L’appel du vent, Marie-Laure Bigand

L'appel du vent Marie Laure Bigand

©Karine Fléjo photographie

Un roman choral viscéralement humain, qui nous emporte sur les terres écossaises battues par les vents.

Un secret dévorant

Depuis le cancer de son mari, Lysiane a perdu son insouciance et sa légèreté. Elle ne peut s’empêcher de craindre que l’épée de Damoclès ne s’abatte à nouveau au-dessus de leur tête. Aussi, quand Denis tarde à rentrer du travail ce jour-là, se met-elle à craindre le pire. Une prémonition qui s’avère hélas exacte : Denis, à l’aube de ses 55 ans, fait une rechute. Et cette fois, les médecins ne se montrent guère optimistes. Lysiane, combattive, sent cette fois le sol s’ouvrir sous ses pieds. Un abattement que note son esthéticienne, la délicate Rose. Et de proposer à Lysiane d’aller rendre visite à son mari à l’hôpital, quand bien même elle ne le connaisse pas, mue par le seul désir d’aider cette femme qu’elle considère comme une amie. Naît alors, à l’insu de Lysiane, une amitié très forte entre Rose et Denis. Si forte que Denis voit en elle la dépositaire idéale de ce secret qui le ronge depuis des années, secret qu’il ne veut pas emporter avec lui dans sa tombe. Mais certains secrets se révèlent être des cadeaux empoisonnés…

Loin de là, en Ecosse, Kirsty, une rousse flamboyante, sillonne les côtes sauvages avec son compagnon Scott. Scott n’est cependant pas un homme mais un compagnon à quatre pattes. Cette femme si chaleureuse, appréciée de tous, reste mystérieusement célibataire. Pourquoi se refuse-t-elle à vivre une histoire d’amour ?

Quand Denis est inhumé, c’est un véritable séisme qui secoue son entourage avec l’exhumation de son secret. Un séisme dont les répliques vont atteindre l’Ecosse et tout particulièrement Kirsty.

Un roman choral très humain

Par une habile construction, Marie-Laure Bigand tisse sa toile et dévoile peu à peu au lecteur la nature des liens qui unissent les protagonistes. Elle nous emmène en Ecosse, dans le sillage de Kirsty, des effluves de whisky, une terre sauvage où il fait bon se ressourcer. Et de nous interroger : toute vérité est-elle bonne à dire ? Garder en soi la vérité peut ronger aussi efficacement qu’une armée de termites. Mais révéler cette vérité à l’autre n’est pas simple non plus. Car si être dépositaire d’un secret est une marque de confiance suprême, certains secrets sont lourds à porter et font perdre toute sérénité. Un roman choral , où la sagesse et l’intelligence du cœur prennent le pas sur les jalousies et rivalités entre les êtres. Un roman à l’image de son auteure : viscéralement humain.

Celtic Legends et son Connemara Tour : époustouflant

Celtic Legends, c’est un spectacle époustouflant de musique et de danse irlandaises. Ce sont vingt danseurs et six musiciens qui, pendant deux heures, véhiculent une énergie folle, embrasent la scène en mêlant folklore et modernité, tradition et création.

Danse irlandaise et musique traditionnelle : un spectacle 100% irlandais

Vous aimez la musique celtique ? Vous aimez les danses folkloriques ? Vous recherchez un spectacle qui vous donne une pêche d’enfer ? Alors précipitez-vous pour voir Celtic Legends et son Connemara tour. Ils entament une tournée en France avec leur nouveau show et c’est juste EXCEPTIONNEL.

celtic-legends-conemara-tour

Dès l’ouverture du rideau, le ton est donné : le spectacle sera rythmé, plein d’énergie et de virtuosité. Les six musiciens excellent, jouent avec une dextérité et une vivacité telles, qu’ils emportent la salle dans les tourbillons de leur Uillean-pipe (cornemuse irlandaise), de leur flûte, leur violon, leur bodhran (percussions), leur guitare et leur accordéon. Le public applaudit en cadence, se balance sur son siège, tandis que les musiciens sautent, courent, dansent avec une joie communicative. Survoltés. La direction musicale est assurée par un maître en la matière, Sean Mc Carthy.

celtic-legends (2)

Une troupe de vingt danseurs, dix hommes et dix femmes, enchaînent des danses irlandaises et des claquettes de concert avec les musiciens, sur un rythme endiablé. Costumes traditionnels colorés, danses folkloriques, les spectateurs sont immédiatement transportés en Irlande, dans les plaines du Connemara. Les chorégraphies et la coordination entre les danseurs sont juste parfaites, les danseurs d’une grâce infinie, les ballets variés et envolés, le tout sous la houlette de la  talentueuse Jacintha Sharpe.

