Bao le boa, sélectionné par le comité de lecture MAIF Magazine, la lettre d’information des enseignants!

BAO LE BOA, le livre pour enfants que j’ai illustré (éditions Snow Moon, novembre 2014), a été sélectionné par le comité de lecture de « MAIF magazine », la lettre d’information des enseignants !

11816215_721607771299645_2163394872560882398_o 11845078_721607714632984_7771808436200348239_o
« Écrite en vers, l’histoire de Bao le boa familiarisera les jeunes lecteurs avec les sons et les rythmes de notre langue. Lue à voix haute, toute la musicalité du français apparaît. »

L’illustratrice est touchée et heureuse!

Le livre, publié aux éditions Snow Moon, est disponible sur le site de l’éditeur, dans toutes les bonnes librairies et en version numérique (augmentée d’une version audio et accompagnée d’une musique originale) auprès de E-FRACTIONS Diffusion
 (http://e-fractionsdiffusion.com/librairie/bao-le-boa/) !

Bao le boa et les éditions Snow Moon à l’honneur dans le magazine Grandir autrement!

Un très bel article sur le livre que j’ai illustré, Bao le boa, ainsi que sur les éditions Snow Moon, dans le magazine Grandir autrement, de juillet/août 2015. Un grand merci à Guillemette Lepelletier!

image

Sélection des livres de votre été!

10384278_843072199054032_3469047405016937709_n

L’été est là. Et dans son sillage, les vacances tant attendues. Tout au long de l’année, vous avez couru après le temps et n’avez pas pu suivre l’actualité littéraire? Qu’à cela ne tienne, je vais vous guider avec plaisir. Pensez juste à garder une place dans vos bagages entre la crème solaire et le maillot de bain, je m’occupe du reste !

Voici différentes destinations de lecture portant sur des livres publiés en 2015. Si vous cliquez sur le titre, vous pourrez survoler le livre sur les ailes de ma plume. Prêts? Attachez vos ceintures!

valises-de-livres2

Si vous mettez le cap sur la tendresse, embarquez aux côtés de :

– François d’Epenoux, Le réveil du cœur (Editions Pocket)

– Cookie Allez, Dominique (Buchet Chastel)

– Paul Vacca, Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu TOM L’ECLAIR et a sauvé le monde (Belfond)

Cap sur le suspens avec :

– Delphine Bertholon, Les corps inutiles (JC Lattès)

– Aude Le Corff, L’importun(Stock)

Cap sur l’étranger avec :

-Sue Monk Kidd, L’invention des ailes (JC Lattès)

Cap sur une destination inclassable et merveilleuse avec :

– Cécile Coulon, Le cœur du Pélican (Viviane Hamy)

Cap sur le développement personnel avec :

– Caroline L. Arnold, Mini-résolutions pour grands changements ( JC Lattès)

Cap sur l’amour  avec :

– Valérie Tong Cuong, Pardonnable impardonnable (JC Lattès)

– Brigitte Kernel, Dis-moi oui (Flammarion)

– Grégoire Delacourt, Les quatre saisons de l’été (JC Lattès)

– Justine Lévy, La gaieté (Stock)

– Didier van Cauwelaert, Jules (Stock)

Cap sur l’humour avec :

– Valérie Clo, La tyrannie des apparences (Buchet Chastel)

Cap sur la littérature jeunesse avec :

– Sophie Adriansen, Max et les poissons (Nathan)

– Karine Fléjo et Doudja, Bao le boa (Snow Moon éditions)

– Nadia Berkane et Alexis Nesme, Les petites histoires de bébé koala (Hachette jeunesse)

 Planifier-un-voyage-au-Mexique-les-valises-pleines-de-livres-2014-Bible-urbaine-610x350

Quelle que soit la destination que vous aurez choisie, je vous garantis non pas le soleil, mais de belles lectures !

Retrouvez-moi en compagnie de Brigitte Kernel et de Bao le boa sur France Inter!

Ce mardi 17 février, Brigitte Kernel mettait la littérature jeunesse à l’honneur dans son émission Lire avec sur France Inter. Une émission à laquelle je fus invitée pour parler de Bao le boa, paru aux éditions Snow Moon en novembre 2014.

