Interview de Gaëlle Nohant : « Un roman, c’est la création d’une illusion »

Gaëlle Nohant auteure de La femme révélée

                                                ©Karine Fléjo photographie

En ce mois de janvier, les éditions Grasset publient le quatrième roman de Gaëlle Nohant, La femme révélée. Rencontre avec une auteure aussi passionnée que passionnante.

Faites-vous lire votre manuscrit en cours d’écriture ?

Je travaille avec des premiers lecteurs. Par exemple dans ce roman,  arrivés à la fin de la première partie, ce qui les intéressait, c’était ce qui allait arriver à Violet à son retour aux Etats-Unis, bien davantage que ce qu’elle avait vécu entre-temps en France. Si j’avais dû développer l’ellipse, cela aurait fait un livre de deux oui trois cents pages de plus.

Votre héroïne est une artiste, elle pratique la photographie. Parler de photographie peut vite devenir un peu ennuyeux, abstrait, trop technique. Or vous avez un tel sens de l’image, y compris dans vos écrits quand vous évoquez les décors, que cela passe très bien ici

Pour moi c’était intéressant de rentrer dans un autre regard artistique que le mien. Tout ce que voyait mon héroïne était encore plus visuel que ce que je vois, moi, quand j’écris des romans. Il fallait vraiment à chaque fois que je me dise : qu’est-ce qu’elle voit, elle ? Tout doit être image. Un regard de photographe, ce n’est pas tout à fait un regard d’écrivain. Et cela m’a amenée aussi à m’interroger sur tout ce qui peut guider un photographe : comment se passe cette relation entre ce qu’il photographie et lui ?

Gaëlle Nohant

                                                ©Karine Fléjo photographie

Justement, on visualise si bien vos personnages qu’on a le sentiment qu’ils existent vraiment

Un roman, c’est la création d’une illusion. C’est créer une illusion qui, si elle est réussie, comporte une forme de vérité. Ce qui n’était pas évident à faire sur un métier de photographe qui n’était pas le mien et à une autre époque en plus. Il s’agissait d’essayer d’attraper quelque chose d’authentiquement américain. J’ai complètement inventé Violet, elle n’a pas existé. Je ne suis pas partie comme dans Légende d’un dormeur éveillé, d’une personne existante – Robert Desnos en l’occurrence.

A travers Violet, vous parlez de ce qu’est la création

Oui, il y a un mouvement vers l’extérieur dans la création, mais aussi la nécessité de descendre profondément en soi dans l’écriture même. Et cette femme exprime une vision du monde que je partage donc il ne m’était pas compliqué de me glisser dans sa peau concernant cette vision du monde.

Quelle a été la plus grande difficulté alors, concernant Violet ?

Ce qui était très compliqué pour moi au début, c’était d’incarner une femme qui laisse son enfant derrière elle. Cette idée me tourne autour depuis des années, mais j’avais un gros blocage impossible à dépasser : me glisser dans la peau d’une femme qui laisse son enfant. Le déclic s’est fait quand j’ai imaginé non pas qu’elle partait de la France vers l’Amérique, mais qu’elle se réfugiait en France. Là, je suis parvenue à me glisser dans sa peau. Et il était compliqué de faire en sorte que le lecteur soit attaché à Violet dès le début, sachant qu’elle a laissé son enfant.

Violet incarne les mêmes valeurs que son père, ce désir d’égalité des droits pour tous quelle que soit la couleur de peau, ce respect de la différence

Oui, son père, sociologue, est allé dans les ghettos avec elle. Ce n’est pas juste ce qu’il lui a dit, c’est surtout ce qu’il lui a montré, ce qu’il incarnait. Ce qui construit les enfants, c’est d’abord l’exemple de ce que l’on est, avant ce qu’on leur dit.

Pourquoi avoir choisi Chicago ?

C’est une ville très paradoxale car elle est le cœur d’une Amérique radicale avec toutes sortes de luttes progressistes et à coté de cela c’est une ville démocrate. C’est une ville dure. Tout y est mêlé, mais c’est ce qui est fascinant. Avant de commencer ce livre je ne connaissais rien à Chicago. J’ai alors beaucoup lu sur l’histoire de la ville et m’y suis rendue.

Retrouvez en un clic la chroniquer que j’ai consacrée à La femme révéléeChronique du roman

Gaëlle Nohant et Karine Fléjo

                                                ©Karine Fléjo photographie

Rencontre avec Mathieu Menegaux : « Le fait divers, c’est le grand méchant loup des contes de notre enfance »

Mathieu Menegaux

©Karine Fléjo photographie

En ce mois de janvier, les éditions Grasset ont publié le quatrième roman de Mathieu Menegaux : Disparaître. Rencontre avec un auteur aussi chaleureux que talentueux.

