Quadrille : Inès Benaroya

Quadrille, Inès Benaroya
©Karine Fléjo photographie

Emprise, fascination, masochisme, quand une famille apparemment ordinaire, voit ses vacances tourner au cauchemar suite à une mauvaise rencontre. Un été entre fascination et effroi.

Vacances sous emprise

Quand Thibault a organisé dans le plus grand secret ce voyage dans le Péloponnèse pour sa compagne Ariane, il pensait lui réserver une merveilleuse surprise. Il ne se trompait pas, sauf pour le qualificatif accompagnant cette surprise. Car Ariane est déjà venue en ces lieux avec son ex-mari Pierre et leurs deux ados Jeanne et Guillaume. Le drame que toute la famille y a vécu a rendu ce lieu cauchemardesque…

Quelques années plus tôt, Ariane et Pierre avaient en effet séjourné en ces lieux. A cette occasion, ils avaient fait la rencontre d’une famille indiciblement charismatique, au charme hypnotique : les Sainte-Rose. Des personnes dont ils ne savaient rien avant et dont ils savent toujours très peu après, n’ayant jamais osé poser de questions par peur d’ingérence. Des êtres en la présence desquels tout leur semblait possible, magique, permis. Et d’accepter de quitter leur hôtel pour s’installer chez ces inconnus. Commença alors pour chacun des membres de la famille un envoûtement, une mise sous emprise, dont ils ne sortirent pas indemnes…

En parallèle de ces souvenirs de vacances évoqués, Ariane partage avec nous ce qu’elle vit au travail actuellement, la fascination qu’exerce sur elle le dentiste qu’elle seconde les lundis. Ses requêtes malsaines à son endroit. Est-elle destinée à assouvir les fantasmes et désirs pervers des autres? Quel plaisir y trouve-t-elle? Quels bénéfices secondaires lui offrent-ils? Quelles sont les failles d’Ariane qui permettent à ces sinistres individus d’avoir l’ascendant?

Perversion : quelles failles la rendent possible?

Je vous ai déjà présenté d’autres romans d‘Inès Benaroya, Quelqu’un en vue ou encore Dans la remise. Cette fois, l’auteure nous revient avec un roman psychologique rédigé comme un thriller : Quadrille.

Le thème de l’emprise, de la perversion, m’a beaucoup plu. Je me suis de même laissée emporter par la tension narrative du début, par l’attrait de ce piège que l’on voit se tisser. Mais peu à peu, je me suis sentie un peu perdue par l’énigme que l’on tarde à résoudre, par cette imbrication du voyage passé avec son expérience professionnelle actuelle. Certes, ils s’agit là de deux expériences malchanceuses d’emprise (qui s’expliquent en grande partie par les failles d’Ariane) , mais je n’ai pas bien compris l’utilité d’évoquer cette expérience professionnelle qui casse le rythme et n’apporte pas grand chose de plus sur la psychologie des personnages.

Un roman qui montre que les épreuves ne s’arrêtent pas à n’être qu’épreuves. Elles sont aussi révélatrices de notre vraie nature, de nos failles, de nos manques et peuvent être l’occasion d’une prise de conscience et donc d’un changement profond afin de ne plus revivre interminablement les mêmes drames. Ou pas.

Un roman dont je tire un sentiment mitigé, avec des éléments qui m’ont plu, notamment la beauté de l’écriture, le sujet, et d’autres moins, comme la dilution de l’intrigue dans de longues digressions, le chevauchement pas très heureux de deux histoires. Je vous laisse vous faire votre propre avis.

Informations pratiques

Quadrille, Inès Benaroya – Editions Fayard, juin 2020 – 295 pages – 19€

Quelqu’un en vue, Inès Benaroya (Flammarion)

20374722_1701648953196348_1321297218005696630_n.jpg

Quelqu’un en vue, Inès Benaroya

Editions Flammarion, avril 2016 

Un roman en vis-à-vis, sur le piège des apparences et le vertige de la liberté.

Sortir de prison ne signifie pas retrouver sa liberté. Car la liberté n’est pas qu’une question de murs physiques, de cellule, de cliquetis de serrure. La liberté, c’est aussi dans la tête. Or après tant d’années derrière les barreaux, tant de journées rythmées par les cris des codétenus, la gamelle, le parloir, les bagarres, Vincent se sent perdu. Il a en lui les automatismes de la détention et doit apprivoiser jusqu’aux gestes les plus banals du quotidien.