Retrouvez le podcast de l’émission en suivant ce lien : http://www.franceinter.fr/emission-lire-avec-livres-pour-enfants

Quant à Bao le boa, vous pouvez le trouver dans toutes les bonnes librairies et sur le site des éditions Snow Moon : http://www.snow-moon.biz/?/print/project-name-3/

Parution de Bao le boa, mon premier livre pour enfants en tant qu’illustratrice!

Il était une fois quelques dessins que je postais sur le net entre deux articles ou deux romans écrits. Des nus au feutre, des sanguines, des encres de Chine.

Par une jolie journée de printemps 2014, ils furent remarqués par Christine Spadaccini, éditrice (éditions Snow Moon). Et de me contacter pour me proposer de participer à une belle aventure : illustrer un livre pour enfants! Séduite par cette perspective, touchée par le si joli texte de Doudja, je me lançai dans l’illustration avec aquarelles et encre de Chine.

Après plusieurs essais, la bouille de Bao le petit boa s’imposa à moi. Et les autres personnages de s’inviter sur l’écran de mes pensées, de s’animer sous mes pinceaux et ma plume. La « boaventure » commençait.

9 mois plus tard, Bao le boa est né à la maternité des éditions Snow Moon ! Les deux mamans, Doudja auteur du texte et moi-même illustratrice, nous portons à merveille et sommes ravies de vous présenter notre progéniture! Un bébé d’encre et de papier que je dédie à ma douce Clara ( Majoulet).

Alors, si vous aussi désirez connaître les aventures de Bao, un charmant petit boa échappé du zoo, si vous souhaitez l’adopter chez vous, il vous suffit de le demander en librairie ou de le commander sur le site des éditions Snow Moon!

 

Informations pratiques :

A partir de 6 ans et beaucoup plus!

Prix éditeur : 16€

Livre broché : 58 pages, illustrations couleur

ISBN: 979-10-91596-06-0

Libre illustration du roman La femme éclaboussée, de Dominique Dyens

Il arrive que la lecture de certains livres fasse naitre dans mon esprit des images, des représentations auxquelles il me tarde alors de donner vie sous la pointe de mon feutre ou de ma sanguine. Ce fut le cas pour La femme éclaboussée, fascinant thriller érotico-psychologique de Dominique Dyens, paru ce 7 mai 2014 aux éditions Héloïse d’Ormesson.

Karine Fléjo

Ma nouvelle sur le thème de la maternité, dans le cadre du projet de Mathieu Simonet

photo-6-

  Mathieu Simonet, auteur de La maternité, aux éditions du Seuil, a lancé un appel à textes sur le thème de la maternité. J’ai alors mis la plume à l’encrier. Est née la nouvelle intitulée « Passe-pores ».

     Retrouvez la contribution de nombreux auteurs à cet enthousiasmante aventure littéraire sur le site ainsi que ma nouvelle : http://la-maternite.blogspot.fr/2012/08/karine-flejo-113.html

 

PASSE-PORES 
               de Karine Fléjo, 22 août 2012
La réussite à l’école, c’était l’obsession de ma mère. Chaque soir, dès son retour du travail, elle montait dans ma chambre pour superviser mes devoirs. Pour le calcul, je connaissais mes tables d’addition et de soustraction par cœur depuis longtemps. Elle me les avait apprises dès la maternelle. Je faisais l’acheteuse, elle la marchande, et nous jouions à calculer combien je lui devais, la monnaie qu’il fallait rendre. C’étaient les seules fois où je pouvais remplir mon caddie virtuel rien que de fraises Tagada et de chocolat. Souvent, je rajoutais un bouquet de fleurs sur ma liste. Des violettes des champs. Les fleurs préférées de maman.
 Puisque que je savais compter, elle veillait donc surtout au français. Et le français, c’était les autodictées, ces phrases qu’il fallait apprendre par cœur et savoir réécrire sans oublier aucun mot, et sans aucune faute non plus. Je les apprenais avant son arrivée et les écrivais ensuite sur mon ardoise pour qu’elle les corrige. Je ne me trompais jamais. Enfin, presque jamais. Et le sourire qui dans ces moments-là éclairait le visage de ma mère valait tous les trésors du monde. Je désirais tant qu’elle soit fière de moi ! Oh, j’aurais préféré qu’elle m’aime de façon inconditionnelle, première de la classe ou cancre, mais il ne fallait pas se montrer trop exigeante. Être sur son cœur une touriste de passage valait mieux que de n’y séjourner qu’en passagère clandestine et risquer d’être reconduite aux frontières. Je savais que mon carnet de notes était mon passeport, celui qui me permettait de trouver l’asile affectif en lui. Et de vivre toujours la peur chevillée au ventre qu’il ne me soit retiré si les notes obtenues n’étaient pas celles de l’excellence.
 