Dans vos romans, vous partez souvent d’un fait divers

Je trouve que le fait divers est fascinant. Le fait divers exerce un degré de fascination incroyable sur tous, parce que c’est le grand méchant loup des contes de notre enfance, parce que c’est la pire chose qui existe. Regardez l’émotion suscitée par l’affaire Dupont de Ligonnès, c’est incroyable.

Quel a été le point de départ de ce roman ?

Il s’agit d’une vieille affaire qu’on m’avait racontée, il y a 15 ans, sur une stagiaire et un cadre d’une grande banque parisienne qui sortaient ensemble alors qu’il était marié. Et quand il avait annoncé à sa maîtresse vouloir rompre avec elle pour rester avec sa femme, elle s’était défenestrée et était tombée à ses pieds.  Mais cela ne faisait qu’une nouvelle, il me fallait une autre histoire à laquelle la raccrocher. Quand j’ai entendu parler de l’affaire Peter Bergmann, j’ai tenu la deuxième partie de mon sujet.  Cet homme, qui se faisait appeler Peter Bergmann, était descendu dans un hôtel irlandais et pendant quelques jours, avait fait de multiples allers-retours mystérieux, avant d’être retrouvé noyé, sans que jamais on ne parvienne à l’identifier. Derrière le fait divers, il y a beaucoup de nous. Et ce qui m’amuse, c’est de prendre un fait brut et d’essayer de comprendre ce qui a pu se passer en amont pour conduire à cela.

La jeune femme de votre roman, en entamant une relation avec son supérieur, va droit dans un mur

Ce qui me fascine dans les histoires de ce type-là, c’est l’absence complète d’effet d’expérience de l’humanité dans les relations amoureuses. Là, Esther discuterait avec n’importe qui de censé, elle saurait que son histoire est vouée à l’échec. Mais elle, elle pense que pour elle ça va marcher, de la même façon qu’il y a un gagnant du loto sur 14 millions. Les animaux se transmettent des savoir-faire, or l’homme, lui, n’apprend rien dans les relations amoureuses.

Disparaître peut être un fantasme, pour tout recommencer ailleurs

Ici, lui ne cherche pas à disparaître, pour redémarrer autre chose ailleurs. Il veut n’avoir jamais existé.

Disparaître de Mathieu Menegaux chez Grasset

©Karine Fléjo photographie

Vous avez un travail extrêmement prenant, comment trouvez-vous le temps pour écrire ?

Je n’écris pas très rapidement. Cela me prend six mois à construire le roman dans ma tête et ensuite de six à neuf mois d’écriture. Je crois que comme je suis dans un environnement professionnel où je suis pressé, j’essaye de le retranscrire dans mes romans, dans le fait de me dire « je ne veux pas de temps mort ». Et j’essaye de me débarrasser de tout ce qui peut être superflu, de type digressions ou choses qui ne feraient plaisir qu’à moi. J’essaye de beaucoup concentrer. Cela dit c’est assez discriminant, car il y a des gens qui dans la littérature cherchent des choses beaucoup plus longues, ont envie d’une longue promenade avec les personnages. Moi, j’ai envie qu’on me lise en une ou deux fois, pas en une semaine. Si je ne travaillais pas, je n’aurais pas cette urgence-là.

Vous évoquez souvent la fragilité des êtres dans vos écrits

Oui, car c’est cathartique. J’évacue tout un tas d’angoisses, de peurs ancestrales, en écrivant. Je me dis : « c’est à eux que cela arrive, pas à moi. »

Dans vos romans vous vous penchez souvent sur les moments de bascule, les points de rupture

Ce qui est central chez moi, c’est le point de basculement, le grain de sable qui va tout faire dérailler. J’aime beaucoup travailler sur la fragilité des situations, sur le fait qu’il n’y a pas grand-chose qui soit acquis. Et ce sera aussi le cas de mon prochain roman.

©Karine Fléjo photographie

 

 

 

Rencontre avec Frédéric Lenoir : « On ne naît pas libre, on le devient »

La consolation de l'ange Frédéric Lenoir

En ce mois de novembre, les éditions Albin Michel publient un nouveau roman de Frédéric Lenoir : « La consolation de l’ange ». Rencontre avec un auteur aussi chaleureux que passionnant.

Qu’est ce qui a motivé l’écriture de ce livre?

