Daddy Gaga, Julien Chabanes : HILARANT

Daddy Gaga par Julien Chabanes aux éditions Plon

©Karine Fléjo photographie

Vous avez envie de passer un moment de lecture jubilatoire, entre couches, biberons et bain du petit dernier? Alors plongez-vous dans Daddy gaga, ou les tribulations hilarantes d’un jeune papa. Un pur bonheur!

Les tribulations désopilantes d’un jeune papa

  • Vous avez envie de mettre du soleil dans votre esprit au coeur de l’automne ?
  • Vous n’avez pas peur de passer pour un(e) fêlé(e) en riant dans les transports en commun à la lecture d’un livre?
  • Vous avez envie d’accompagner un homme raide dingue de son bout de chou dans ses premiers pas de papa, ou plutôt, de Daddy Gaga?

Alors n’hésitez plus, ce livre est fait pour vous!

Dans Daddy Gaga, nous suivons les premiers pas d’un homme dans ce monde à la fois merveilleux, magique, mais aussi inconnu et donc un peu inquiétant, de la paternité. Alors certes, il y a pléthore de guides sur l’accompagnement du nouveau-né, mais ce que nous propose Julien Chabanes est cent fois, que dis-je, mille fois mieux : il nous parle de sa propre expérience à la naissance de sa fille, de ses tâtonnements, de ses émerveillements, de ses questionnements, avec un humour cocasse. Du blocus des selles à son ÉNORME fièvre de 37,8°, en passant par la prise de tête pour l’endormir, on rit à chaque page. Et surtout, l’auteur n’hésite pas à rire de lui-même, de ses peurs, de ses maladresses.

Quand il faut changer sa couche , le faire dormir, manger, quand il est constipé, fiévreux, quand tu décides de l’emmener au resto, quand tu le confies pour la première fois, quand il entre à l’école, quand c’est l’heure de l’histoire du soir, quand il pose un milliard de questions, ce sont pas moins de 30 situations ordinaires de la vie d’un parent, que Julien Chabanes transforme en 30 extraordinaires fous-rires.

Un inénarrable humour mâtiné de tendresse

Julien Chavanes est rédacteur en chef du magazine NEON. Vous avez peut-être lu certaines de ses chroniques de nouveau papa dans ce magazine, chroniques savoureuses relatives à son expérience de la paternité. Eh bien, dans ce livre que je conseille VIVEMENT à chacun d’entre vous (il devrait être remboursé par la sécurité sociale !), ce sont pas moins de trente aventures sur le territoire inconnu de la paternité, que nous offre notre heureux papa alias Daddy Gaga. Des mésaventures pleines de tendresse, de malice, de drôlerie. D’amour.

Comment endormir votre bout de chou alors que Pimpinou le doudou lapin, quelque peu décati et charriant des bactéries non encore identifiées par la science, a fugué loin de son tortionnaire mâchouilleur d’oreilles? Comment habiller ce petit ange le matin, alors qu’à 10 minutes de la sonnerie de l’école, il est encore en slip et le dentifrice plein les cheveux au milieu du salon? Vous ne changerez jamais plus un enfant ou ne chercherez jamais plus son doudou sans avoir une pensée souriante pour Daddy Gaga. Un papa qui s’est lancé à cœur et à corps perdu dans l’aventure, fou d’amour pour sa progéniture. Un super papa!

Si j’ai aimé ce livre? Non, je ne l’ai pas aimé, je l’ai ADORÉ !

 

Le jour où maman m’a présenté Shakespeare, Julien Aranda : attention gros coup de coeur!

img_3356

Le jour où maman m’a présenté Shakespeare, Julien Aranda

Editions Eyrolles, mars 2018

Un roman d’une poésie, d’une tendresse et d’une fraîcheur infinies. Ou le monde vu à travers le regard lumineux et plein d’espoir d’un enfant.

Elle a embrassé la carrière de comédienne de théâtre par amour inconditionnel pour Shakespeare. Un amour tel, qu’elle a baptisé son chien Roméo et que son fils a longtemps cru que Shakespeare était ce père qu’il n’a jamais connu. Certes, cette maman passionnée, qui reste arc-boutée à ses rêves malgré la poignée de spectateurs qui vient la voir sur scène, peine à subvenir à leurs besoins. Certes, elle qui rêve de Comédie française, doit se contenter d’un petit théâtre de Meudon. Certes, le père de son enfant l’a abandonnée. Mais jamais elle ne se départit de son sourire. Mais jamais elle ne tarit d’amour et d’attentions à l’égard de son petit garçon. Et puis, à défaut d’un père, elle lui a offert une famille, celle de la joyeuse troupe de théâtre.

« Un jour, j’ai demandé à maman pourquoi on avait si peu de choses, et surtout, si peu d’argent. Il vaut mieux cultiver l’être plutôt que l’avoir m’a-t-elle répondu. »

Un point de vue que ne partage pas sa sœur Myriam, cadre dans une grande banque. Et de lui reprocher de ne pas vivre dans « la réalité des choses », d’être une éternelle adolescente, vivant au jour le jour. Et de lui intimer de chercher un travail plus sérieux.

Mais le petit garçon et sa maman n’en ont que faire de ces critiques. «  La vie est courte et l’essentiel c’est d’oser être ce que l’on est pour ne pas devenir ce que l’on hait, et surtout de toujours prendre du plaisir dans ce que l’on fait. »

Mais cette philosophie de vie est mise à rude épreuve le jour où les huissiers les expulsent de chez eux et placent le jeune garçon chez sa tante… Comment continuer à croire en ses rêves en pareilles circonstances ?

Dans ce roman, le narrateur est un enfant qui, confronté à la rudesse de la vie, découvre le monde et ses paradoxes. Si les situations traversées sont dures, jamais le roman ne verse dans le pathos, bien au contraire. D’une part, l’humour, la tendresse et la poésie offrent un recul salutaire. D’autre part, cet enfant et sa maman sont tout sauf des êtres résignés : l’espoir est leur moteur, l’amour qui les unit leur force. Un roman d’une émotion à fleur de plume, lumineux, positif, dont les personnages vous hanteront longtemps. Un ENORME coup de cœur !