Laissez-moi danser, Lisa Azuelos (Editions Stock) : émouvant

image

Laissez-moi danser, Lisa Azuelos

Editions Stock, mars 2017

 

Lisa et Dalida n’auraient pas dû se rencontrer, et pourtant… Un film plus tard, la diva vulnérable et moderne aura éclairé la vie de l’auteur et lui aura appris la force de la fragilité.

Lisa Azuelos est la réalisatrice du film Dalida. Un film magnifique, émouvant, qui lui a demandé 5 années de préparation en amont. Car pour réaliser un biopic, il est nécessaire de tout connaître de l’icône. L’occasion pour l’auteur d’approcher les failles, les doutes, les joies et les réussites de la chanteuse. Et de réaliser avec stupéfaction combien la vie de cette dernière trouve des échos puissants dans sa propre vie, voire combien elle l’éclaire… « Peut-être parce qu’elle m’a obligée à voir mon reflet dans le miroir de ses yeux sombres, à contempler sa vie et à traverser les zones de turbulences de la mienne, celles que je n’avais jamais eu la force de traverser toute seule. »

Fille de Marie Laforêt, l’auteur a côtoyé le monde du show-business depuis l’enfance. « J’ai côtoyé des vedettes à longueur de temps et en toutes occasions. Pourtant, aucune d’elles ne m’a laissé le souvenir d’un humain épanoui, simple et heureux. Ces gens avaient tout ce dont je rêvais et leur tristesse, ou leur cynisme, me glaçait toujours avec la même violence. » Les carences affectives, la peur de l’abandon, les mauvais choix amoureux inhérents à cette crainte, la confiance donnée (trop) facilement, le désir d’enfant, qui animent Dalida, parlent ô combien à Lisa. Mais il lui aura fallu voir ces blessures sur la chanteuse pour s’autoriser à s’arrêter sur les siennes. Pour oser les regarder en face. Et enfin cicatriser.

C’est un livre extrêmement touchant, d’une sensibilité à fleur de plume, dans lequel les vies de la chanteuse et de l’auteur se répondent, s’imbriquent, se reflètent. Un cheminement vers soi. Une bouleversante renaissance. « En comprenant ses erreurs, j’ai pardonné les miennes. »

A lire !

 

 

Le film Dalida, de Lisa Azuelos : MAGNIFIQUE!

388866

Casting : Sveva Alviti, Riccardo Scamarcio, Jean-Paul Rouve, Nicolas Duvauchelle, Patrick Timsit, Vincent Perez.

Réalisation : Lisa Azuelos

Cela fera 30 ans en mai prochain que Iolanda Gigliotti, de son nom de scène Dalida, nous a quittés. Une femme intemporelle, libre, avant-gardiste, toujours aussi vivante dans les esprits aujourd’hui. Et sur vos écrans mercredi prochain !

Et c’est un MAGNIFIQUE film que lui consacre la réalisatrice Lisa Azuelos, sur vos écrans à compter du 11 janvier. De sa naissance au Caire en 1933 à son premier Olympia en 1956, de son mariage avec Lucien Morisse, patron de la jeune radio Europe n°1, aux soirées disco, de ses voyages initiatiques en Inde au succès mondial de Gigi l’Amoroso en 1974, le film Dalida est le portrait intime d’une femme absolue, complexe et solaire… Une femme moderne à une époque qui l’était moins … Malgré son suicide en 1987, Dalida continue de rayonner de sa présence éternelle.

Lisa Azuelos nous offre un film d’une intensité émotionnelle et d’une force vitale sidérantes. Rires, larmes, envols, ruptures, décès, triomphes, le spectateur entre dans le tourbillon de la vie de l’artiste et en ressort profondément bouleversé. Dalida ou la femme qui courut désespérément après une vie privée à la hauteur de sa vie d’artiste… On saluera tout particulièrement la performance de l’actrice Sveva Alviti, dans le rôle de Dalida : juste époustouflante !

Un film à voir absolument, que l’on soit fan de Dalida ou pas !

La réalisatrice et productrice Lisa Azuelos sortira un livre consacré à Dalida en avril prochain, aux éditions Stock : Laissez-moi danser. Un livre où elle nous racontera « sa » Dalida, et tout ce qu’elle n’a pas mis dans le film, avec une grande sensibilité.

Bande annonce :