Frédéric Lenoir : Si je devais dire à des enfants, à des jeunes,  l’essentiel de ce à quoi je crois sur la vie, c’est ce livre que je leur donnerais. J’ai écrit ce livre pour ça, en me disant je pourrais mourir maintenant, j’ai transmis l’essentiel de ce à quoi je crois. C’est à la fois philosophique, spirituel, ça touche-à-tout. C’est un livre de transmission. 

Et pourquoi j’ai écrit ce livre ? Ce sont les ateliers de philo que je fais avec les enfants de la primaire jusqu’aux jeunes du  lycée qui m’y ont conduit. Je demande aux enfants, surtout en primaire : « Quelles sont les grandes questions que vous posez ? » Et tous me disent la même chose : 1°Pourquoi on est sur terre ? 2°: Pourquoi on meurt si on vit ? 3° Est-ce qu’il y a quelque chose après la mort? À force d’entendre cela, je me suis dit qu’il fallait apporter des réponses. On ne peut pas se contenter de dire c’est trop compliqué à expliquer, tu verras quand tu seras plus grand.

Quelle est l’histoire de ce livre? 

F.L. : C’est un jeune garçon d’une vingtaine d’années qui trouve que la vie est absurde et qui fait une tentative de suicide. Il s’en sort et il se retrouve dans une chambre d’hôpital avec une vieille femme qui va mourir et qui elle, à 92 ans, et bien qu’elle ait eu une vie très dure, adore la vie. Elle va essayer de lui expliquer pourquoi elle adore la vie et lui donner des raisons de vivre. Donc c’est vraiment un livre de transmission entre une vieille femme et un jeune homme, que tout oppose au départ mais qui vont s’adorer.

Y a -t-il un personnage qui vous ressemble dans ce livre? 

F.L. : Je dis dans la bouche de la vieille femme appelée Blanche, tout ce que je pense, tout ce que la vie m a appris C’est ça qui est très agréable dans un roman, c’est que l’on peut se cacher derrière ses personnages.

La question du suicide peut effrayer des lecteurs. Est-ce un roman sombre?

F.L. : Non, ce n’est pas un éloge du suicide. Le suicide n’est qu’un point d’entrée du roman. L’adolescent du roman est désespéré par la façon dont les adultes traitent le monde. Mais Blanche va lui montrer que le monde ne va pas si mal que cela. Elle lui redonne un espoir dans l’humanité. Mais il me fallait un contraste entre ces deux personnages, psychologiquement, pour construire le roman.

Votre roman évoque la vie dans ses côtés lumineux comme dans ses côtés sombres

F.L. : Je n’esquive pas le côté dramatique de la vie dans ce livre. Mais le discours général de mon roman est de dire que malgré tous ces drames, la vie vaut la peine d’être vécue. Voilà pourquoi.

Pourquoi ce titre, La consolation de l’ange?

F.L. : Car je pense que dans toute épreuve, chacun peut rencontrer un ange d’une manière ou d’une autre (un être humain, un livre, une émission de radio), c’est à dire une main tendue, quelque chose qui d’un coup va permettre de trouver une réponse au moment très douloureux qu’on vit.

Frédéric Lenoir

Etes vous un optimiste ou un pessimiste? 

F.L. : Je suis quelqu’un de lucide et d’optimiste. Je vois le monde tel qu’il est, je vois l’être humain capable du meilleur comme du pire. Mais le pessimiste va dire face à un problème : « c est foutu! »,  alors que l’optimiste dit : « Cherchons les solutions ». Je suis optimiste et je trouve la vie magique.

« Tout le chemin de la vie, c’est de passer de l’inconscience à la conscience et de la peur à l’amour », c’est une phrase extraite du livre et mise en exergue

F.L. : On attire à soi, par notre inconscient, la grande majorité des événements personnels ( et non les événements collectifs) de notre vie. Les événements sont essentiellement liés a quelque chose chose qu on porte en soi et qu’on attire a soi. On sous-estime la force de la pensée :   tout ce qu’on dit et tout ce qu’on pense, ce sont des énergies et ces énergies ont un impact colossal.

« On ne naît pas libre, on le devient », je dis toujours cela. Car quand on passe de l’inconscience à la conscience, quand on comprend pourquoi il nous est arrivé telle chose, comment les événements se sont enchaînés, pourquoi on faisait toujours les mêmes choix, on devient libre. Je parle là de liberté intérieure.

