Aussi en lice pour le Prix Goncourt et le grand prix du roman de l’Académie française, le romancier Yannick Haenel a remporté jeudi le prix Médicis pour « Tiens ferme ta couronne » (Gallimard).

L’auteur primé : Yannick Haenel

Yannick Haenel co-anime avec François Meyronnis la revue Ligne de risque. Il a récemment publié aux Éditions Gallimard Cercle (2007, Folio n° 4857) et Jan Karski (2009, Folio n° 5178), prix du Roman Fnac et prix Interallié.

Le livre lauréat : Tiens ferme ta couronne

Le prix Médicis étranger a été attribué au romancier italien Paolo Cognetti pour « Les huit montagnes » (Stock), traduit par Anita Rochedy et le Médicis essai a récompensé l’Américain Shulem Deen pour « Celui qui va vers elle ne revient pas » (Globe), traduit par Karine Reignier-Guerre.

 

 

 

 

Rentrée littéraire : Chanson douce, Leila Slimani (Gallimard)

images

Chanson douce, Leila Slimani

Editions Gallimard, août 2016

Rentrée littéraire

Un roman au suspense envoûtant. Un style sec et tranchant. Coup de cœur de cette rentrée littéraire !

Ne vous fiez pas au titre, aux notes tendres qu’il évoque. Ceci est juste destiné à endormir votre méfiance, à vous bercer d’illusions, à l’image du procédé utilisé par la nurse devant le jeune couple. Et votre vertige n’en sera que plus grand.

Mère de deux enfants, Myriam a mis de côté sa carrière professionnelle brillante d’avocate pour s’occuper des petits. Mais au fil des mois, une frustration de plus en plus grande l’envahit. Elle qui a fait tant de sacrifices pour réussir ses études, qui aime tant sa profession, se sent mourir intérieurement de n’avoir rien d’autre à raconter que les pitreries des enfants. A bout, elle fait part à Paul, son mari, de la nécessité absolue qu’elle retravaille.

Il faut alors engager une nounou.

Après un casting sévère, elle trouve la perle : Louise. Louise se révèle non seulement être une nounou attentionnée, créative, merveilleuse avec les enfants, mais bientôt, c’est de toute la maisonnée dont elle va prendre soin. Ménage, cuisine, décoration, courses, Louise devient indispensable au couple. Acceptée et aimée par tous. Un membre de la famille en quelque sorte.

Pourtant, d’emblée le lecteur sait cette femme terriblement dangereuse. Le livre s’ouvre en effet sur le meutre des enfants perpétré par la nounou. Tandis que l’auteur évoque les mois qui ont précédé cette macabre découverte, le lecteur a une longueur d’avance sur les parents, scanne chaque fait et geste de la nurse, sait qu’un drame se prépare, sent la tension monter de façon extraordinaire. Sans pouvoir prévenir hélas ces derniers.

C’est un thriller glaçant d’une efficacité redoutable que nous offre Leila Slimani. Impossible de reposer le roman une fois la lecture commencée. Avec un style acéré, vif, Leila Slimani aborde les problèmes de notre époque, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Envoûtant.