Prix SNCF du Polar 2018 : les lauréats

 

C’était ce lundi 18 juin au studio  104 de la maison de la radio à Paris, la cérémonie de remise du Prix SNCF du Polar en présence de Mathias Vicherat, Directeur Général Adjoint du groupe SNCF. Une cérémonie suivie d’un concert donné par le Traffic Quintet – composé de musiciens de l’Orchestre national de France – qui a interprété des musiques de films sur des thèmes polar. 

  • L’origine du Prix SNCF du Polar :

Petits et grands trajets se font souvent en compagnie d’un livre. Un constat qui a fait naître un nouveau prix littéraire, le Prix SNCF du Polar, en 2000. Lecture dans le train, dans les gares grâce aux points de vente de livres, mais aussi partenariat entre la SNCF et plusieurs festivals du livre dont le célèbre Festival International de la Bande Dessinée à Angoulême.

  • Un prix littéraire décerné à 100% par les lecteurs, c’est à dire par le public

Ainsi, cette année, ce sont plus de 44 000 participants qui ont donné leur vote pour le Prix Polar SNCF.

  • Trois catégories pour le Prix SNCF du Polar

Trois catégories sont retenues pour ce prix : la catégorie roman, la catégorie bande dessinée et la catégorie court-métrage.

f35b00f0-41a2-4798-812a-8b4202ca1c7f.jpg

  • Les lauréats du Prix SNCF du Polar 2018 :

Max de Radiguès pour sa bande dessinée Bâtard, parue chez Casterman. Un prix remis par Benoît Peeters, en présence de Mathias Vicherat, Directeur Général Adjoint du groupe SNCF.

img_3073

Daniel Brunet et Nicolas Douste pour leur court-métrage Speed dating, produit par AS&M Prod. un prix remis par Julie Gayet.

 

Victor del Arbol vainqueur du Prix SNCF du polar pour son roman : Toutes les vagues de l’océan aux éditions Actes sud.

img_3072

 

0609a789-516e-451e-89b9-e6898a48cd79

Publicités

Deux lauréats pour le Prix de Flore 2017!

Pour la première fois depuis sa création, le jury du Prix de Flore a décidé de récompenser deux auteurs. Pierre Ducrozet et Johann Zarca remportent donc le Prix de Flore 2017 en ce 8 novembre.

Le jury du prix de Flore n’a pas réussi à choisir entre L’invention des corps de Pierre Ducrozet (Actes Sud) et Paname Underground de Zarca (Goutte d’Or). Pour la première fois depuis 1994, deux auteurs terminent ex aequo au deuxième tour avec 6 voix chacun.

Le jury : 

Présidé par Frédéric Beigebeder,  le jury est composé de Jacques Braunstein, Manuel Carcassonne, Carole Chrétiennot, Michèle Fitoussi, Jean-René Van Der Plaetsen, François Reynaert, Jean-Pierre Saccani, Bertrand de Saint-Vincent, Christophe Tison, Philippe Vandel et Arnaud Viviant.

Les livres primés : 

  • L’invention des corps : 

Dès les premières pages, L’invention des corps s’élance dans le sillage d’Alvaro, jeune prof mexicain, surdoué de l’informatique, en cavale après les tragiques événements d’Iguala, la nuit du 26 septembre 2014 où quarante-trois étudiants disparurent, enlevés et assassinés par la police. Rescapé du massacre, Alvaro file vers la frontière américaine, il n’est plus qu’élan, instinct de survie. Aussi indomptable que blessé, il se jette entre les griffes d’un magnat du Net, apprenti sorcier de la Silicon Valley, mécène et apôtre du transhumanisme, qui vient de recruter une brillante biologiste française. En mettant sa vie en jeu, Alvaro s’approche vertigineusement de l’amour, tout près de trouver la force et le désir d’être lui-même. Exploration tentaculaire des réseaux qui irriguent et reformulent le contemporain – du corps humain au World Wide Web -, L’invention des corps cristallise les enjeux de la modernité avec un sens crucial du suspense, de la vitesse et de la mise en espace. Il y a une proportion élevée de réalité dans cette histoire étourdissante, sans doute sa part la plus fantastique, la plus effrayante. Mais c’est dans sa foi butée, parfois espiègle, en l’être humain que ce roman d’alerte déguisé en page-turner puise son irrésistible force motrice.

  • Paname underground : 

Où s’arrête le réel, où commence la fiction ? Zarca raconte les coulisses du guide des bas-fonds parisiens qu’il rédige depuis 2016. Love Hotel de la rue Saint-Denis, Afghans du square Villemin, Belleville des lascars, la Chapelle des toxicos, backroom sordide de Montparnasse, QG des fachos de la rive gauche, combats clandestins à porte d’Aubervilliers… Alors que l’auteur enchaîne les rencontres et les substances pour raconter le off de la capitale, il est victime d’une tentative de meurtre. La virée parisienne se transforme en spirale de défonce et de vengeance.