Avoir cette ouverture d’esprit, comprendre ce qui aide devenir libre, dépend de l’éducation, de la culture…

F.L. : J’écris pour cela, pour que les gens qui n’ont pas reçu dans leur milieu familial  des clés qui aident à vivre, les trouvent dans les livres.

karine-flejo-frederic-lenoir

©Karine Fléjo photographies

Rencontre avec Marie Charvet et son éditrice chez Grasset : le parcours de publication d’un premier roman

Marie-charvet

Je vous ai parlé le mois dernier de mon énorme coup de coeur pour le roman de Marie Charvet, L’âme du violon. Un premier roman magnifique tant par le style que par la profondeur de l’histoire. Ce mardi, à la librairie Ici, Marie Charvet et son éditrice Chloé Deschamps (éditions Grasset) sont venues nous parler du roman sous un angle particulier et très intéressant : le parcours de publication d’un premier roman.

Chloé Deschamps (éditrice) : Comment est née l’inspiration de ce livre ?

Marie Charvet  : Dans ma famille, il y a un violon signé Maggini, luthier italien du XVIème siècle, dont il a fallu s’assurer de l’authentification. Cette anecdote familiale, concernant le violon de maître de mon arrière-grand-père, m’a toujours trotté dans la tête et a servi de point de démarrage. Après, cela va paraître peut-être un peu bizarre, mais l’idée d’écrire un roman choral, avec trois temporalités, quatre personnages m’est venue au réveil un jour à 5h du matin. J’ai noté mes idées et me suis rendormie. J’ai tout de suite eu très clairement les quatre personnages et les quatre histoires. Après, j’ai eu beaucoup de mal à mettre en place le puzzle, c’est-à-dire à faire s’imbriquer parfaitement les pièces.

CD : Est-ce que tu savais où tu allais avec tes personnages, où tu allais les emmener ? 

MC : Plus ou moins. Je savais où allaient mes personnages, que le violon serait le fil conducteur. J’ai écrit de façon linéaire, ce qui était compliqué. C’est-à-dire que j’écrivais au XVIe siècle puis dans les années 30 puis au XXIe siècle, puis je recommençais au XVIème siècle , ainsi de suite. J’ai mis un point d’honneur à écrire dans cet ordre-là. Cela m’a aidée à garder un fil pour que le lecteur ne soit pas trop perdu.

CD : Avant de te lancer dans l’écriture, as-tu lu des livres d’auteurs sur l’écriture comme par exemple Lettre à un jeune poète de Rainer Maria Rilke, Ecrire de Marguerite Duras ou un manuel d’écriture, as-tu essayé d’aller dans un atelier d’écriture ou t’es-tu lancée au contraire toute seule ?

MR : Je n’ai pas eu ce genre d’ouvrage, Je n’ai pas du tout pensé qu’il allait falloir que je prenne un mode d’emploi. Je pense que j’aurais été terrorisée de lire les conseils donnés par un écrivain, cela m’aurait complètement inhibée. Donc je me suis lancée, guidée par mon intuition.

Marie-charvet-et-chloe-deschamps

CD : Quand écrivais-tu ?

MC : J’écrivais pendant les vacances, pendant mon temps libre, lors des longs weekends, car il me fallait des séquences d’au moins 3, 4 ou cinq jours pour rester plongée dans l’univers du livre. J’ai un travail assez prenant donc peu de temps et donc les périodes d’écriture étaient assez espacées. C’est pourquoi l’écriture de ce roman m’a pris environ deux ans.

CD : Avant de commencer l’écriture, t’étais-tu organisée pour faire tes recherches, te documenter, ou as-tu fait les recherches nécessaires à l’histoire au fil de l’eau ?

MC : Je n’ai pas fait les recherches en amont et comme il y avait vraiment beaucoup de recherches à faire, c’était un peu l’enfer. Je partais à la pêche aux informations au fil de l’eau ce qui me prenait beaucoup de temps. Cela m’a beaucoup ralenti dans l’écriture.

CD : À quel moment t’es-tu dis que tu allais envoyer ton manuscrit un éditeur ? Était-ce pendant la rédaction ou une fois que tu as terminé le manuscrit ?

MC : Lorsque les quatre premiers chapitres ont été rédigés, je les ai envoyés à quelqu’un qui dirige des ateliers d’écriture pour avoir son avis. Et il m’a vraiment encouragée à poursuivre. Donc j’ai poursuivi et lorsque j’ai terminé la rédaction je lui ai renvoyé le manuscrit entier. Mais là, je n’étais pas du tout dans l’idée d’envoyer ce manuscrit une maison d’édition, j’étais encore dans le processus d’écriture. Je n’avais pas l’édition en ligne de mire car cela me paraissait complètement improbable. C’était davantage un projet que j’avais eu envie de suivre, de terminer. Et là, il m’a dit qu’il fallait l’envoyer à une maison d’édition. Je l’ai donc posté notamment aux éditions Grasset.