Libre en apparence, seulement. Car qu’est-ce la liberté ? C’est non seulement faire ce que l’on veut mais aussi et surtout, vouloir ce que l’on fait. Or quand on lui trouve un studio et un boulot, car il lui faut se réinsérer, quand on les lui présente comme une chance, ce n’est ni son choix ni son sentiment.

Il ne sait comment occuper son temps en dehors du travail et se met à observer les gens de l’immeuble d’en face. Une observation qui vire à l’obsession. « Son regard s’introduit, s’acharne, dissèque le va-et-vient. Il dévore les images. Rien ne lui échappe. Du haut de sa tour d’où personne ne le voit, il surveille et infiltre leurs secrets. C’est lui le maton à présent. » Il consigne dans un petit carnet les moindres faits et gestes des occupants, tout particulièrement ceux d’une femme et mère de famille, Valériane. Mais ce qu’il voit d’elle et qu’il interprète correspond-t-il à la vérité ? Qu’est la réalité de la vie de cette femme ? Car comme l’écrit Jean Genet : « Les images ont une double fonction : montrer et dissimuler. »

Avec ce deuxième roman, Inès Benaroya joue avec les apparences et les faux-semblants. La réalité de nos vies est-elle fidèle aux images que nous renvoyons ? Sommes-nous libres, libres de nos choix de vie, libres de bifurquer si nous réalisons nous être trompés de route ? Un double huis-clos à la tension soutenue.

Dans la remise, premier roman de Inès Benaroya (Flammarion)

Dans la remise, de Inès Benaroya

Éditions Flammarion, avril 2014

Du désir d’enfant.

Depuis plus de dix ans, Anna vit avec Bertrand un bonheur simple qui ne cesse de l’émerveiller. Un bonheur que rien ni personne ne semble pouvoir entacher, pas même l’annonce de la mort de sa mère, Ava. Pour Anna en effet, Ava est déjà si loin d’elle, si loin de ses préoccupations et de son cœur depuis des années, que son décès ne fait qu’officialiser ce qu’elle ressent.

Et pourtant. Pourtant, cet événement qu’elle considère à tort comme un non événement va faire vaciller sa vie. « En mourant, Ava lui laisse un héritage empoisonné. La mort va de pair avec la mémoire. » Les souvenirs affluent. La pension, le manque d’amour, cette Monique qui lui a ravi sa mère, son père parti quand elle avait six ans, ses origines juives, sa grand-mère Tina. Depuis combien de temps détestait-elle sa mère? Des années. Dès lors comment concevoir de devenir mère à son tour, de donner de l’amour à un enfant, quand on n’en a soi-même pas reçu? Tout comme Tina n’avait pas su aimer Ava, Ava n’a pas su aimer sa fille. Pour cette raison, Anna a jusqu’alors toujours refoulé son désir d’enfant. Pour ne pas reproduire ce qu’elle a enduré. Pour mettre fin à la malédiction familiale perpétrée par ces femmes incapables d’aimer leur progéniture.

Parallèlement à ce décès, un autre fait vient perturber Anna. Elle découvre la présence clandestine d’un enfant d’une dizaine d’années dans la remise de son jardin. Un enfant qu’elle n’ose pas approcher, dont elle ne parle à personne, pas même à Bertrand. Que fait-il là? D’où vient-il? Anna y voit plus qu’une simple coïncidence : sa présence dans la remise est un signe du destin. « Il n’est pas venu par hasard. Il est venu trouver un abri, la tranquillité, une famille peut-être, une mère. Il est venu pour elle. Il l’a choisie. Ce n’est pas un hasard. Il n’y a pas de hasard. » (P.85) Un enfant auquel elle va s’attacher en secret.

La conjonction de ces deux évènements va conduire Anna à l’introspection. Une voie solitaire mais nécessaire pour se retrouver, se trouver enfin. Et si ce désir d’enfant pouvait finalement s’exprimer?

Un premier roman très prometteur, une romancière à la plume sensible et délicate. A découvrir!

Dans la remise, de Inès Benaroya (Flammarion)

image

Dans la remise, de Inès Benaroya

Éditions Flammarion, avril 2014

 

Anna se réveille en sursaut. Un bruit l’a arrachée au sommeil. Le lendemain, elle s’approche de la remise au fond de son jardin. Sur le vieux canapé, allongé de tout son long et dans un relâchement total, un enfant dort.

Informations pratiques :

Prix éditeur : 18€

Nombre de pages : 303

ISBN : 9782081331976