Les notes comme visa.
 
Un visa que j’avais bien failli me voir refuser, tout ça à cause des accents. Tout avait bien commencé pourtant.  Je n’avais fait aucune faute à l’autodictée et elle m’avait félicitée, tout particulièrement pour n’avoir pas oublié l’accent sur le mot « voilà ». Mon coeur s’était mis à tambouriner de joie, tandis qu’une colonie de lucioles avait investi les prunelles de mes yeux… Jusqu’au moment où elle m’avait demandé comment se nommait cet accent. J’avais trouvé la question facile et avais répondu sans hésiter : « l’accent qui descend ». Le sourire de ma mère s’était instantanément fané. Elle avait pris la craie, écrit « thé » et posé la même question. D’un filet de voix à peine audible, j’avais murmuré : « l’accent qui monte ».
Elle avait soupiré.
J’avais frémi.
Elle avait fait une dernière tentative pour voir si j’étais aussi  nulle qu’elle le redoutait. Je ne la déçus pas avec l’accent « en forme de chapeau chinois ».
 
Heure grave. Chagrin en moi aigu. Sourcils de ma mère circonflexes.
Tout le prestige du « voilà » s’était envolé dans la gravité d’un accent…
 
 
Mais en ce jour de juin, je revenais de l’école le cœur léger. Et pour cause…. Dans mon cartable, un précieux document, mon relevé de notes trimestriel, celui qui allait perméabiliser les frontières : un « passe-pores » bardé de A.  A comme Amour. A comme Affamée. A comme Affection. A comme Asile Accordé.
J’étais passée en tête de ma classe.
Elle serait fière.
Je passerais en tête de son coeur.
Elle m’aimerait.
Pour de vrai…
 Pourtant,  un jour, ma mère est partie.
Sans prévenir.
Sans un mot.
Sans moi…
 

 

Publié il y a 22nd August 2012 par

Le blog « Les chroniques de Koryfée » à l’honneur dans le magazine The Pariser!

Ce samedi 14 juillet, le magazine The Pariser, dans son article « Jamais sans mon blog », a rendu hommage aux blogs littéraires, sous la plume de Gilles Paris. Et de découvrir avec une ineffable joie que Koryfée y figure!

Un grand merci à l’équipe du journal et tout particulièrement à Gilles Paris!

 

Retrouvez ledit article ci-dessous :

 

Jamais sans mon blog

 

     En janvier dernier est parue sur le blog de Livres Hebdo (la revue de référence des professionnels de l’édition) une enquête pour le moins déroutante. Un panel de mille cinq cent personnes interviewées sur le type de média qui les influence à lire un livre. 47,6% ont choisi les sites ou blogs culturels sur Internet. Pour info la télévision nationale stagnait à 4,2%, la radio nationale à 13,5%, les cahiers livres des quotidiens nationaux à 4,4% et les réseaux sociaux à 3%. Bien entendu on peut se demander quels âges représentaient ce panel et tout sondage, il me semble, n’est pas à prendre au pied de la lettre… Mais assez pour réfléchir à l’évolution des lecteurs, et comment Internet en à peine dix ans bouscule nos petites habitudes d’édition. Quelles maisons d’édition aujourd’hui prêtent attention aux très nombreux sites et blogs littéraires ?