CD : Je l’ai en effet reçu pendant l’été, il est passé en comité de lecture et a plu immédiatement. Et là on a commencé à travailler. Il y a eu trois versions. Est-ce que tu pensais que le travail éditorial serait celui-ci ?

MC : Mon premier métier était d’écrire des livres de voyage donc je savais qu’à partir du moment où on signe avec un éditeur, il y a un peu de travail derrière. En revanche je ne pensais pas que ce serait aussi fouillé. On a eu une très bonne relation et il y a eu beaucoup d’engagement de ta part, de précision dans la lecture et dans les retours sur le texte. J’ai trouvé cela magique. Et c’était très soulageant, car pendant deux ans j’étais toute seule dans l’écriture et là j’avais quelqu’un avec qui je pouvais échanger.

CD : Peut-être peux-tu expliquer en quoi notre travail a consisté ?

MC : Oui. En fait il y a eu trois étapes. La première a été d’étoffer les personnages, de leur donner du relief et de les façonner. La deuxième étape a été d’aller interroger des spécialistes dans divers domaines pour nourrir le texte : j’ai échangé avec un luthier, avec un collectionneur de tout ce qui concerne le paquebot Normandie, … La troisième étape a consisté à travailler sur la fluidité du texte à chasser les répétitions. Ces trois étapes ont pris huit mois.

CD : As-tu déjà une idée du prochain livre que tu vas écrire ? Et penses-tu que l’expérience éditoriale que tu viens de vivre va changer quelque chose dans ta façon d’aborder l’écriture du prochain ?

MC : Oui, cette expérience va me servir. Déjà, je vais partir sur un projet d’écriture qui va nécessiter des recherches beaucoup moins compliquées. Et j’ai mis en place cette fois une méthode d’écriture : je fais des fiches pour mes personnages, je mets des dates, des repères. Et puis, cette fois mes personnages sont beaucoup plus étoffés, beaucoup plus vivants, dès le départ. Ils ont presque déjà une vie avant d’exister dans le manuscrit. Au niveau de l’écriture, je ne veux plus me servir de mon ordinateur. Écrire sur un cahier, sur des carnets, permet d’être beaucoup plus libre, de s’affranchir des questions d’électricité, de batterie, de soleil qui éblouit l’écran, d’ordinateur lourd dans le sac. Avec un carnet, c’est la liberté. Quant au sujet du prochain, comme je travaille pour un haut joailler de la Place Vendôme, je suis au contact de beaucoup d’anecdotes sur des histoires de bijoux, ce qui sera ma matière de démarrage. Ce sera l’histoire d’une femme de 35 ans, commissaire-priseur, qui va devoir enquêter sur des bijoux pour en savoir plus sur sa propre vie..

 

—> Si vous voulez lire la chronique coup de cœur que j’avais consacrée à ce roman, vous pouvez cliquer sur ce lien : L’âme du violon

l'âme du violon de Marie Charvet

 

Rencontre avec Jean Teulé : « J’ai besoin d’aimer mes personnages pour pouvoir écrire sur eux »

Les éditions Pocket ont organisé une très belle rencontre avec leur auteur Jean Teulé, à l’occasion de la parution en poche de son roman : Entrez dans la danse. Retrouvailles avec l’auteur dans le magnifique cadre du restaurant GrandCoeur dans le marais à Paris.

 

Entrez dans la danse sort aux éditions Pocket en ce mois de février 2019. Je voulais savoir, quand les lecteurs viennent à vous avec des livres plus anciens, des livres parus en poche depuis, comment vous regardez vos livres plus anciens, quels souvenirs ils ont en vous ?

C’est assez étrange et en plus j’ai une particularité que je n’aime pas beaucoup, c’est que les livres les plus anciens, ceux qui n’ont pas marché, eh bien je ne les aime pas.

Heureusement que ce ne sont pas des enfants !

(Rires). C’est exactement ce que je me dis, comme si j’avais eu une flopée d’enfants et que je n’aimais pas ceux qui n’ont pas réussi. C’est un peu comme s’ils n’avaient pas fait leur travail. Sinon c’est très agréable de rencontrer des gens, car quand comme moi on écrit des journées entières, on peut passer des jours, des semaines entières sans voir personne, sans parler à personne. Rencontrer des gens, pouvoir mettre des visages sur ceux qui vous lisent, c’est vraiment plaisant et c’est une chance.

Il y a aussi une particularité chez vous, c’est que le titre et la couverture du roman comptent énormément dans l’écriture. Ce sont même eux qui président à l’écriture.