Quatre bonnes raisons d’aller voir Celtic Legends et son Connemara Tour

Si cette troupe irlandaise passe dans votre ville, alors ne manquez pas ce spectacle. Pourquoi ?

  • Car c’est un show d’une énergie époustouflante et ô combien communicative. Un concentré de bonheur et d’énergie. Vous ressortirez avec une furieuse envie de danser.
  • Car c’est un spectacle familial qui s’adresse à tous les âges.
  • Car il n’y a aucun temps mort dans ces deux heures de spectacle, les musiciens comme les danseurs s’en donnent à cœur joie.
  • Car le niveau tant des musiciens que des danseurs frôle l’excellence.

Pour savoir si Celtic Legends et son Connemara Tour sont programmés dans votre ville, vous pouvez cliquer sur ce lien : Programmation 

Un ciel rouge le matin, de Paul Lynch (éditions Albin Michel) : un premier roman juste magnifique!

9782226256072g

Un ciel rouge le matin, de David Lynch

Éditions Albin Michel, mars 2014

Printemps 1832. Au service du même propriétaire terrien depuis plusieurs générations, la famille de Coyle s’est toujours appliquée à la tâche. Son père y a même laissé la vie. Aussi, quand Coyle apprend que lui et les siens sont expulsés, c’est un indicible sentiment d’injustice qui l’envahit. Il veut que le propriétaire anglais, Monsieur Hamilton, lui motive sa décision. Mais la conversation tourne mal et le maître se tue dans une malencontreuse chute. Accusé de meurtre, Coyle n’a d’autre choix que de fuir, d’abandonner la mort dans l’âme femme et enfant. Cependant les hommes de main de Hamilton, notamment John Faller, n’entendent pas renoncer aussi facilement. La chasse à l’homme est lancée. Impitoyable. Incessante. Terrifiante.

Devenu fugitif, Coyle s’embarque sur un bateau en partance pour les États-Unis. Dans son esprit, l’espoir de revenir tôt ou tard en Irlande, tant le lien à la terre, aux racines, est puissant. Mais la Pennsylvanie n’est pas l’eldorado tant espéré. L’exploitation humaine et la violence y font rage. Et Faller a lui aussi fait le voyage… La traque continue.

Paul Lynch signe ici un remarquable premier roman. Un roman dense, d’une puissance évocatrice exceptionnelle, où la nature se révèle être un personnage à part entière. L’Irlande du XIXème siècle est en effet décrite avec lyrisme dans toute sa beauté, sa luxuriance, son âpreté aussi. On sent les parfums, on admire les couleurs, on cuit sous le soleil, on s’engouffre dans le sillage de la plume si puissante et si belle de l’auteur, témoin catapulté au coeur des scènes plus que lecteur.

Un roman à lire absolument.

Un auteur à suivre assurément.

Un ciel rouge le matin, de Paul Lynch (éditions Albin Michel)

 

9782226256072g

Un ciel rouge, le matin, de Paul Lynch

Editions Albin Michel, à paraître le 6 mars 2014

Tableau âpre et ténébreux de l’Irlande du XIXe siècle et de sa brutale réalité sociale, Un ciel rouge, le matin possède la puissance d’évocation des paysages du Donegal où il se déroule en partie. Le lyrisme sombre et poétique de Paul Lynch, qui signe là un remarquable premier roman, en exprime la force autant que les nuances, entre ombre et lumière.

Printemps 1832. Coll Coyle, jeune métayer au service d’un puissant propriétaire anglais, apprend qu’il est expulsé avec femme et enfants de la terre qu’il exploite. Ignorant la raison de sa disgrâce, il décide d’aller voir l’héritier de la famille, qui règne désormais en maître. Mais la confrontation tourne au drame : Coll Coyle n’a d’autre choix que de fuir. C’est le début d’une véritable chasse à l’homme, qui va le mener de la péninsule d’Inishowen à Londonderry puis aux États-Unis, en Pennsylvanie. Pleine de rage et d’espoirs déçus, son odyssée tragique parle d’oppression et de vengeance, du lien viscéral qui unit les hommes à leur terre.

« Paul Lynch possède un talent sensationnel, hérité d’écrivains tels que Cormac McCarthy ou Sebastian Barry. Consacrez-lui toute votre attention, car il est en train de créer son propre territoire littéraire. » Colum McCann