Le Prix de Flore a été créé au café de Flore (Paris 6e), pour récompenser un écrivain au talent « prometteur ». La distinction est dotée de 6100 € et d’un verre de Pouilly gravé au nom du lauréat, à consommer au Flore tout au long de l’année.

Prix SNCF du Polar 2017 : les lauréats

montage_sncf_polar_h264inf

Après 10 mois de compétition, et 35 000 votes, les lauréats du PRIX SNCF DU POLAR, Premier Prix du Public en France, viennent d’être révélés :

PRIX SNCF DU POLAR / Roman 2017
Franck Bouysse, Grossir le ciel, Le Livre de Poche.

C’est à l’issue de 35.000 votes recueillis partout en France, – dans les trains, dans les gares, dans le cadre des grands festivals partenaires- que son ouvrage Grossir le ciel a été sélectionné pour la catégorie littérature. Une récompense qui semble à la hauteur de ce roman, celui-ci ayant déjà reçu auparavant plusieurs distinctions comme le prestigieux prix Polar Michel-Lebrun en 2015. «Un roman d’une noirceur poignante et portée par une écriture lumineuse qui rappelle celle de Giono», indique l’AFP.

PRIX SNCF DU POLAR / Bande Dessinée 2017
Alex W. Inker, Apache, Sarbacane.
PRIX SNCF DU POLAR / Court Métrage 2017
J.&M. Emmanuelli, Hasta que la celda nos separe, Black Dog Production.

Prix Handi-Livres 2016

prix-handi-livres-660x330

La cérémonie de remise du Prix littéraire Handi-Livres s’est tenue le 5 décembre 2016 au Centre Georges Pompidou. Le Prix Handi-Livres a pour but d’encourager les auteurs et de mettre en lumière des personnes handicapées ou des ouvrages traitant du handicap. Il est l’occasion de réunir chaque année les personnes handicapées ainsi que tous les acteurs du handicap (associations, personnel du médico-social, personnalités du monde du handicap,…).

Cette année encore la soirée a été animée avec talent par Vincent Lochmann, journaliste à Vivre FM, en présence des représentants du Fonds Handicap & Société, de ses partenaires, des membres du jury, des auteurs sélectionnés et d’un public venu nombreux…

Pour cette 11ème édition, c’est dans une ambiance chaleureuse et conviviale, présidé par Axel Khan, que plus de 200 personnes étaient présentes pour découvrir les heureux lauréats.

Une sélection de 30 livres, répartis dans les 6 catégories en lice, a été soumise à un jury composé de professionnels du handicap, de journalistes et d’écrivains. Le jury a décidé, en plus de ces six prix, de décerner une Mention Spéciale pour saluer la qualité de l’ouvrage de Sylvie CALLET intitulé Les murs noirs – Parcours de vie des « jeunes filles incurables » d’Ainay publié par les Éditions Les Presses du Midi. Par ailleurs, le Président du jury a également souhaité récompenser par un Coup de cœur l’ouvrage de Sylvain LAURENT intitulé Chandolinades, en auto-édition.

Meilleur roman : 

L’homme qui n’a pas inventé la poudre, de Stéphanie CLAVERIE – Éditions de la Différence

Meilleure biographie

Le voleur de brosse à dents de Églantine ÉMÉYÉ – Robert Laffont

Meilleur guide

Réussir son orientation et sa vie professionnelle quand on est DYS, de la Fédération Française des Dys sous la direction d’Olivier BURGER – Belin

Meilleur livre jeunesse Enfant

On n’est pas si différents, de Sandra KOLLENDER et Claire CANTAIS – La Ville brûle

Meilleur livre jeunesse Adolescent

Mon frère, mon enfer, mon bel enfer, de Sandrine ANDREWS et Christine DEROIN – Oskar Éditeur

Meilleur livre adapté

Un parfum de victoire – Avoir un enfant quand on est en situation de handicap, du Collectif sous la direction de Marie-Anne DIVET – Histoires Ordinaires Éditions

Mention spéciale

Les murs noirs – Parcours de vie des « jeunes filles incurables » d’Ainay, de Sylvie CALLET – Les Presses du Midi

Coup de ❤ du jury

Chandolinades, de Sylvain LAURENT – Auto-édition

 

Lauréats 2016 du Prix Littérature-monde

C’est la troisième édition pour les prix littérature-monde. Le jury a désigné Makenzy Orcel pour L’Ombre animale (Zulma) et Ondjaki pour Les Transparents (Metailié).

Le jury composé des écrivains Paule Constant, Ananda Devi, Nancy Huston, Dany Laferrière, Michel Le Bris, Atiq Rahimi, Jean Rouaud et Boualem Sansal a désigné les lauréats 2016 des prix littérature-monde. Il s’agit de Makenzy Orcel pour L’Ombre animale (Zulma) et Ondjaki pour Les Transparents (Metailié).