Oui, en effet je ne peux pas écrire un roman si je n’ai pas le titre et si je n’ai pas la couverture. C’est le graphiste du Louvre qui fait les couvertures et quand la couverture est faite, je l’imprime et la mets devant mon bureau. Puis, j’écris avec la couverture du livre sous les yeux.

La période d’écriture est une période particulièrement solitaire. Vous écrivez je crois dans un bureau relativement sobre et dépouillé.

Oui c’est drôle car c’est un bureau très cheap, que j’avais fait quand les premiers livres ne marchaient pas beaucoup et donc j’avais acheté une sorte de commode avec des étagères d’occasion. Et de livre en livre, maintenant que ça marche vraiment bien, je me dis mais vraiment, tu pourrais balancer ce mobilier un peu pourri pour en acheter du neuf et plus classe. Mais je ne le fais pas parce que je me dis que ça va me donner la poisse.

Jean-teule-et-karine-flejo

Quel rapport entretenez-vous avec vos personnages, réels ou fictifs ?

J’ai besoin d’aimer mes personnages pour pouvoir écrire sur eux. Par exemple j’ai fait un roman à propos de Rimbaud, à propos de Verlaine, à propos de Villon, et souvent les gens m’ont dit : « Mais pourquoi pas sur Baudelaire ? » Parce que je ne peux pas saquer le mec, il a toujours vécu aux dépens de tout le monde, il a dit tellement de conneries sur les femmes, qu’il me gonfle. Et je ne peux donc pas écrire un livre sur quelqu’un qui me gonfle.

Quand il ne s’agit pas de personnages historiques mais de personnages fictifs, est-ce plus compliqué de les inventer ?

Depuis Le magasin des suicides, je n’avais pas fait de fiction et le prochain roman à paraître en mars sera lui aussi une pure fiction. Je me disais que comme dans Le magasin des suicides le héros est un petit garçon qui s’appelait Alan, j’aimerais bien trouver un personnage qui soit une petite fille du même âge qu’Alan, mais il me fallait trouver une particularité pour cette petite fille. Sur le coup, je n’ai pas eu d’idée et j’ai laissé le temps passer. Puis un jour, alors que j’étais en dédicace en province et que je devais prendre mon train de retour à 18h30, le libraire m’a demandé si je pouvais rester un peu plus longtemps car il y avait encore plein de gens qui attendaient dans la librairie.  J’ai donc pris le train suivant de 20 heures. Une fois dans le train, assez vite je suis contrôlé. Je tends mon billet, on me le rend et le contrôleur poursuit ses vérifications des billets. Et tout à coup je pense au voyage que je devais faire le lendemain et je rappelle le contrôleur pour lui demander des renseignements. Il revient vers moi, je lui demande les renseignements, et avant de me répondre, il me regarde et me redemande mon billet. Je ne comprends pas car il l’avait déjà vérifié et là il constate que je n’ai pas pris le train de 18h30 mais de 20 heures et décide de me mettre une amende. J’ai donc été obligé de payer. Et là je ne sais pas ce qui m’a pris, mais au moment où le contrôleur allait repartir je lui ai dit : « Monsieur regardez-moi bien, écoutez bien ce que je vais vous dire : je vous souhaite un grand malheur très vite et si jamais il se produit, alors au moment où cela se réalise rappelez-vous de moi. » J’ai senti que ça l’avait touché le mec ! Et là je me suis dit : « Mais c’est ça la petite que je cherche, cette petite de 12 ans qui aurait le pouvoir quand elle souhaiterait du mal à quelqu’un que cela se réalise! Il faudra faire attention à elle et tout de suite je me suis dit gare à elle. Gare à elle comme on dit gare au loup et donc elle s’appellera Lou et le titre du roman sera Gare à Lou. » . Et voilà, c’est comme ça que naissent les idées de mes romans. Plusieurs de mes romans sont comme ça nés dans des trains.

Donc rendez-vous en mars pour le nouveau roman de Jean Teulé Gare à Lou, mais d’ores et déjà, rendez-vous en librairie pour la parution aux éditions Pocket de Entrez dans la danse!

 

Rencontre avec Émilie Frèche pour son roman Vivre ensemble : « La fraternité n’est pas quelque chose de naturel, il faut la construire à chaque instant »

En cette rentrée littéraire, Emilie Frèche nous offre une réflexion très intéressante sur le « vivre ensemble ». Réalité ou utopie? Point de départ ou objectif de vie? Rencontre avec l’auteur.

  • Quel est le projet de ce livre?

