Le retour de Jules, Didier van Cauwelaert (Albin Michel)

le_retour_de_jules_01

Le retour de Jules, Didier van Cauwelaert

Editions Albin Michel, mai 2017

163 P. ; 16,50€.

 

Didier van Cauwelaert nous offre une suite au roman Jules, paru en 2015. On retrouve avec bonheur le chien guide d’aveugle, au chômage depuis que sa maitresse, Alice, a recouvré la vue. Le couple a explosé depuis. Mais sauront-ils se ressouder pour sauver Jules ? Ils ont 24 heures pour agir. Ou pas…

Grâce à son opération de la cornée, Alice a recouvré la vue. Une guérison aux répercussions multiples tant sur sa vie personnelle que professionnelle. Mais aussi sur Jules, son labrador, qui était ses yeux jusqu’alors. Mis sur la touche, Jules tombe dans la dépression. Il devient urgent de lui redonner le sentiment d’être utile. Ce sera l’Escape, l’école supérieure des chiens d’alerte et de protection pour épileptiques, qui lui en fournira l’occasion. Le chien est en effet en mesure de prévenir une crise d’épilepsie et peut ainsi veiller et alerter un nouveau malade. Sa vie a retrouvé du sens.

Tandis que celle de ses maitres en perd. L’impossibilité à concevoir un enfant, l’éloignement de Jules qui était un peu leur bébé, le tournant professionnel de Zibal, ont lentement mais sûrement érodé leurs liens. Alice s’engage alors dans une école de peinture pour éléphants en Thaïlande, désireuse de convertir sa souffrance en altruisme. Chacun vit sa vie, sur des chemins parallèles.

Jusqu’au jour où un appel à secourir Jules fait se recroiser leurs routes.

Si vous n’avez pas lu « Jules », vous aurez un peu de mal à suivre ce roman. De rebondissement en rebondissement, Didier van Cauwelaert nous entraine avec humour et tendresse dans les tourments amoureux du couple. L’occasion, au passage, de nous informer sur ces chiens annonciateurs de crises d’épilepsie, espoir non négligeable pour ces 500 000 français épileptiques. Un roman agréable à lire, même si j’ai préféré le premier tome.

 

 

 

Jules, de Didier van Cauwelaert : un coup de coeur!

jules_01

Jules, de Didier van Cauwelaert

Éditions Albin Michel,  sortie en librairie aujourd’hui!

Une femme qui se cherche. Un homme qui se perd. Un chien qui les trouve… Un livre qui rend heureux.

Alice, 30 ans, aveugle suite à une agression, est à l’aube d’une nouvelle vie. Elle entrevoit la possibilité de recouvrer la vue grâce à une greffe de cornée. Mais rien n’est simple. Outre les risques encourus, les effets secondaires incertains, son esprit est hanté par de térébrantes questions : « Le monde que j’aurai devant mes yeux sera t-il aussi beau que celui que je me fabrique depuis mes dix-sept ans? La joie de vivre qui me sert d’anticorps n’est-elle pas une simple réaction à la nuit ?La réalité sera t-elle fidèle au rêve éveillé qui l’a reconstruite ? » Pire : si l’opération réussit, elle perdra son plus fidèle ami, compagnon de chaque instant, avec lequel elle a créé un lien unique et irremplaçable depuis sept ans. Celui qui est non seulement son regard, mais aussi sa force, son confident : Jules, son chien guide. Cruel dilemme. Deux vies qui vont en bouleverser une troisième, celle de Zibal, chercheur et scientifique ingénieux reconverti en vendeur de macarons dans un hall d’aéroport. Avec un sens du rebondissement affûté, une vision optimiste et résolument positive des rapports humains, Didier van Cauwelaert nous offre un nouveau roman tendre, chaleureux, envolé, qui se lit d’une traite. Ou comment, grâce aux rapports authentiques et profonds entre chiens et humains, ces derniers vont trouver la force de prendre leur destin en mains, de devenir acteurs et non plus spectateurs de leur vie.

A lire !