 

     Dirigeant une agence de communication, j’en compte à peu près 400 avec lesquels je travaille plus ou moins régulièrement. Ils sont tenus pour la plupart par des amoureux du livre qui, au tout début, refusaient de recevoir un service de presse pour être libres d’acheter le livre qu’ils avaient envie de critiquer. Certes, ils ne sont pas journalistes, pour la plupart. Et ceux-ci les regardent souvent de haut, sauf quand ils deviennent auteurs à leur tour. J’ai été très surpris au fil du temps par la qualité de leurs chroniques. Et je suis convaincu que la passion insuffle l’envie de lire. Après tout, les blogueurs sont des gens comme vous et moi et leur faire confiance est aisé. Ils ne dépendent pas d’une rédaction et seuls leurs goûts et leurs envies les guident à vous faire partager leur lecture. Je connais quand même quelques journalistes critiques libres de leur choix également. Ne stigmatisons pas la valeur des uns ou des autres. Mais cette enquête de Livres Hebdo incite à la réflexion.

 

     A la frontière des deux mondes, actualitte.com « offre chaque jour toutes les informations sur l’édition et ses acteurs », des critiques, des dépêches, des enquêtes, des informations de première main. agents-litteraires.com s’attache à défendre les petits éditeurs indépendants et leur permettent de trouver de nouveaux lecteurs. Les critiques de unwalkers.com se déroulent dans une joyeuse anarchie. On aime, on déteste avec la volonté de tout lire, sans concession. D’autres, plus littéraires dans leurs choix, tiennent une belle ligne de conduite éditoriale comme sophielit , lesjardinsdhelene.org, lacauselitteraire.fr, ou fibromaman.blogspot.fr -avec chapeau bas pour la qualité d’écriture des chroniques de ces quatre sites. Littérature et polar se marient bien sur encresvagabondes.com, les rentrées littéraires sont étudiées à la loupe par les quatre cent blogueurs de chroniquesdelarentreelitteraire.com. La critique est parfois tranchante sur critica.fr qui a choisi de noter les livres, tandis que blue-moon.fr et onirik.net s’attachent à rédiger des critiques sur tous les genres! Amoureuses des livres, Charlotte et Karine, ont créé chacune leur blog, insatiablecharlotte.wordpress.com et koryfee.over-blog.com et choisissent avec soin les romans qu’elles souhaitent partager. Kevin et Yves, leur pendant masculin avec actulitteraire.fr et lyvres.over-blog.com sélectionnent d’eux-mêmes les livres qu’ils aiment mettre en avant. De jeunes blogueurs apparaissent depuis peu sur la toile internet. Leur site témoigne de leur passion. Des concours, de nouvelles pages Facebook créées régulièrement, des webzines, près de 80 livres lus par an, ces adolescents me fascinent. Ils ont pour la plupart envie de devenir écrivain. Pari tenu. Regarder attentivement leur site, c’est un régal ! bouquinsenfolie.blogspot.com (Nathan), lavoixdulivre.blogspot.com (Tom), lecinemadeslivres.blogspot.fr (Théo).

 

     Autrefois les critiques de la presse papier florissaient sur les portails Internet (Amazon, Babelio, Libfly), aujourd’hui rares sont celles retenues. Les blogs sont plus présents que jamais sur ces portails. Deux sites se partagent l’amour des livres en vidéo. Le plus exposé web-tv-culture.com propose une émission littéraire de 14 minutes sur un auteur découpée en trois parties. L’auteur, le livre et le regard d’un libraire. A quand ce concept parfait sur une chaine de télévision nationale ? Le plus prometteur lafringalelitteraire.com propose un concours sur chaque auteur interviewé avec soin. Deux vitrines sans faille de la production littéraire sur Internet. Et qu’importe les métiers des blogueurs, j’en connais une veilleuse de nuit dans un hôtel, une autre nourrice, un autre assureur, c’est bien l’envie de partager qui les réunit tous pour notre plus grand plaisir et, visiblement, celui des lecteurs qui leur font davantage confiance. En tout cas à méditer et à inclure dans vos plans de promotion messieurs les éditeurs !

 

Par Gilles Paris

 

Source : Article paru le 14 juillet 2012 dans la magazine The Pariser, dont vous pouvez retrouver le site internet en suivant ce lien : http://www.thepariser.fr/