On entend parler de vivre ensemble partout. Il me semblait quon avait à faire une escroquerie linguistique par le fait de lavoir substantivée, parce que c’était un projet quon voulait nous vendre, alors quil me semblait plutôt que c’était un point de départ de vivre ensemble. Et donc vraiment le projet de ce livre, cest de rendre une réalité à ces deux mots. Jai fait quelques recherches et je me suis rendu compte que cette escroquerie-là, cela faisait un moment quon nous la vend. Alors, outre le fait que cest le titre que donne Roland Barthes à un de ses cours au Collège de France en 1977, et qu’il nous dit tout de suite que cest impossible de vivre ensemble, il ny a que les bancs de poissons qui arrivent à vivre ensemble, je me suis rendu compte que ces deux mots apparaissaient dans la vie politique française à un moment très particulier, un moment de basculement, cest en 1983 à Dreux. Cest la première fois que la droite républicaine sallie au Front National et la candidate socialiste en face nomme sa liste Vivre ensemble. Jai eu envie dexplorer ce que voulait réellement dire ces deux mots en les explorant sur le champ de lintime qui est le champ par excellence du roman.

  • Il s’agit d’un couple qui forme une famille recomposée

Cest dans lhistoire de Déborah et Pierre qui nous ressemblent à tous, qui sont des miraculés du terrorisme, qui réchappent de justesse aux attentats des terrasses en novembre 2015, que se déroule le roman. Dans une sorte d’état durgence émotionnel, ils décident de vivre ensemble. Mais pour eux ce nest pas seulement une déclaration dintention comme pour les politiques, cest une réalité concrète, parce quils vont prendre un appartement tous les deux. Ils ont chacun un fils et cest le début du cauchemar, parce que ces enfants ne se sont pas choisis, n’ont pas choisi leurs deux parents. Et jen suis très vite arrivée à la conclusion que vivre ensemble c’était partager un territoire, partager une salle de bain, partager une famille. Et jai choisi de mettre en scène lenfant de Pierre,qui est le résultat dun couple qui na jamais réussi à vivre ensemble puisque c’est un enfant qui na pas été désiré et qui a une différence.

  • Il est beaucoup question d’altérité

On parle beaucoup de laltérité et moi javais envie de prendre un personnage qui est un peu particulier : le fils de Pierre a un QI de 150 donc il est extrêmement intelligent mais extrêmement inadapté et très vite Déborah, sa belle-mère, va vivre avec la peur. Jaimais beaucoup transposer dans le champ de lintime, la peur de lautre. Déborah a cette insécurité permanente dans son foyer, et finalement, on ne sait pas trop si cest le choc des attentats qui a créé ça chez elle et l’a rendue parano ou si c’est cet enfant qui a réellement un problème. Elle a à chaque instant de sa vie dans lintime la peur que ça explose.

  • On sait que ce gamin est porteur de violence car à chaque fois quil est le témoin de la violence du monde , il est incapable de canaliser ses émotions. Tout prend des proportions phénoménales de chagrin, de colère et faute de canaliser ses émotions il déverse sa violence sur Deborah.

Cest le propre de la précocité, ce sont des enfants qui sont extrêmement sensibles et qui sont finalement inadaptés. Salomon dont les parents nont jamais vécu ensemble, qui na pas été désiré, est porteur de cette histoire. Javais très envie de revisiter le mythe dAbel et Caïn, car on a trop tendance à oublier que lhistoire qui fonde notre civilisation, la première fraternité, est un fratricide. La fraternité nest pas quelque chose de naturel, pas du tout il faut la construire à chaque instant. Cest ce quil mintéresse dexplorer dans le champ de lintime.

  • Pierre a du mal à gérer les problèmes avec son fils, à contrario il sinvestit beaucoup et se bat pour aider les réfugies de Calais, ceux qui sont mis à l écart de la société

Pierre a passé 20 ans de sa vie en tant quavocat spécialisé dans le droit de la famille et donc 20 ans à gérer comment on vit ensemble quand on n’est plus ensemble… Et quand on a des enfants, on continue forcément à avoir un lien avec le conjoint précédent et donc il intervient dans la vie des gens aux moments les pires. Ces attentats nous ont tous bousculés et lui était au premier rang de ce carnage et a besoin de sengager pour sauver le monde à défaut de sauver sa propre famille. Je crois que cest un échappatoire, que quand on sengage, on se répare beaucoup plus soi-même quon ne répare les autres. Et donc il abandonne sa compagne parce quil est incapable de vivre avec une femme tout comme il était incapable de vivre avec sa précédente compagne non plus. Donc cest toute lambiguïté de ce personnage qui va essayer de sauver les autres et qui narrive pas à se sauver lui-même.