Avec le Prix Littérature-Monde, Makenzy Orcel se fait de nouveau remarquer pour son livre L’ombre animale : en avril 2016, il recevait le Prix Louis Guilloux, décerné par le Conseil départemental des Côtes-d’Armor. Né le 18 septembre 1983 à Port-au-Prince en Haïti, Mkenzy Orcel se consacre à l’écriture après des études en linguistique. En 2015-2016, il est en résidence d’écriture en Mayenne, à Laval, et c’est en janvier 2016 qu’il publie L’ombre animale.

L’autre lauréat, pour le Prix Littérature-monde étranger, c’est Ondjaki, Ndalu de Almeida selon sa carte d’identité. Né à Luanda en Angola, il travaille dans un premier temps sur des projets cinématographiques, puis publie des poèmes et des romans qui reçoivent plusieurs prix dont le Grande Prémio de Conto Camilo Castelo Branco, décerné par l’Association des écrivains portugais et le prix Grinzane for Africa. Ondjaki est également récompensé par le prestigieux prix Jabuti. Son dernier roman, Les Transparents, a déjà obtenu le prix Transfuge du meilleur roman africain.
Les prix seront remis lors de la tenue du 27e festival Saint-Malo Etonnants Voyageurs qui débute samedi 14 mai, à Saint-Malo.

Goncourt 2016 de la nouvelle, du premier roman et de la poésie : les lauréats

prix_goncourt

Le Goncourt de la nouvelle, du premier roman et de la poésie ont été attribués ce lundi 9 mai 2016 à Paris, chez Drouant.

Dans la catégorie premier roman, le Goncourt va à la surprise générale à « De nos frères blessés », de Joseph Andras (Actes Sud). Un livre paru la semaine dernière, et qui n’avait pas eu le temps de se trouver dans la sélection publiée il y a un mois. Les autres ouvrages en compétition étaient  : « En attendant Bojangles » d’Olivier Bourdeaut (Finitude), « Le grand marin » de Catherine Poulain, (l’Olivier), « Wanderer » de Sarah Léon, (Heloïse d’Ormesson), « Bianca » de Lou Robert (Editions Julliard).

Dans la catégorie nouvelle, c’est « Histoires » de Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel) qui a été distingué. Le livre était en compétition avec « Bonnes nouvelles de Chassignet » de Gérard Oberlé (Grasset), « Une chance unique » de Erwan Desplanques (L’Olivier) et « 33 chambres d’amour » de Francois Emmanuel (Seuil).

Enfin, le Goncourt de la poésie, rebaptisé Robert Sabatier, va, pour son oeuvre complète, au… Printemps des poètes. Un éloge a été prononcé par Virginie Despentes et Eric-Emmanuel Schmitt, les deux derniers « promus » au sein de l’Académie, présidée par Bernard Pivot.

200 libraires distinguent neuf titres pour les prix Libr’à nous

Afficher l'image d'origine

Les prix Libr’à nous 2016, décernés par un jury de plus de 200 libraires francophones, récompensent neuf coups de cœur, chacun dans une catégorie éditoriale.

La deuxième édition des prix Libr’à nous, à laquelle ont participé plus de 200 libraires francophones, contre 160 l’an dernier, dévoile ses lauréats pour les neuf catégories éditoriales retenues. Il s’agit de :

  • Album jeunesse: Je suis un lion d’Antonin Louchard (Seuil jeunesse)
  • Histoire: Histoire de la douleur: XVIe-XXe siècle de Javier Moscoso (Les Prairies ordinaires)
  • Philo/Socio/Psycho: 10 jours dans un asile de Nellie Bly (Editions du Sous-Sol)
  • Littérature étrangère: La neige noire de Paul Lynch (Albin Michel)
  • Littérature francophone: Le caillou de Sigolène Vinson (Le Tripode)
  • Bande dessinée adulte: Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro (6 Pieds Sous Terre)
  • Imaginaire: Futu.re de Dmitry Glukhovsky (Atalante)
  • Polar: Pukhtu de D.O.A ( Gallimard)
  • Roman ado: Les petites reines de Clémentine Beauvais (Sarbacane)

Enrichi de deux nouvelles catégories éditoriales cette année (histoire et philo-psycho-socio), Libr’à nous propose à tous les libraires francophones de faire part de leurs coups de cœur, parmi les titres parus l’an passé, en votant sur une page Facebook dédiée. Cette année, en plus des libraires français, suisses et belges, le jury a accueilli des libraires du Québec, de Nouvelle-Calédonie et du Maroc.

La remise des prix est prévue le mercredi 10 février au centre Wallonie-Bruxelles, à Paris.

Source Livres Hebdo