  • Le livre est très tendu, en essayant de résoudre le problème de la violence intime, vos personnages s’interrogent sur la violence extérieure. Il y a un aller -retour permanent entre intime et vie extérieure.

Jespère que le livre est très tendu en effet. Je vais envie que dans la couleur de ce roman, la musique,  ce soit un peu comme un thriller psychologique, quelque chose quon ne peut pas arrêter. Oui, je crois quil ny a pas de frontières entre lintime et politique, il y a une conversation permanente entre les deux et évidemment que cette famille-là au cœur de Paris en 2015, 2016, 2017 est une éponge de tout ce qui se passe dans le monde. Et elle fait comme elle peut.

Retrouvez en cliquant sur ce lien la chronique que j’avais consacrée à ce roman : Chronique de Vivre ensemble

Rencontre avec Marianne Power, auteur de Help me! aux éditions Stock : « Pour être heureux, rien ne sert de vouloir combler tous nos désirs, il suffit de voir combien tout ce que l’on a déjà participe à notre bonheur. »

Marianne Power était à Paris pour présenter son livre Help me!, dans lequel elle relate son expérience incroyable : mettre en application les préceptes de 12 livres de développement personnel pendant 12 mois. Rencontre avec une femme charmante, pétillante et pleine d’humour, à l’image de son livre.

 

9782234085879-001-T.jpeg

Pourquoi avez-vous choisi d’écrire ce livre Help me! ?

J’avais 35 ans et j’étais assez malheureuse dans ma vie, célibataire, avec des dettes, lisant beaucoup de livres de développement personnel. Un jour, j’ai réalisé que je me contentais de lire ces livres mais que je n’appliquais jamais aucun de leurs conseils. Tout à coup, je me suis dit : « Cette fois-ci, je vais le faire! » J’ai décidé pendant un an de suivre les conseils à la lettre de 12 livres de développement personnel, à raison d’un livre par mois.

Quel était votre objectif?

L’idée était que si je suivais tous les conseils des livres de développement personnel pendant un an, alors au terme de cette année je serais parfaite! 🙂

Au cours de cette année quel a été votre livre de développement personnel préféré?

Rien à foutre, l’ultime voie spirituelle de John C. Parkin. Ainsi que Le pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle.

Est-ce que, à posteriori, certains des challenges que vous avez relevés vous font honte ?

Non, je ne ressens pas de sentiment de honte. Quand j’ai réussi à relever certains challenges comme draguer un homme dans le métro de Londres et même si c’était très embarrassant je me suis dit « Yes, je l’ai fait! J’ai réussi ! Donc je ne regrette rien, même si cela fut parfois très gênant . Et je suis allé tellement loin dans ces défis, qu’aujourd’hui je suis beaucoup moins gênée au quotidien pour oser faire des petites choses.

Quels sont les deux défis relevés dont vous êtes la plus fière?

Le stand-up, car ce style de comédie n’est pas du tout ma tasse de thé et c’était hyper effrayant pour moi. Pourtant je l’ai fait et les gens ont apprécié mon spectacle. Le deuxième défi est celui qui a consisté à draguer un homme qui me plaisait dans un café à Londres. Cela m’a pris quatre heures d’oser l’aborder, mais je l’ai fait! D’ailleurs nous sommes toujours en contact.

Quelle est la plus grande leçon que vous avez tirée de cette expérience ?

Au départ, je pensais qu’il avait quelque chose qui n’allait pas avec moi, que j’avais un problème. Or je me suis rendu compte que ce n’était pas vrai du tout. Je pensais qu’en faisant un travail sur moi-même, qu’en faisant beaucoup d’efforts, j’allais me débarrasser de tous mes défauts, devenir parfaite. Or j’ai réalisé que personne n’est parfait et qu’il est vain de vouloir le devenir.

Pensez-vous au final que ces livres de développement personnel vous ont été utiles?

Pour moi ces livres ont été utiles dans le sens où il faut parfois se frapper beaucoup la tête contre un mur pour admettre les choses, pour comprendre qu’on est bien tel que l’on est. A chaque nouveau livre, mes attentes envers la vie ont monté d’un cran, je ne voulais pas juste une vie heureuse, je voulais une vie exceptionnelle! Or j’ai compris au bout de cette année d’efforts, que pour être heureux rien ne sert de vouloir combler tous nos désirs, il suffit de voir combien tout ce que l’on a déjà participe à notre bonheur.

img_6012